×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Réforme des retraites en France: Le bras de fer continue

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5651 Le 10/12/2019 | Partager
Bruxelles la juge nécessaire, l’exécutif enchaîne les réunions
Plusieurs secteurs perturbés dont le transport
reforme-des-retraites-en-france-051.jpg

La Commission européenne juge la réforme des retraites «nécessaire». C’est ce qu’a affirmé, hier lundi, Thierry Breton, le nouveau commissaire européen au marché unique et au numérique à la presse française. Elle est perçue comme nécessaire compte tenu «de l’évolution de l’espérance de vie et aussi de la nécessité absolue d’avoir des régimes équilibrés ».

Sous pression, l’exécutif doit lever le voile sur une réforme des retraites encore floue. Il devra dévoiler l’intégrité de son projet ce mercredi. Le gouvernement français défend un système universel par points censé remplacer à partir de 2025, ou un peu plus tard, les 42 régimes existants et être plus juste. Ses opposants redoutent une précarisation des pensionnés.

Le gouvernement Macron devra en tout cas faire preuve de pédagogie pour répondre aux inquiétudes exprimées par de nombreuses professions appelées à se mobiliser à nouveau mardi. Parmi elles, les enseignants, qui craignent que leurs pensions baissent avec les nouvelles règles. Pour l’éviter, l’exécutif s’est déjà engagé à une «revalorisation progressive» de leur traitement.

Mardi 10 Décembre 2019 10 Sur le terrain, le mouvement de grève se poursuit touchant plusieurs secteurs dont celui des transports publics, en particulier à Paris. L’inquiétude monte également chez les commerçants, hôteliers, restaurateurs et professionnels du tourisme, surtout en région parisienne. La crise s’accentue un an après le coup dur déjà porté par le mouvement des «gilets jaunes».

Les experts craignent aussi des répercussions pour l’économie, en cette période des achats de Noël. Le premier jour de grève (jeudi dernier) a entraîné 30% de baisse d’activité en moyenne dans les magasins, selon l’Alliance du commerce. La secrétaire d’Etat à l’Economie, Agnès Pannier-Runacher, s’est inquiétée des conséquences sur le tourisme. «Si ça dure, le fait de compliquer la venue des Français chez leurs commerçants peut leur faire baisser le chiffre d’affaires», a-t-elle averti.

A l’heure où nous mettions sous presse, les syndicats devaient être reçus lundi après-midi par le gouvernement. Puis, mardi soir, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre Édouard Philippe doivent convier les ministres concernés par la réforme et les dirigeants de la majorité à un dîner au palais présidentiel.

La réunion devra permettre de caler les derniers arbitrages et de se coordonner avant les annonces mercredi du Premier ministre. Le bras de fer semble pour l’instant pencher en faveur des grévistes. Selon un sondage réalisé auprès de 1.001 personnes le week-end dernier, 53% des Français soutiennent ou ont de la sympathie pour le mouvement. 

F. Z. T.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    re[email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc