×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Propreté à Casablanca: Nouveau départ pour Derichebourg

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5678 Le 17/01/2020 | Partager
    Nouveau matériel, nouvelle décharge… nouvelle mentalité?
    Une semaine de la propreté sera bientôt organisée
    Objectif: sensibiliser aux pro­blématiques de 0l’activité
    casa-bennes-a-ordures-078.jpg

    Les nouvelles bennes à ordures arborent des messages de sensibilisation ainsi que les horaires de passage des éboueurs (21h) (Ph. F.Alnasser)

    Du nouveau pour la collecte des déchets à Casablanca. Les délégataires viennent de déployer leur matériel flam­bant neuf (camions, bennes, balayeuses, bacs…) mercredi 15 janvier à 21 h. Les Casablancais ont certainement remarqué l’apparition des nouveaux engins, en nourrissant l’espoir d’une meilleure qua­lité de service, fortement dégradé depuis des mois, voire quelques années. Les deux délégataires (Averda et Deriche­bourg) avaient, rappelons-le, accusé un retard sur ce déploiement qui devait in­tervenir le 21 décembre dernier.

    En tout cas, il s’agit là d’un nouveau départ pour la propreté et les délégataires ont mis le paquet cette fois-ci. Le coût global du nouveau matériel est de l’ordre à 820 millions de DH. Derichebourg, qui a hérité des anciens territoires de Sita Al Beida, vient d’introduire 190 véhicules (soit 100% du matériel), alors que Averda n’a pour le moment reçu que la moitié du parc.

    Si les moyens techniques et financiers sont déployés, il reste la pièce-maîtresse: l’élément humain. En tout, quelque 5.000 éboueurs opèrent chez les 2 délégataires, qui se sont débarrassés du lourd héritage des agents communaux (plus d’un millier qui ont réintégré leurs postes à la com­mune). Derichebourg, qui dispose de la moitié de ces effectifs, a déjà démarré depuis 3 mois des actions de formation de ses agents et chauffeurs d’engins.

    casa-bacs-a-ordures-078.jpg

    Les nouveaux bacs à ordures sont d’une capacité supérieure aux anciens (1.100 litres) (Ph. F.Alnasser)

    Pour rappel, les deux délégataires se partagent 8 lots. Derichebourg opère à Casa-Anfa, El Fida Mers Sultan, My Ra­chid et Ben Msik. Pour sa part, le libanais Averda est reconduit sur ses propres terri­toires (Hay Hassani, Aïn Chock, Aïn Se­baâ-Hay Mohammadi et Sidi Bernoussi). Les 2 délégataires se partageront aussi la modique somme de 890 millions de DH/an. Il s’agit d’une rémunération sur un mode forfaitaire (et non en fonction du tonnage). Le but étant d’éviter la fraude sur les tonnages, qui était à l’origine de la résiliation des précédents contrats.

    Parallèlement à la mise en service du nouveau matériel de collecte, la SDL Casa Baia (ou Casa Environnement), qui assure le suivi et le contrôle des services dans ce secteur, s’apprête à lancer une semaine de la propreté. Un cabinet de

    casa-agents-de-nettoiement-078.jpg

    Les agents de nettoiement sont équipés de nouveaux chariots (Ph. F.Alnasser)

    communication sera sélectionné au plus tard ce vendredi 17 janvier (parmi 5 can­didats retenus suite à un appel d’offres). Sa mission: organiser cet évènement de sensibilisation. Cette semaine de la pro­preté marquera aussi le lancement officiel du casier, mitoyen de l’actuelle décharge de Médiouna.

    Les déchets seront ensevelis dans ce casier d’enfouissement de 7 hectares, fai­sant partie d’un terrain de 35 ha, acquis par la commune pour remplacer l’ac­tuelle décharge qui a atteint les limites de sa capacité depuis des années. Il s’agit, rappelons-le, d’une option provisoire en attendant la sélection du prochain déléga­taire de la décharge de Médiouna (dont le choix s’éternise depuis plusieurs mois). Mais qu’en est-il du devenir de l’an­cienne décharge? «L’option de plantation d’arbres est une solution peu fiable, voire désastreuse à cause de la topographie du dôme et la nature des terrains de recou­vrement», estime un expert.

    La nouvelle décharge a-t-elle répondu au règlement en vigueur (étude d’impact, enquête publique …) sachant que de nouveaux lotissements ont vu le jour ou sont en cours de construction (comme le lotissement Rachad au nord et un autre au sud...).

    C’est un fait: la propreté et le transport par bus sont les deux plaies de la capitale économique. Leur gestion pose problème depuis des années et les délégataires qui se sont succédé n’ont jamais donné satis­faction. Il faut dire aussi que l’implication des Casablancais est primordiale pour réussir la «nouvelle ère de la propreté» promise.

    D’où l’organisation de cette semaine de sensibilisation par la toute jeune SDL Casa Baia avec le concours des arrondissements. Au programme: ani­mations, caravanes mobiles, ateliers de formation sur l’utilisation de l’application Casa Mdinti, des capsules de sensibilisa­tion… Un village de la propreté sera érigé sur la place Nevada (bd Rachidi).

    Aziza EL AFFAS

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc