×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech/Safi: La feuille de route des voyagistes

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5624 Le 29/10/2019 | Partager
    Capitaliser sur le mice avec le Marrakech Convention Bureau
    Promouvoir l’arrière-pays pour le tourisme durable
    Et réinventer la relation client à travers le digital
    marrakech-safi-tourisme-024.jpg

    Le tourisme durable et écologique sera au cœur de la stratégie de l’Aravms. C’est un produit très prisé par les touristes nordiques (Ph. privée)

    Nouvelles équipes pour l’ARAVMS (association régionale des agences de voyages de Marrakech/Safi) et nouveaux défis pour cette profession qui «fabrique» le produit touristique. «Notre vision est la valorisation du rôle de l’agent de voyages auprès de l’ensemble des acteurs du secteur et répondre aux grandes problématiques qui affectent notre métier», indique Taoufik Madih, président de l’association pour un 2e mandat.

    Avec les membres de son bureau, Madih va s’attaquer à plusieurs chantiers, dont le tourisme d’affaires et le mice. Une des priorités sera le repositionnement pour proposer des solutions en partenariat avec le CRT et les institutionnels dans l’intérêt de notre profession, insiste le nouveau bureau.

    «Marrakech est aujourd’hui le bateau amiral du tourisme national et dans le mice. Ce segment représente 20% du marché mondial soit 9000 congrès dont 54% rotatifs mais seulement 5% viennent à Marrakech». L’idée est de se doter à l’instar de l’ensemble des capitales mondiales d’une structure pouvant promouvoir Marrakech comme étant une destination privilégiée pour le mice.

    Anticipant la création du palais d’exposition promis par la région, les professionnels locaux (voyagistes et hôteliers) sont en cours du lancement du Marrakech Convention Bureau (MCB), une sorte d’association qui regroupe plusieurs agences de voyages spécialisées en mice, hôtels, restaurants et différentes institutions, etc. Le MCB a pour but de fédérer tous les intervenants du secteur afin de créer une notoriété, de mutualiser les efforts et d’entreprendre les mesures adéquates afin de développer le flux du tourisme mice.

    Autre priorité pour l’ARAVMS, le tourisme durable, conformément aux nouvelles orientations. «Notre objectif principal pour les années à venir est de rendre les gens heureux «Make people happy» tout en accompagnant la stratégie régionale vers la mise en place d’un tourisme durable et responsable au Maroc. Plus de 42 agences de voyages à Marrakech sont spécialisées dans le tourisme Nature & Aventure. Ces agences de voyages s’inscrivent dans la démarche de durabilité et concilient les aspects économiques, sociaux et environnementaux des activités humaines», explique Madih.

    Les tendances actuelles affirment une augmentation du tourisme dans les activités non traditionnelles telles que l’écotourisme, les randonnées pédestres avec hébergement chez l’habitant ou dans des bivouacs itinérants, le «slow travel», le «glamping»  la visite de décors naturels et la volonté de rencontrer des gens, de rechercher l’authenticité, … à travers un tourisme intelligent.

    Les marchés les plus intéressés par ce produit, sont les britanniques et Marrakech va accueillir en 2020 la convention de l’Association des Agents de voyages et tours opérateurs britanniques (ABTA). Tout comme l’Aravms a accompagné l’IGTM, elle sera aussi mobilisée pour l’Abta où seront présents 450 tours opérateurs. Sur ce créneau, l’ARAVMS souhaite mettre en avant tout l’arrière-pays.

    Ainsi outre l’existant focalisé sur le Haouz, Rhamna, Chichoua et El Kalaa, les membres de l’association travaillent en collaboration avec le CRT sur de nouveaux circuits et produits. La valeur ajoutée centrale et déterminante rapportée au problème de la concurrence internationale,  est aussi une priorité principale pour l’ARAVMS. Il faut focaliser sur cette valeur essentielle pour accroître l’attrait vers des agences de voyages. 

    Autre chantier important aux yeux des voyagistes, le digital pour capter l’intérêt de nouveaux voyageurs à l’heure du numérique. L’association reconduit son Marrakech Digital Day qui est à la fois rapprocher l’ensemble des acteurs en particulier les agents de voyages des grandes problématiques liées à la digitalisation. Cette année, ces journées seront axées sur la formation et ce pour arriver à un changement de conduite.

    Gangrène de l’informel

    L'informel est une pieuvre aux multiples tentacules. Ses réseaux sont partout et touchent tous les secteurs. C’est un des plus grands fléaux qui nous affecte tous, confirme Madih. Plusieurs descentes de contrôle sous la supervision des autorités sont constamment programmées afin de détecter et réprimander différents acteurs. «Aussi, plusieurs  dossiers ont été présentés à la justice via un avocat que l’association a spécialement contacté pour cela». Fiscalement, les pertes sont importantes, au point que la ville ne peut pas développer une réelle politique en matière de tourisme. Socialement, ce sont autant de travailleurs qui ne bénéficient pas de la sécurité sociale. Et en matière d’hygiène, ces établissements échappent à tout contrôle. Les actions répressives à elles seules ne suffisent plus, estiment les membres de l’Aravms. «Nous souhaitons mettre en place avec la collaboration des autorités de vraies campagnes de sensibilisation afin de communiquer positivement sur les efforts qui sont déployés par l’ensemble et amener éventuellement les acteurs de l’informel à devenir formels», est-il expliqué.

    De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc