×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Justice

    Droit des affaires/L’Economiste lauréat des Awards LexisNexis

    Par Jihad RIZK | Edition N°:5622 Le 25/10/2019 | Partager
    Faiçal Faquihi remporte le prix du meilleur article juridique
    Universitaire et avocats d’affaires également sur le podium
    Journaliste et juriste: Deux métiers, un seul combat
    awards-lexisnexis-faycal-faquihi-022.jpg

    Souâd El Kohen, gérante associée de Ikone Juriste, Guillaume Deroubaix, directeur général de LexisNexis Mena, et Faiçal Faquihi, grand reporter et chroniqueur judiciaire à L’Economiste, lauréat du Prix LexisNexis 2019 du meilleur article juridique (Ph. Khalifa)

    Histoire et droit unis ce soir-là. Les Awards LexisNexis 2019 se sont déroulés lundi 21 octobre au Palais Mechouar. Ce joyau de l’architecture mauresque peu connu est le siège de la région Casablanca-Settat.

    Faiçal Faquihi, grand reporter et chroniqueur judiciaire à L’Economiste, a été primé dans la catégorie meilleur article juridique. «C’est l’enfant terrible du monde judiciaire. Un journaliste connu et reconnu pour son implication dans la diffusion de la culture juridique». Tel est le portrait dressé par les organisateurs lors de la présentation du lauréat (voir encadré).

    Faiçal Faquihi, «FF pour les intimes», exerce depuis presque 15 ans dans la même rédaction: «L’Economiste est ma seconde famille», confie-t-il à une assistance où l’on comptait notamment le Pr Mohammed El Mernissi, l’ancien Médiateur du Royaume, Abdelaziz Benzakour, et le wali de Casablanca-Settat, Saïd Ahmidouch. Mélomane et motard, notre journaliste a remporté, entre autres, le Grand Prix national de la presse à deux reprises, en 2006 et 2015 notamment pour ses révélations sur la spoliation foncière.

    Trois autres prix ont été décernés. Souad El Kohen, gérante associée d’Ikone Juris, et Guillaume Deroubaix, DG de LexisNexis région Mena, étaient les maîtres de cérémonie.

    Jamal Rbii a remporté ainsi l’Award de la meilleure contribution universitaire. Il enseigne le droit privé à l’Université Mohammed V de Rabat. Ce jeune professeur qui jongle entre théorie et pratique s’intéresse particulièrement au droit des contrats, droit social et droit de la consommation. «Première analyse de la loi relative aux coopératives» est son dernier article. Il a été publié en septembre 2019 dans la revue Droit & Stratégie des affaires au Maroc. 

    Côté avocats d’affaires, CMS Francis Lefebvre a été distingué dans la catégorie cabinets internationaux. Me Marc Veuillot a obtenu le prix de la meilleure contribution éditoriale. Basé à Casablanca, ce fiscaliste est à la tête de CMS Francis Lefebvre Maroc. Il est l’un de ces trois avocats associés du département Afrique. Une zone géographique où Me Marc Veuillot a développé son expertise juridique depuis 15 ans. Son dernier fait d’armes, un «Premier regard sur le projet de loi de finances 2020». Ce travail a été présenté le 21 octobre au Casa Business Law Forum organisé par Ikone Juris et LexisNexis. 

    Un autre cabinet de conseil juridique a été primé. Boukhriss & Associés a obtenu la meilleure contribution éditoriale d’un cabinet d’avocats d’affaires national. Son fondateur, le très discret Hatim Boukhriss, appartient à une nouvelle génération de juristes. Celle-là même qui parvient à se démarquer dans un marché local très atomisé et qui a grand besoin de spécialistes.

    Une génération de juristes qui n’ont aucun complexe à faire leurs preuves face à la concurrence mondiale. Et où l’on compte d’autres noms comme Salima Bakouchi, Mustapha Mourahib, Nesrine Roudane, Kamal Habachi, Saâd El Mernissi, Omar Fatemi, Ahmed Hussein, Omar Sayegh... Leur confrère primé va rendre «un hommage» à son épouse qui le soutient dans sa lourde charge professionnelle. Plonger dans les codes et rédiger des contrats sont un travail prenant qui dure souvent jusqu’à des heures tardives. Devenir avocat d’affaires ou journaliste d’investigation se paie au prix fort.

                                                                               

    Confidences sur 15 ans de vie judiciaire

    awards_lexisnexis_022.jpg

    Les Awards LexisNexis 2019 à Casablanca. Souâd El Kohen, directrice de Ikone Juriste, Faiçal Faquihi, grand reporter et chroniqueur judiciaire à L’Economiste. Jamal Rbii, professeur de droit privé à l’université Mohammed V de Rabat. Me Marc Veuillot qui dirige CMS Francis Lefebvre Maroc. Hatim Boukhriss fondateur de Boukhriss & Associés et Guillaume Deroubaix, DG de LexisNexis région Mena (Ph. Khalifa)

    Faiçal Faquihi est l’un des quatre lauréats des Awards LexisNexis 2019. Lorsqu’il monte sur l’estrade ce lundi soir, il va se lancer dans un speech improvisé sur ses 15 ans de vie judiciaire. L’avocat d’affaires, Marc Veuillot, l’avait précédé sur scène en soulignant à juste titre «l’importance de l’information juridique pour la démocratie».

    Notre reporter va rebondir sur ces propos: «La démocratie avance aussi lorsqu’on a un œil sur ce qui se passe dans les tribunaux. C’est un monde à part. D’où le rôle important des chroniqueurs judiciaires». Ils vivent plusieurs existences dans une seule vie.

    «La justice est une grande école où l’on se met dans la peau du juge, de l’avocat, de l’accusé... Ce monde vous projette dans des destins brisés ou renouvelés. C’est une expérience qui vous pousse à saisir le vrai sens du bonheur, comme boire son café tranquillement le matin», confie-t-il à une assistance tout ouïe.

    Et d’ajouter que «le droit et la justice m’ont apporté une certaine philosophie de vie, une certaine perception de l’existence et du bonheur simple et gratuit». Hôpitaux, commissariats et tribunaux sont des lieux où nous sommes confrontés aux frontières du réel. «L’essentiel, c’est de garder le cap (malgré les accidents de la vie) et d’essayer de se maintenir dans ses idéaux», affirme l’orateur avec une émotion à peine perceptible.

    Faiçal Faquihi revient sur ces histoires de spoliation foncière sur lesquelles il a enquêté depuis août 2011. «Je suis redevable au journalisme. Il m’a permis de me lancer un peu dans l’investigation. C’est pour cela aussi que je me considère comme un être hybride mais pas mutant. Je suis journaliste et juriste».

    J.R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc