×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5652 Le 11/12/2019 | Partager
    L’artiste peint «la beauté du monde et sa douleur»
    D’immenses toiles, d’un bleu vague à l’âme, parfois sourd et puissant, d’une monochromie à peine compromise
    echiquier-052.jpg

    Echiquier-2019-170x170cm-Technique-mixte-sur-bois  (Ph. Loft Art gallery)

    Les œuvres de Saâd Hassani, exposées  à la Loft Art Gallery, jusqu’au 11 janvier, à Casablanca sont constituées d’immenses toiles, d’un bleu vague à l’âme, parfois sourd et puissant, à l’extrême limite entre transparence et opacité. Le tout est d’une monochromie à peine compromise.

    Des figures, imperceptiblement esquissées, qui prennent l’allure de corps, de motifs ou de silhouettes, quand ce n’est pas quelques formes totémiques. Un roi, un fou, un cavalier...  surgissant comme un éclair, une étincelle dans ce bleu infini, réminiscence de la période «échiquier», qui a longtemps habité le travail de l’artiste.

    Le tout dégageant un sentiment de plénitude immense, dont la force émotionnelle témoigne de la dextérité et la grande maîtrise de la couleur chez l’artiste. Une touche picturale qui lui est propre selon la technique de l’effacement, par strate de couleurs qui s’ajoutent les unes aux autres faisant disparaître un motif pour en dévoiler un autre.

    «J’ai gardé l’essentiel» nous dit Hassani, dans l’intimité de son atelier, sis au beau milieu d’un foundouk casablancais. Après avoir pratiqué  une figuration plus ou moins suggestive (Les Chaises, Le Corps, puis L’Echiquier) l’artiste  se livre aujourd’hui  à une abstraction délicate, toute en retenue.

    «Ici, toute trace narrative ou décorative est effacée de la peinture. Les toiles immenses, réalisées à l’aide de pigments naturels mêlant le bleu et les nuances de beige rosé, de blancs et d’ocres, suscitent une émotion intense» note le critique d’art Moulime Laarousi qui renchérit: «Saâd Hassani peint le silence, les rêves qui s’éloignent, les obsessions qui se dissipent et le temps qui passe. Il peint la beauté du monde et sa douleur».

    hants-de-nuit-052.jpg

    Chants-de-nuit-2017-260x210cm-Technique-mixte-sur-toile (Ph. Loft Art gallery)

    Né en 1948 à Rabat, Saâd Hassani voit sa vocation de peintre se manifester très tôt. Il a seize ans lors de sa première exposition personnelle, il fréquente très tôt  les galeries et les ateliers et découvre l’Ecole de Paris à travers les peintres Jilali Gharbaoui et Ahmed Cherkaoui. Il y découvre l’art brut, les expressionnistes abstraits, se passionne pour Matisse et Paul Klee. Proche des artistes de l’Ecole de Casablanca, Saâd Hassani fait très tôt partie des cercles influents du monde de l’art tant au Maroc qu’en Europe.

    Son atelier de la rue d’Alger à Rabat accueille de nombreux peintres, des poètes et intellectuels, des artistes étrangers. Il s’installe à Casablanca en 1972, face à la mer, pour, dans la solitude, «recueillir des débris dans le paysage». Pendant les cinq années qui suivent, il expose régulièrement au Maroc, partage son temps entre Paris, Casablanca et Venise. La radio et la télévision s’intéressent à son travail. En 1978, il participe à la première édition du festival international d’Asilah où il peint une fresque murale.

    Il y reviendra très régulièrement pour y travailler dans le calme et la sérénité. En 1980 il expose à la Fondation Miro à Madrid. L’occasion pour lui de rencontrer un certain nombre d’artistes espagnols dont Antonio Saura à Cuenca, là où, au Musée d’art abstrait du village, il découvre les peintres Miares et surtout Tapiés.

    Amine Boushaba

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc