×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Oujda: La Coupe du trône revient... 63 ans après!

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5635 Le 15/11/2019 | Partager
    Important dispositif organisationnel mis en place
    Le TAS et le HUSA en quête de leur premier sacre
    var-arbitrage-035.jpg

    46 arbitres viennent de suivre une formation sur cette technologie qui sera appliquée dans tous les stades du pays, à partir de 2020 (Ph. FRMF)

    Il a fallu attendre 63 ans pour qu’Oujda abrite de nouveau une finale de la Coupe du trône de football. Un rendez-vous qui a tardé à se concrétiser alors que l’équipe du Mouloudia d’Oujda avait remporté les 2 premières coupes du trône du Maroc indépendant en 1957 et 1958 contre le Wydad de Casablanca.

    Elle avait également remporté la coupe en 1960 (contre le FUS de Rabat) et 1962 (contre le Kawkab de Marrakech). Au total, le Mouloudia a remporté quatre coupes du trône au cours des six premières années de l’indépendance. 

    Une «omission» que la Fédération royale marocaine de football (FRMF) vient de corriger en programmant la finale de cette année à Oujda. Un rappel apprécié à sa juste valeur par les habitants de l’Oriental qui attendaient cet événement depuis bien longtemps.  C’est également une opportunité pour les supporters du Tihad Athletic Sportif (TAS) et du Hassania Union Sport d’Agadir (HUSA), les deux équipes finalistes,  de découvrir une cité sportive.

    La capitale de l’Oriental est dotée d’une importante infrastructure à ce niveau. Elle dispose d’un complexe sportif, deux terrains de football, un de rugby, un golf, un complexe de tennis, six salles omnisports, une piscine olympique, un stade d’athlétisme et une quinzaine de terrains de proximité.

    D’autres projets sont également en cours, comme une annexe d’entraînement pour le complexe sportif et un hippodrome.  De telles réalisations contribueront à animer une ville en manque d’événements sportifs de dimension nationale et internationale.

    Pour réussir l’organisation de cette finale, programmée le 18 novembre, les autorités locales, le département de la Jeunesse et Sports ainsi que des services d’ordre travaillent d’arrache-pied pour relever le défi d’une bonne organisation: plus de 2.000 policiers veilleront sur le bon déroulement de la rencontre, 4.500 barrières seront installées pour assurer la fluidité de la circulation autour du complexe et les douze portes du stade seront ouvertes pour faciliter l’entrée et la sortie des spectateurs.

    Au cours de cette finale, la technique d’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) sera appliquée car la Fédération royale marocaine de football a obtenu, vendredi 8 novembre, l’autorisation du Conseil international de football (IFAB) pour utiliser cette technologie. De ce fait, le Maroc devient le premier pays africain à utiliser la technique VAR en compétitions locales.

    Sur le plan sportif, c’est la 3e participation du HUSA à une finale de la Coupe du trône. Il a été vaincu en 1963 par le Kawkab de Marrakech (2-3) et en 2006 contre l’OC Khouribga (0-1). Arrivera-t-il à décrocher sa première coupe cette année? C’est bien évidemment le souhait des supporters. Quant au TAS, il jouera la 1re finale de son histoire, un regain d’espoir pour les nostalgiques du Hay Mohammadi.

    De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc