×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Femme rurale: Exclusion à tous les étages

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5624 Le 29/10/2019 | Partager
    60% d’analphabètes selon le dernier recensement
    Une jeune campagnarde sur 12 accède à l’enseignement secondaire
    Les 2/3 de l’effectif féminin travaillent sans rémunération
    femme-rurale-024.jpg

    Dès son très jeune âge, la fille rurale est mise à contribution dans les tâches ménagères. Dans les zones enclavées, elle a peu de chance d’aller à l’école. Elle est plutôt préparée pour travailler sans être rémunérée (Ph. Jarfi)     

    Déficits d’accès à l’éducation, à la santé et au marché de travail. Ce sont les principaux maux dont souffre la femme rurale. Et au-delà, elle demeure la plus exposée à la pauvreté et la vulnérabilité. Ceci, depuis la naissance jusqu’à  l’âge adulte, voire plus. A se référer à la dernière livraison du HCP, cette population se trouve en marge des avancées réalisées par le pays.

    A commencer par l’accès limité de la fille rurale aux cycles de l’enseignement. S’elle parvient à franchir le primaire, elle est en quelque sorte éjectée du collège. A ce niveau, le taux net de scolarisation des filles rurales atteint actuellement la moitié de celui relevé pour les citadines, soit 40% contre 80,15%. Alors que la moyenne nationale est de l’ordre de 62,6%.

    Au niveau du secondaire qualifiant, ce taux est de l’ordre de 12,48% contre 57,39% pour les filles urbaines et 19% pour les garçons ruraux. Ces contre-performances s’expliquent, selon le HCP, entre autres, par l’abandon scolaire qui atteint des proportions importantes. Déjà au niveau du primaire, près de 7% de filles rurales quittent l’école contre 4,7% pour les citadines. Ce taux se multiplie par 4 une fois arrivées au collège.

    D’ailleurs, le recensement de 2014 avait  dégageait le taux le plus élevé d’analphabètes parmi la population féminine rurale: 60%, soit le double de celui des citadines. En ce qui concerne l’accès aux services de santé, la population féminine n’est pas non plus aussi lotie que sa sœur urbaine.

    Si le taux de mortalité maternelle a été ramené, au niveau national, à 72,6 décès pour 100.000 naissances vivantes et à 44,6 décès en milieu urbain, son niveau demeure encore élevé en milieu rural, avec 111,1 décès. A l’occasion de la journée internationale de la femme rurale, célébrée le 15 octobre, la question des femmes rurales marocaines était à l’ordre du jour. Bank Al-Maghrib a lancé une étude sur leur situation socio-économique pour explorer les pistes de leur inclusion financière, et l’OCP a mis en place un programme qui vise le développement de leur capacité agricole et entrepreneuriale.

    Selon les données du HCP, les femmes rurales ayant bénéficié des soins prénatals qualifiés est de 79,6%, contre 95,6% des femmes citadines.  En effet, 73,7% des accouchements en milieu rural sont effectués dans des établissements de santé, contre 96% en milieu urbain. Le taux d’utilisation d’une méthode contraceptive s’élève à 70,3% chez les femmes rurales, contre 71,1% chez les femmes urbaines.

    Même si les indicateurs de l’emploi féminin sont relativement meilleurs en milieu rural que dans les villes, les activités professionnelles des femmes rurales restent peu valorisantes. En 2017, le taux d’activité des femmes rurales a, en effet, atteint 29,6% contre 18,4% pour les femmes en milieu urbain.

    Leur taux d’emploi est de l’ordre de 28,7%, largement supérieur à celui des femmes urbaines (13,8%) et à celui des femmes au niveau national (19,2%). De même, avec 3,1%, le taux de chômage des femmes rurales reste faible par rapport aux femmes citadines (25 %) et à l’ensemble de femmes à l’échelle nationale (14%). 

    Par branche d’activité économique, la féminisation de l’emploi en milieu rural prend de l’importance dans les deux secteurs de  l’agriculture et de l’artisanat. La faible valorisation de l’activité féminine en milieu rural trouve son explication dans plusieurs facteurs. En particulier, le travail non rémunéré. Environ, 60% des femmes rurales occupées sont des aides familiales et les deux tiers d’entre elles ne perçoivent aucune contrepartie de leur travail.

    Par ailleurs,  la femme rurale assume une charge assez consistante en termes d’heures de travail allouées aux tâches domestiques. Les résultats de l’enquête nationale sur l’emploi du temps au Maroc, menée par le HCP, révèlent que le budget-temps consacré par la femme rurale aux activités domestiques dépasse cinq heures, contre quatre heures pour la femme citadine.

    De ce fait, la femme rurale demeure la plus exposée à la pauvreté et à la vulnérabilité. En dépit du recul observé au Maroc, ce phénomène, dans sa forme monétaire, touche davantage les femmes rurales que les femmes citadines, avec respectivement un taux  de 9,5% et 1,7% en 2014. De même, si la vulnérabilité a enregistré une baisse importante durant la période 2001-2014, la situation des femmes rurales reste plus critique, avec un taux de 19,4%  comparé à 7,8% pour les citadines.

    Un capital humain non valorisé

    La population féminine rurale, estimée en 2019 à 6,5 millions de personnes, représente quasiment la moitié de la population du monde rural (49,2 %) et recèle un potentiel humain important. Près de 60% de cette population  sont en âge d’activité (15-59 ans), contre 29,6% âgées de moins de 15 ans et 11% de 60 ans et plus. Au total, le nombre de femmes rurales en âge fécond s’élève actuellement à 3,3 millions, alors qu’elles sont 6,2 millions en milieu urbain et 9,5 millions au niveau national. Par ailleurs, l’espérance de vie à la naissance des femmes rurales est estimée en 2019 à 75,3 ans contre 79,6 ans pour les citadines et 78,2 au titre de la nationale.

    A. G.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc