×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
International

Climat: Bruxelles dévoile son «Green Deal»

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5654 Le 13/12/2019 | Partager
Réduire les émissions de CO2 tout en maintenant la croissance
Les investissements nécessiteront la mobilisation du public et du privé
climat-054.jpg

Au moment où s’achève la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques COP25 (tenu du 2 au 13 décembre 2019) à Madrid, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dévoilé le pacte vert pour l’Europe. Il s’agit d’une feuille de route ayant pour objectif de rendre l’économie européenne durable, en transformant les défis climatiques et environnementaux en opportunités.

L’Union européenne a déjà démontré qu’elle pouvait réduire ses émissions de gaz à effet de serre, tout en maintenant la croissance économique. En effet, en 2018, les émissions étaient inférieures de 23% à celles de 1990, tandis que le PIB a augmenté de 61% sur la même période. L’annonce de ce pacte a suscité des réactions très variées. Les critiques les plus dures venant des défenseurs de l’environnement.

■ Les défis 2050: L’objectif de la Commission est de faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre d’ici à 2050. Pour y parvenir, il faut agir dès maintenant. Une vision à long terme apportera aux industries et aux entreprises une plus grande sécurité réglementaire. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le fait d’atteindre des émissions de dioxyde de carbone nettes égales à zéro et de les stabiliser à ce niveau et la diminution du forçage radiatif net autre que celui dû au CO2 mettraient un terme au réchauffement planétaire anthropique pendant plusieurs décennies.

■ Les attitudes: Une très grande majorité d’Européens estiment que la protection de l’environnement est importante (95%). Près de 8 Européens sur 10 (77%) affirment qu’elle peut stimuler la croissance économique. Les résultats de l’enquête Eurobaromètre sur les attitudes des citoyens vis-à-vis de l’environnement confirment que ceux-ci sont largement favorables à une législation ainsi qu’au financement d’activités respectueuses du climat.

■ Les secteurs visés: Transports, bâtiment, agriculture, production d’énergie… plusieurs secteurs sont responsables d’une part considérable des émissions de gaz à effet de serre. D’autres, comme la finance, auront un rôle à jouer pour orienter les capitaux privés vers des investissements plus durables.

■ Importants investissements: Pour atteindre les objectifs actuels en matière de climat et d’énergie à l’horizon 2030, il est estimé que des investissements annuels supplémentaires de quelque 260 milliards d’euros (soit environ 1,5% du PIB de 2018) devront être consentis. Ils nécessiteront la mobilisation des secteurs public et privé. La Commission présentera, début 2020, un plan destiné à répondre aux besoins de financements. Au moins 25% du budget à long terme de l’UE devraient être consacrés à l’action pour le climat et la Banque européenne d’investissement (la banque européenne pour le climat) apportera un soutien supplémentaire. Pour que le secteur privé puisse contribuer au financement de la transition verte, une stratégie sera présentée l’année prochaine.

Législation environnementale

Pour devenir le premier continent climatiquement neutre d’ici à 2050, Bruxelles présentera dans les 100 jours à venir, la première «législation européenne sur le climat». Il est question de présenter également une stratégie en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030, un écosystème industriel et un nouveau plan d’action en faveur de l’économie circulaire. Sur la liste des propositions figurent également la stratégie «De la ferme à la table» pour une alimentation durable et des mesures en faveur d’une Europe sans pollution. Les travaux débuteront immédiatement en vue d’un renforcement des objectifs européens en matière d’émissions d’ici à 2030 et une trajectoire réaliste sera fixée pour atteindre les objectifs à l’horizon 2050.

F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc