×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Casa-Propreté: Comment la ville compte contrôler les délégataires

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5685 Le 28/01/2020 | Partager
Système de suivi verrouillé des prestations avec le concours des citoyens
Caméras, puces RFID, géolocalisation… l’arsenal de traçabilité
Automatisation du processus avec une salle de contrôle

Un budget annuel de plus de 892 millions de DH, 373 engins, 35.700 conteneurs, 5.875 éboueurs … La ville de Casablanca a enfin mis le paquet pour améliorer les services de propreté, l’un des points noirs de la métropole.

Dès cette année, ils promettent une nette amélioration des prestations en déployant tout un arsenal de suivi et de contrôle des prestations sur le terrain, assurés par les équipes de la SDL Casa-Baia. L’ensemble du parc (bennes, bacs et même chariots) est dorénavant pisté par GPS.

Les bacs sont équipés de puces RFID pour permettre leur géolocalisation. Ce qui permettra d’éviter les actes de vol ou de vandalisme. Il en est de même pour les camions munis de caméras et de puces pour transmettre toute non-conformité.

La moindre opération des équipes d’Averda et Derichebourg est transmise en temps réel à une salle de contrôle. «Il est même possible de déterminer la position et le mouvement du bac et de la benne tasseuse ainsi que son degré d’inclinaison avec précision», assure une source bien informée auprès de Casa-Baia. 

casa-proprete-085.jpg

Le nouveau matériel dernier cri a fait son apparition depuis le 15 janvier dernier à Casablanca. Les moyens humains et matériels sont renforcés, mais la qualité des prestations sera-t-elle au rendez-vous? L’avenir nous le dira …

Une application constat propreté (ACP) permet de définir le type d’anomalie, déterminer les délais de traitement et, le cas échéant, le type de pénalité si elle n’est pas réparée à temps. Ces données sont transmises en temps réel aux équipes de contrôle de la SDL et aux délégataires.

Les citoyens ont également un rôle à jouer dans cette nouvelle organisation. Leurs plaintes sont transmises via le numéro vert ou l’application «Casa Mdinti» (voir aussi encadré), au centre de contrôle de Casa-Baia qui les transmet aux délégataires et suit leur traitement sur le terrain.

Outre la qualité des prestations, le suivi et le contrôle concerneront également d’autres volets. A commencer par les aspects financiers qui seront suivis en temps réel, la maintenance des véhicules, le pointage du personnel… Mais la SDL Casa-Baia dispose-t-elle d’assez de ressources humaines pour assurer le contrôle?

Pour l’heure, ses effectifs ne dépassent pas la vingtaine. Ils seront doublés pour faire face à ses nouvelles missions, indique une source bien informée. Est-ce suffisant pour s’assurer une meilleure qualité de prestations? Les prochaines semaines seront déterminantes.

6,3 milliards de DH sur 7 ans

Pour leur part, les délégataires (Averda et Derichebourg) poursuivent le déploiement de leur matériel flambant neuf durant les semaines à venir. «Le contrôle sera opérationnel au fur et à mesure du déploiement des nouveaux équipements»,  est-il expliqué. Il faut dire que les délégataires n’ont pas intérêt à cumuler les pénalités, d’autant plus qu’ils sont payés suivant une nouvelle grille forfaitaire.

Mais ils démarrent déjà l’année avec des pénalités pour retard de déploiement du nouveau matériel (qui devait entrer en service le 21 décembre 2019). Averda et Derichebourg, qui se sont équipés chez le même fournisseur (principalement Mercedes), reçoivent encore des engins qui sont mis en service au fur et à mesure.

Sachant que Derichebourg en est pratiquent à 100%, alors qu’Averda n’a reçu que la moitié de sa flotte pour le moment. Mais qui dit parc plus performant, dit personnel plus qualifié. Les deux délégataires, qui se sont séparés de plus d’un millier d’agents communaux (cf. édition du 07/08/2019), ont recruté un staff plus jeune et qualifié (+40% par rapport aux précédents contrats). Ces employés ont suivi des formations sur la conduite et la manipulation des nouveaux engins.

Evidemment, les moyens financiers en jeu sont également plus importants. A compter de cette année, la commune urbaine de Casablanca devra débourser la bagatelle de 892,5 millions de DH par an, soit près de 6,3 milliards de DH sur 7 ans (répartis entre les 2 délégataires). La propreté coûtera aujourd’hui 230 millions de DH/an de plus par rapport aux contrats précédents.

Les prestations d’Averda et Derichebourg seront facturées selon un mode forfaitaire et non au tonnage (pour éviter la triche sur les volumes ramassés). D’où la nécessité d’un système de contrôle et de suivi bien rôdé afin de détecter les non-conformités et surtout pour appliquer les pénalités stipulées par le contrat de gestion déléguée. 

Il reste maintenant à voir les résultats de ces nouveaux dispositifs sur la qualité de service. La tâche est ardue. D’autant plus que les Casablancais sont aujourd’hui désabusés au bout de plusieurs années de gestion cafouilleuse de la propreté.

Dispositifs de contrôle

Support proximité avec les citoyens

  •      Le service «Casa M’dinti» est une application mobile assurant la gestion et le suivi des réclamations émises par les citoyens.
  •     Le service client «Allo propreté» est un numéro gratuit ((0800 00 45 45) permettant aux citoyens de s’impliquer efficacement dans le suivi de la propreté via des réclamations qui sont transmises instantanément au délégataire.

Suivi opérationnel «ACP»

  •     «ACP» (ou application constat propreté) est une application de suivi des prestations permettant la remontée des constats terrain du délégant au délégataire.
  •     Suivi informatique des données de la délégation (finance, ressources humaines, GMAO …)
  •     Suivi géolocalisé des prestations des délégataires (véhicules et chariots de balayage manuel)

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc