×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Armor Industries : Un business model qui repose sur le reconditionnement

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5648 Le 05/12/2019 | Partager
    Près de 1,5 million de cartouches d'encre recyclées
    Hausse des ventes malgré un cycle baissier
    armor-industrie-048.jpg

    Remplissage de réservoir d’encre sur le site de Bir Jdid. Depuis son usine, la filiale du groupe Armor reconditionne 1,5 million de cartouches laser par an (70% monochrome, 30% couleur). La production est assurée par plus de 400 collaborateurs, pour une productivité moyenne de 5 cartouches par heure (Ph. W.A.)

    La digitalisation des métiers, des entreprises et des process de travail ne fait pas que des heureux! Pour les fabricants d’imprimantes, ce concept est synonyme de baisse des ventes. «Depuis les 3 dernières années, le marché mondial du print enregistre une baisse moyenne de plus de 5% par an», explique Mohamed Alfarze, DG d’Armor Industries Maroc.

    La filiale marocaine du spécialiste français du remanufacturing (reconditionnement) de cartouches de toner arrive tout de même à tirer son épingle du jeu. «Nous réussissons à grignoter des parts de marché, avec une croissance moyenne de nos ventes de l’ordre de 6% l’an», précise le management, le mardi 3 décembre dernier, lors de la visite de ses installations à Bir Jdid (sud de Casablanca).

    La hausse des ventes dans un marché mondial baissier tire sa source du modèle d’affaires du groupe, qui fonde son activité sur l’économie circulaire basée sur la récupération de cartouches usagées en vue de leur réutilisation sous la marque OWA et des marques fournisseurs. Il puise sa compétitivité également de la maîtrise des coûts.

    «Nous atteignons des coûts de plus en plus faibles en fonction de l’expérience acquise dans la fabrication des produits ou encore la disponibilité des cartouches vides qui croît en fonction de la progression de la base installée», explique Mohamed Alfarze. A la fin du process, les cartouches sont écoulées 30% moins chères que les cartouches d’origine (OEM).

    L’écart peu aller jusqu’à 60-70%. Chaque année, ce sont plus de 2.000 tonnes de cartouches qui sont collectées chez des entreprises clientes basées en Europe et acheminées vers le Maroc pour être recyclées. En 2018, Armor Industries a réalisé un chiffre d'affaires de 245 millions de DH dont 95% à l'export.

    A première vue, l’on se dit que l’activité de l’entreprise se réduit au remplissage de cartouches usagées, comme on a l’habitude de voir à Derb Ghallef. Pour faire en sorte que les cartouches recyclées soient conformes aux normes et respectent la propriété intellectuelle, l’entreprise s’appuie sur la R&D. Plus de 10 marques déclinées sous 696 références d’origine (OEM) sont couvertes (HP, Brother, Samsung, Lexmark, Epson…).

    Le groupe a même une équipe dédiée au droit des licences pour assurer le respect des brevets des fabricants d’origine, basée à Nantes. Ses ingénieurs font pratiquement de l’ingénierie inversée. Une série de tests est ainsi réalisée sur des cartouches d’origine afin d’aboutir à la présélection des composants-clés qui formeront le consommable remanufacturé. Etape essentielle, l’analyse de ces composants est réalisée pour des évaluations.

    Une fois ces composants présélectionnés, des tests de combinaisons sont réalisés en vue d’aboutir à la combinaison finale qui constituera la cartouche laser et le kit toner. En moyenne, 2 mois et demi sont nécessaires pour développer une nouvelle formule d’encre. «Une cartouche peut être recyclée en moyenne 3 fois. Au-delà, nous sortons du champ du remanufacturing et nous nous exposons à des poursuites des fabricants d’origine», explique le management.

    Au niveau de la chaîne de production, d’une superficie de plus de 6.000 m2, les cartouches usagées collectées passent par plusieurs étapes: elles sont démontées, nettoyées et usinées pour recevoir un opercule. Elles sont ensuite remplies et montées avant de subir des tests d’impression.

    Plus de 400 collaborateurs dont 85% de femmes produisent plus de 1,5 million de cartouches laser, chaque année, sur le site de Bir Jdid, qu’Armor industries exporte dans toute l’Europe. L’usine est dotée d’une capacité de production installée de 2,4 millions de cartouches par an.

    Les cartouches rebutées ou en fin de vie sont traitées par démantèlement et séparation des matières pour leur valorisation. Les autres déchets sont également revalorisés ou traités pour être transformés en sources d’énergie par des entreprises partenaires.

    Maillon-clé de son dispositif, le groupe français ambitionne de faire de la filiale marocaine une base d’opération en vue de confirmer son leadership sur le marché européen. Sur les dix dernières années, le groupe a investi plus de 40 millions de DH en vue de faire du site de Bir Jdid un outil industriel à la pointe de la technologie.

    Indicateurs-clés

    • 245 millions de DH de chiffre d’affaires dont 95% réalisés à l’export (2018).
    • 400 collaborateurs dont plus de 85% de femmes.
    • Plus de 1,5 million de cartouches laser fabriquées et exportées chaque année vers l’Europe
    • Une capacité de production de plus de 2,4 millions de cartouches par an.
    • 40 millions de DH d’investissements cumulés sur les 10 dernières années.
    • Plus de 10 marques déclinées sous 696 références d’origine (OEM) et 392 références couleur.

    M.Ko.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc