×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Involys redessine son modèle économique

    Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:5679 Le 20/01/2020 | Partager
    L’éditeur des logiciels se lance dans le conseil et les solutions «grand public»
    Une réorganisation adossée à quatre business units
    mountasser-fassi-fihri-079.jpg

    Mountasser Fassi Fihri est directeur général d’Involys depuis juin 2019. Sa mission est de réussir la transformation de la société (Ph. MFF)

    Plus qu’une diversification, il s’agit d’une révision profonde du modèle économique. Jusqu’à présent, les solutions développées par Involys s’adressaient aux administrations et aux entreprises.

    Pour s’arrimer aux «habitudes de consommation des technologies de l’information», l’éditeur de logiciels amorce un virage stratégique: il va s’attaquer au marché des particuliers par des produits dédiés, notamment des applications dans trois domaines prioritaires: santé, éducation et sécurité alimentaire. Pas question donc de rester à l’écart de la métastase du digital dans presque tous les domaines du quotidien.

    Cette réorientation stratégique est assortie d’une nouvelle organisation. L’entreprise se structure désormais en quatre business units – Edition, Intégration, Agil Soft Factory et Consulting – avec à terme, la perspective d’une filialisation. Chaque business unit dispose de ses propres ressources, RH et finances. L’objectif de cette réorganisation est de «mieux répondre aux attentes du marché et d’augmenter notre surface financière», justifie Mountasser Fassi Fihri, directeur général.

    Dans l’Edition, bateau-amiral de l’entreprise, l’enjeu est de moderniser la gamme actuelle des solutions. Le chantier est titanesque et exige beaucoup de ressources, concède le management. Premier enjeu, y introduire les transformations technologiques, qui vont de la mobilité, l’intelligence artificielle jusqu’au big data, le cloud,… C’est la condition sine qua non pour que les solutions Involys soient proposées aux intégrateurs, où qu’ils soient.

    En Afrique et dans la région Mena, deux marchés prioritaires, Involys s’appuiera sur des partenaires locaux. Il s’agit de rompre par ailleurs avec le schéma qui consistait à ne commercialiser que des solutions maison. Deuxième challenge, renforcer la gamme des produits. Les choix seront effectués sur la base de besoins que révélera une étude de marché en cours. En attendant, l’entreprise renforce ses équipes. D’ici 2021, elle devrait doubler ses effectifs.

    Deuxième business unit, l’Intégration. Historiquement, Involys n’intégrait que ses propres solutions, mais la création d’une business unit dédiée marque un tournant culturel dans la société. Elle intégrera non seulement ses solutions, mais aussi celles développées par des tiers ou la concurrence. De même, elle peut également s’en remettre à d’autres partenaires pour l’intégration de ses solutions.

    L’«Agile Soft Factory», la troisième business unit est un peu la start-up d’Involys.  Son cahier des charges consiste à développer des innovations destinées aux usages grand public dans des domaines comme l’intelligence artificielle, la blockchain, etc. Un processus de concours d’idées servira d’outil de sélection des thèmes les plus innovants et les plus pertinents.

    L’entreprise est d’ores et déjà engagée dans la recherche des startups qu’elle peut soit accompagner, soit racheter. Elle va par ailleurs conclure  des partenariats avec les écoles d’ingénieurs, quitte à éventuellement piocher des idées de travaux des doctorants. Consulting services: c’est l’une des transformations radicales dans le portefeuille-produit de la société d’édition de logiciels de gestion. Pour son management, cette évolution était presque inéluctable.

    «Offrir des prestations de conseil est «une évolution naturelle du fait du savoir-faire métier accumulé depuis plus de 30 ans». Dans les processus achat, le système d’information ou dans la sécurité des données, le directeur général d’Involys estime que l’entreprise a des arguments à faire valoir. Mais il faudra affronter la redoutable concurrence des majors internationales positionnées au Maroc et une kyrielle de PME très aguerries.

    Arrêtez de pleurer sur la fuite des RH!

    «C’est une donne, un paramètre de la globalisation. Il faut composer avec plutôt que de se lamenter. Que faisons-nous pour retenir ces jeunes qui partent ? Il n’y a pas que la rémunération, mais aussi le plan de carrière, l’équité, la formation, le respect, etc. Les gens ne quittent pas que pour le salaire. En plus, on ne peut pas leur en vouloir de chercher à améliorer leur situation. Ce que vivent les entreprises du secteur de l’IT est encore plus accentué dans le secteur des assurances où les actuaires sont très demandés sur le marché international».

    Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc