×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les Algériens de nouveau appelés aux urnes

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5637 Le 20/11/2019 | Partager
    L’élection présidentielle doit avoir lieu le 12 décembre
    Une campagne très agitée

    La campagne électorale pour l’élection présidentielle du 12 décembre prochain en Algérie s’annonce très agitée, comme le relate la presse algérienne. Les sorties des candidats et leurs meetings à travers le pays se déroulent sous forte protection policière.

    Les cinq candidats en lice pour l’élection présidentielle (aux côtés d’Ali Benflis, se présentent Azzedine Mihoubi, Abdelaziz Belaid et Abdelkader Bengrina, ainsi qu’un autre ex-Premier ministre, Abdelmajid Tebboune) ont signé une charte d’éthique des pratiques électorales à Alger.

    Cette charte est élaborée par l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie). Elle expose les principes directeurs auxquels doivent se soumettre les candidats participant au processus électoral. Les signataires s’engagent à «s’abstenir de tout propos diffamatoire, insultes, invectives envers un autre candidat ou acteur du processus électoral et toute autre déclaration qu’ils savent être erronée».

    En ce qui concerne le volet économique, les députés algériens viennent d’adopter la loi de finances 2020. Elle entérine notamment le recours «sélectif à l’emprunt extérieur et l’abandon de l’obligation pour les investisseurs étrangers de s’associer à des partenaires algériens majoritaires», selon l’agence de presse officielle APS.

    Depuis un douloureux plan d’ajustement structurel dans les années 1990 et grâce à la rente pétrolière, l’Algérie, dont les recettes liées aux hydrocarbures financent 60% du budget, s’est refusée à emprunter sur les marchés internationaux.

    La loi de finances prévoit la poursuite de la baisse des réserves de changes qui devraient totaliser 51,6 milliards de dollars fin 2020, soit l’équivalent de 12,4 mois d’importations. Elles s’établissaient à 195 milliards de dollars en mars 2014, avant la chute des cours et sont passées sous les 100 milliards fin 2017.

    Le déficit budgétaire s’établit à quelque 11,5 milliards d’euros, malgré une baisse de 8,6% des dépenses publiques, essentiellement sur le poste investissement (-18,7%). Celles de fonctionnement (notamment 21,8 milliards d’euros de masse salariale) restent stables (-1,2%).

    Les recettes de l’Etat s’annoncent en baisse de 7%, à environ 46,7 milliards d’euros en raison du recul de celles liées à la fiscalité pétrolière (-16 milliards d’euros environ). Près de 25% du budget (environ 13,5 milliards d’euros) reste consacré au maintien du généreux système des transferts sociaux (subvention de nombreux produits de base, de l’énergie, des transports, aides aux logements, éducation et soins gratuits). Une dépense représentant 8,4% du PIB.

    Basée sur un prix du marché du baril de brut à 60 dollars, la loi de finances prévoit une croissance économique d’environ 1,8% et une poursuite de l’inflation à 4,08%.

    Les hydrocarbures

    Les députés algériens ont adopté aussi un projet de loi controversé, visant à assouplir et simplifier le régime juridique et fiscal du secteur des hydrocarbures, dont se sont détournés les investisseurs étrangers. Troisième producteur d’Afrique de pétrole et parmi les dix premiers producteurs mondiaux de gaz, l’Algérie a un besoin urgent de découvrir de nouveaux gisements. Objectif: pallier les dangereux mouvements croisés de baisse continue de la production des gisements existants et de hausse de sa consommation nationale. Sonatrach souffre aussi de l’obsolescence des infrastructures pétrolières algériennes, faute d’investissements récents.

    F. Z. T.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc