×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme: Grosse offensive sur le marché britannique

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5630 Le 07/11/2019 | Partager
    Nouveau stand, nouvelle vision… mais aucune information sur le budget
    L’ONMT mise sur les partenariats avec les TO pour mieux positionner le Maroc
    tourisme-british-030.jpg

    L’ONMT a inauguré, au WTM de Londres, un nouveau concept de stand qui sera désormais le même dans tous les salons internationaux du tourisme pour la saison 2019-2020. Si aucune indication n’est donnée par rapport au coût de cette vitrine, l’on sait que la participation à ce genre de foire et salon nécessite généralement entre 350.000 et 400.000 euros pour la location du stand (Ph. YSA) 

    Considéré comme un hub pour les touristes anglo-saxons, Londres qui accueille la 40eédition du World Travel Market (WTM) est une plateforme pour les traders du tourisme. En effet, la deuxième plus grande foire du tourisme (après Berlin) se poursuit jusqu’au 7 novembre avec une forte participation des professionnels marocains.

    «Normal, puisque la capitale londonienne reçoit des touristes venant d’Australie, la Nouvelle Zélande, les USA, le Canada et l’Amérique latine, ainsi que les pays asiatiques… bref, des pays émetteurs à fort potentiel qu’il y a lieu de conquérir avec des produits de niche, de qualité supérieure», indique Aziz Lebbar, président du CRT de Fès.

    Pour y parvenir, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) a mis le paquet en investissant dans un «nouveau pavillon, de nouvelle génération». Toutefois, aucune indication n’est donnée par rapport au budget alloué à ce genre d’opérations. Décryptage.

    ■  Dévoiler la vision, mais pas le coût!
    Le 4 novembre, les professionnels du tourisme découvraient à Londres le nouveau pavillon Maroc. Sis au milieu des représentations des pays d’Afrique (Egypte, Tunisie, Malawi, Gambie…etc), le stand épouse «un nouveau concept qui sera désormais le même dans tous les salons internationaux du tourisme». Et ce, pour la saison 2019-2020, soit un an pour amortir une vitrine dont le coût constitue un véritable mystère. Interrogé par L’Economiste sur le budget déployé pour l’aménagement de ce pavillon, Adel El Fakir, DG de l’ONMT, a botté en touche notre question. Il en est de même pour l’interrogation sur le budget de l’Office consacré à la promotion du Maroc sur le marché britannique. D’autres responsables de l’ONMT estiment que «ce genre de données pourrait être utilisé par nos pays concurrents». Toutefois, ils n’écartent pas la possibilité de communiquer «la part (en pourcentage) de chaque marché dans le budget global de l’Office», sans donner plus de précision. Pourtant, du temps (2005) de Adil Douiri et Abbas Azzouzi (présent au WTM 2019 au nom du groupe H Partners), alors que le premier était ministre du Tourisme et le second patron de l’ONMT, la médiatisation de ces chiffres se faisant sans complexe. Pour rappel, la stratégie adaptée au Royaume-Uni était basée sur une segmentation du marché, ciblant depuis 2006, trois catégories de clients (seniors, les 30-50 ans et les citadins). Le budget promotionnel sur le marché anglais était alors de 40 millions de DH pour l’année 2006. «Le marché évolue aussi en fonction du budget qui lui est consacré et des connexions aériennes», disait l’ancien ministre du Tourisme (cf. L’Economiste Edition N°2158 du 25/11/2005).

    ■ Améliorer l’image de la destination en priorité
    De l’avis des responsables de l’Office, le nouveau pavillon Maroc a l’ambition à la fois d’améliorer l’image de la destination et d’assurer une meilleure visibilité des régions et des opérateurs marocains. La vitrine du tourisme marocain qui se veut «innovante» s’étale sur 525 m2. « Il y a une vraie volonté de rupture. Le design est complètement repensé. Nous avons voulu montrer un Maroc qui bouge, tout en restant dans le respect de la tradition. Dans le même temps, nous avons prévu des espaces plus conviviaux pour les professionnels leur permettant de mettre en valeur leurs destinations et leurs produits de manière efficiente et d’encourager ainsi leur prise de contact avec leurs partenaires étrangers», souligne Adel El Fakir. Entièrement digitalisé, ce nouveau stand nouvelle génération bénéficie d’équipements technologiques de pointe comme des écrans LED, des bornes digitales et des sols interactifs. L’affichage LED remplace ainsi l’affichage publicitaire classique. Notons que ce nouveau stand sera cette année l’estampille de la marque touristique Maroc et sera décliné dans tous les salons internationaux du tourisme. Mise à l’honneur, Agadir occupe certes une place centrale au niveau pavillon, mais l’endroit ne fait pas l’unanimité auprès des professionnels gadiris, qui «espéraient plutôt une présentation en façade». Signalons que les Conseils régional et communal de la capitale du Souss devraient penser à la promotion de la destination à hauteur de 15 millions de DH, au terme d’une convention reconductible sur 3 ans (2019-2021).
    Enfin, les professionnels de Fès et Marrakech, déplorent que les «brochures de l’ONMT, vendant leurs destinations ne soient pas actualisées depuis 2005». A ce titre, la brochure de la capitale ocre fait état de 3 golfs alors que la ville dispose de 13 golfs. Idem pour Fès qui est dotée de 4 golfs au lieu d’un comme indiqué dans la brochure de l’office. Pire encore, l’ONMT fait état d’une académie de tennis (Henri Leconte) à Fès, alors que celle-ci est fermée depuis 10 ans.

    Densifier le transport aérien

    Pour Jamal Younes Kilito, délégué de l’ONMT pour le Royaume Uni et l’Irlande, «les réunions avec les TO se poursuivent à un rythme accéléré au WTM 2019 et dénotent d’un véritable engouement pour la destination Maroc». En revanche, pour mieux vendre le produit, l’Office mise également sur la densification du transport aérien. «Il y a de bonnes nouvelles qui seront annoncées en leur temps», confie Kilito. En attendant, il existe des vols de Grande-Bretagne qui desservent 7 villes marocaines différentes. C’est ce qui a permis au Maroc de drainer près de 660.000 touristes venant du Royaume-Uni rien qu’en 2018, (+4% vs 2017). A noter enfin que les britanniques voyagent plus au printemps et surtout en été. La coupe du monde et un été très chaud ont impacté d’une façon significative les départs en voyages à l’étranger pour 2018. L’été 2018, les britanniques ont plutôt opté pour des vacances au Royaume-Uni.

                                                                                    

    Ce que pèse le marché britannique

    Les Anglais sont de grands voyageurs et fort dépensiers d’ailleurs: 66 millions de packages de voyages vendus chaque année au Royaume-Uni. Par ordre de leur préférence, l’Espagne et la France. Le Maroc vient en 5e position, derrière la Turquie et la Tunisie. Pour Aziz Lebbar, président du CRT «le Maroc offre une complémentarité de produits culturels et balnéaires, et la nouvelle tendance des break-week-ends, pourrait parfaitement s’adapter au produit touristique marocain». Dans tous les cas, les prescripteurs anglais ont bien vu que la destination est au-dessus de tout ce qu’ils pouvaient rêver. «Et la plateforme du WTM est une opportunité pour promouvoir le Royaume auprès de la clientèle américaine, canadienne, latino, asiatique et du Moyen Orient…
    A noter que les touristes américains arrivent en tête des clients qui dépensent le plus. Il faut bien les servir, leur proposer des produits de qualité (touristiques et d’artisanat) et aussi s’assurer de l’expédition dans les plus brefs délais et du service après vente», conclut Lebbar.

    DNES à Londres, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc