×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

OCDE: «Des régimes de retraite mieux harmonisés…»

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5644 Le 29/11/2019 | Partager
Objectif: atténuer les inégalités de couverture, de cotisations et de droits
L’accès aux plans de retraite individuels doit être le même pour tous

Une réforme urgente des régimes de retraite s’impose. Objectif: «veiller à ce que les travailleurs temporaires ou à temps partiel, toujours plus nombreux, puissent cotiser suffisamment tout au long de leur vie active pour percevoir un revenu convenable une fois à la retraite».

L’édition 2019 du Panorama des pensions de l’OCDE montre que l’emploi atypique, comme le travail non salarié, temporaire ou à temps partiel, représente aujourd’hui plus d’un tiers de l’emploi total dans les pays de l’OCDE. Les femmes sont trois fois plus nombreuses que les hommes à travailler à temps partiel. Le travail indépendant est particulièrement répandu chez les travailleurs plus âgés.

«Les pouvoirs publics doivent mettre en place rapidement des régimes de retraite mieux harmonisés, qui profitent à tous», selon le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría. «Il est primordial que les pays de l’OCDE réforment leurs politiques en matière de retraite afin d’atténuer les inégalités de couverture, de cotisations et de droits constatées entre les travailleurs traditionnels et ceux atypiques», dit-il.

Souvent, ces derniers sont moins bien rémunérés, cotisent moins aux régimes liés à la rémunération et n’ont pas la possibilité de cotiser aux régimes professionnels. Même dans l’hypothèse de carrières complètes, la pension de retraite des travailleurs indépendants au titre des régimes obligatoires correspond à une rémunération équivalente à 80% environ de celle des travailleurs salariés en moyenne dans la zone OCDE.

L’accent doit être mis sur l’établissement de régimes de retraite plus homogènes qui ne laissent personne de côté, plutôt que sur une réorientation radicale de leur conception et de leur financement. Ainsi, l’accès aux plans de retraite individuels doit être le même pour tous, quel que soit le statut d’emploi. Et il faut faciliter les modalités de transfert des droits à pension en cas de changement d’emploi.

L’étude met également en évidence les risques accrus que les pays ne soient pas en mesure de mener à bien les réformes adoptées dernièrement. Et ce, alors même que le vieillissement démographique s’accélère à l’échelle de l’OCDE.

Au cours des 40 dernières années, le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans pour 100 personnes d’âge actif (20-64 ans) est passé de 20 à 31 et il aura presque doublé en 2060, à 58. Selon les projections, le vieillissement démographique sera particulièrement rapide en Corée, en Espagne, en Grèce, en Pologne, au Portugal, en République slovaque et en Slovénie. Le Japon et l’Italie resteront parmi les pays dotés de la population la plus âgée.

Depuis deux ans, la plupart des réformes des retraites visent à assouplir les critères d’âge, augmenter les pensions, élargir la couverture des régimes. Certaines mesures prises dernièrement sont en outre revenues sur des réformes antérieures, avec à la clé des pressions accrues à long terme qui menacent la viabilité financière de nombreux régimes de retraite.

Par exemple, la France se distingue par un âge moyen de la sortie du travail particulièrement bas, de 60,8 ans, soit quatre ans de moins que la moyenne des pays de l’OCDE. Le futur système universel par points que veut mettre en place le gouvernement français simplifiera le système actuel jugé trop complexe, avec ses 42 régimes distincts.

La réforme (contre laquelle une grève massive est prévue à partir du 5 décembre) permettra «de mettre en place des règles claires d’ajustement de ses principaux paramètres en fonction de l’évolution à moyen terme de la démographie», espère l’OCDE.

Question d’âge: 62 ans-71 ans…

En 2018, l’âge normal de la retraite pour les hommes s’élevait à 51 ans en Turquie, contre 67 ans pour les hommes comme pour les femmes en Islande, en Italie et en Norvège.
  Compte tenu de la législation en vigueur, l’âge normal de la retraite à l’avenir sera compris entre 62 ans en Grèce, au Luxembourg, en Slovénie et en Turquie et 71 ans ou plus au Danemark, en Estonie, en Italie et aux Pays-Bas.
La proportion de la vie adulte passée à la retraite continue d’augmenter dans la grande majorité des pays de l’OCDE. En moyenne, la cohorte de population qui entre actuellement sur le marché du travail devrait passer 33,6% de sa vie adulte à la retraite, contre 32% pour la cohorte qui part aujourd’hui à la retraite.

F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc