×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Transformation structurelle de l’économie: Diversifier et monter en gamme

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5686 Le 29/01/2020 | Partager
    L'un des grands défis pour le Maroc
    Favoriser une nouvelle génération d'entrepreneurs capable de le relever
    La CDG veut renforcer sa contribution en investissant dans des projets structurants
    abdellatif-zaghnoun-086.jpg

    «Les pouvoirs publics et les financeurs peuvent créer un cadre favorable pour encourager ce dynamisme. Mais l'acteur principal de la transformation structurelle est bien l'entreprise privée», souligne Abdellatif Zaghnoun, DG du groupe CDG (Ph. L'Economiste)

    - L’Economiste: Les opérateurs économiques investissent dans la construction de logements au lieu d’aller vers le secteur industriel. Pourquoi et que faut-il faire pour inverser la tendance?

    - Abdellatif Zaghnoun: Je reste convaincu que le processus de transformation structurelle ne pourrait être mené que si le tissu entrepreneurial marocain déclenche une mue profonde et structurelle. Ceci passerait notamment par traiter l’enjeu de la densification et de la taille critique. Le tissu entrepreneurial a besoin d’être densifié de manière structurée dans l’objectif de favoriser le renouvellement générationnel des entrepreneurs. C’est une condition nécessaire pour upgrader les pratiques entrepreneuriales, et encourager le processus d’exploration de nouveaux secteurs. Par ailleurs, il est empiriquement vérifié que les gains de productivité que pourrait générer une économie en développement sont d’une certaine manière corrélés à la taille de ses entreprises privées spécialement celles qui composent son tissu productif. L’autre enjeu à traiter porte sur la diversification et la montée en gamme. La définition même du concept de la transformation structurelle repose sur l’objectif d’élargissement des commodités produites dans un pays, couplé à l’objectif d’approfondissement de la valeur ajoutée qui y est attachée. Donc, pour une transformation structurelle qui a la chance d’aboutir, il est primordial d’œuvrer collectivement pour une diversification et une montée en gamme du tissu productif marocain. Certes, les politiques publiques jouent un rôle catalyseur pour soutenir ce processus, mais le secteur privé reste le porteur effectif d’une telle stratégie. Pour amorcer un tel processus, deux dimensions sont nécessaires. Il s’agit de développer l’innovation et la découverte de nouvelles activités.

    - Vous avez parlé de transformation structurelle alors que le taux de croissance dépend de la pluviométrie.
    - La transformation structurelle est le processus par lequel l'économie oriente ses ressources vers des activités de plus en plus productives. Ce processus concerne aussi le secteur agricole qui a besoin de s'orienter vers des productions moins sensibles à la pluviométrie et à plus forte valeur ajoutée.

    - Que fait la CDG pour relancer le tissu industriel?
    - La CDG a joué un rôle important dans le développement des métiers mondiaux du Maroc, notamment l'automobile, l'aéronautique et l'offshoring, à travers la création et la gestion de zones d'activité dédiées. Par exemple, PSA a implanté son usine au Maroc dans Atlantic Free Zone qui est développée par la CDG. Au-delà de fournir l'infrastructure d'accueil pour les unités industrielles, le groupe souhaite renforcer sa contribution à l'industrialisation du Maroc en investissant directement dans des projets industriels structurants. Nous l'avions déjà fait avec l'usine de Renault à Tanger. Nous allons systématiser la démarche avec des nouveaux fonds de plusieurs milliards de dirhams dédiés aux métiers mondiaux, à l'industrie agroalimentaire et aux PME. Ces investissements, gérés par CDG Invest, viseront notamment à renforcer la présence du capital marocain dans les filières industrielles exportatrices.

    - Dans cette bataille de la transformation structurelle de l’économie, qu’attendez-vous du secteur privé?
    - Le moteur de la transformation structurelle est le dynamisme entrepreneurial. Pour que le Maroc se développe, nous avons besoin d'entreprises qui vont vers l'industrie, qui exportent, qui se diversifient, qui innovent et montent en gamme. Les pouvoirs publics et les financeurs peuvent créer un cadre favorable pour encourager ce dynamisme. Mais l'acteur principal de la transformation structurelle est bien l'entreprise privée. Nous avons besoin d'une nouvelle génération d'entrepreneurs capable de relever ce défi.

    Propos recueillis par Mohamed CHAOUI

                                                                               

    Métiers mondiaux, PME...

    pme-086.jpg

    Le groupe CDG a créé un fonds d'investissement dédié aux métiers mondiaux, avec une enveloppe de 1,5 milliard de DH. Après un diagnostic stratégique de chaque secteur ou filière ciblé comme l’automobile, l’aéronautique, le textile, l’agroalimentaire,… il faudra rechercher des opportunités d’investissement sur la base des maillons manquants de la chaîne de valeur installée au Maroc et des opportunités de positionnement encore non ou peu exploitées.

    Ce montant sera investi en fonds propres à travers des prises de participations minoritaires. L’allocation pour le fonds est entièrement financée par la CDG et devrait induire un investissement d’environ 15 milliards de DH, souligne le patron du groupe. L’autre initiative porte sur la mise en place d'un Fonds PME, doté de 1 milliard de DH.

    Sa stratégie d’investissement consiste à identifier des PME ou des entreprises de tailles intermédiaires à fort potentiel de croissance afin de les accompagner financièrement dans leur développement à travers une prise de participation minoritaire. 10 à 15 PME devraient être investies. Selon lui, l’intervention du fonds devant permettre la création d’environ 10.000 emplois et une croissance de chiffre d’affaires d’environ 10 milliards de DH sur la période de détention des participations.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc