×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Adhésion à l’OMC: USA et Chine, les plus gros bénéficiaires

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5669 Le 06/01/2020 | Partager
    Les échanges se sont accompagnés d’une croissance du PIB
    D’autres pays dont le Maroc ont moins profité du système
    L’Organisation fête son 25e anniversaire dans un état de paralysie
    omc-069.jpg

    Ce sont les Etats-Unis et la Chine qui profitent largement de leur appartenance à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Les Etats-Unis ont engrangé un différentiel positif de 87 milliards de dollars en vingt-cinq années de leur adhésion. Ils sont talonnés par la Chine (86 milliards de dollars), qui n'a adhéré à l'OMC qu'en 2001. Avec 66 milliards, l'Allemagne figure dans le trio gagnant. Le Maroc se place, lui, parmi les pays les moins bénéficiaires (voir carte).

    C’est ce qui ressort d’une étude publiée par la Fondation allemande Bertelsmann au moment où les deux grandes puissances tentent une désescalade de leurs différends douaniers. Ses auteurs ont calculé comment plusieurs pays ont pu relever leur Produit intérieur brut (PIB), surtout grâce à des tarifs douaniers moindres favorisant le commerce.

    A l'échelle mondiale, l’organisation a apporté à ses membres un supplément de croissance d'environ 855 milliards de dollars jusqu'en 2016. Cela correspond à environ 1% du PIB mondial et une croissance moyenne d'environ 4,5% du PIB par pays membre pendant sa période d'appartenance à l'OMC.

    Les pays dont les exportations et la production sont fortes sont les principaux bénéficiaires de cette adhésion. C’est le cas aussi de la Corée du Sud et le Mexique. Les grandes économies européennes, la France (24,5 milliards de dollars) et le Royaume-Uni (22 milliards de dollars), ont aussi profité du système mais dans une moindre mesure.

    «Des règles contraignantes pour le commerce mondial des biens et des services ont favorisé une croissance spectaculaire de l'activité commerciale transfrontières», a tenu à préciser le Directeur général de l’OMC, Roberto Azevêdo tout en évoquant les réalisations et les défis.

    Depuis 1995, la valeur en dollars du commerce mondial a presque quadruplé, tandis que son volume réel a été multiplié par 2,7 (soit beaucoup plus que la croissance du PIB mondial, qui a doublé au cours de cette période). Les droits de douane moyens ont presque diminué de moitié, chutant de 10,5% à 6,4%.

    L'OMC, qui compte 164 pays membres (dont le Maroc), a fêté son 25e anniversaire le 1er janvier dans un état de paralysie. Et pour cause, les Etats-Unis, très critiques envers l'organisation, ont refusé de nommer de nouveaux juges au sein de la cour d'appel de l'Organe de règlement des différends commerciaux (ORD).

    La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé mi-décembre son intention de rencontrer début 2020 le président américain Donald Trump. Objectif: tenter d'apaiser les différends commerciaux avec Washington.

    Trump vient d’annoncer la signature prochaine de l'accord commercial partiel conclu avec la Chine après des mois d'affrontement à coups de droits de douane punitifs. Elle devra intervenir le 15 janvier prochain à la Maison-Blanche.

    F. Z. T.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc