×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Procédure de destitution: Trump invité à se défendre au congrès

    Par L'Economiste | Edition N°:5643 Le 28/11/2019 | Partager
    Une audition est prévue le 4 décembre
    Le président américain est en campagne de réélection
    procedure-de-destitution-trump-043.jpg

    Lors d'une réunion publique en Floride en début de semaine, Donald Trump a voué ses adversaires aux gémonies avant de séjourner dans son club de golf pour une trêve de Thanksgiving. La Floride est l'un des Etats clés pour l'élection présidentielle de novembre 2020, où l'ex-homme d'affaires briguera un second mandat. «Le raz-de-marée va commencer ici», a lancé le chef d'Etat.

    En attendant, la commission judiciaire de la Chambre des représentants a invité Trump ou ses avocats à participer à une audition le 4 décembre. Elle marquera l'ouverture d'une nouvelle phase de l'enquête en destitution ouverte à son encontre. «Je vous écris pour savoir si vous, ou vos avocats, comptez assister à l'audition ou souhaitez interroger les témoins», a demandé l'élu démocrate Jerry Nadler dans un courrier adressé au président américain.

    Nadler a assuré vouloir mener une «procédure équitable et informative». Il a souligné que «la participation du président et de ses avocats ne résultait pas d'un droit mais d'un privilège ou d'une courtoisie accordés». Dénonçant une farce ou un canular, Trump a assuré il y a quelques jours sur Twitter «envisager sérieusement de témoigner au Congrès, peut-être par écrit».

    Le courrier de Nadler marque un nouveau cap dans la procédure de destitution qui assombrit la campagne de réélection du milliardaire new-yorkais. Les démocrates lui reprochent d’ailleurs d'avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, un de ses adversaires potentiels à la présidentielle de 2020. Ils l'accusent d'avoir abusé de son pouvoir à des fins personnelles, notamment en gelant une aide militaire pour faire pression sur Kiev.

    Au cours des deux derniers mois, la commission du Renseignement a mené l'enquête et entendu une quinzaine de témoins, notamment lors d'auditions publiques, sans que la Maison-Blanche n'ait son mot à dire. Cette phase d'enquête est bouclée et la commission du Renseignement devrait bientôt transmettre son rapport à la commission judiciaire.

    F. Z. T. avec agences

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc