×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Défaillances d'entreprises: C'est l'hécatombe

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5622 Le 25/10/2019 | Partager
    4.140 faillites, en hausse de 9,1% au 1er semestre
    Mais le gouvernement se réjouit du score de Doing Business!
    faillaiet_entreprises_022.jpg

    En moyenne 1 entreprise fait faillite chaque heure. A ce rythme, l'année devrait s'achever sur un nouveau record. Le Commerce, l'Immobilier et le BTP concentrent 72% des défaillances d'entreprises

    Après sept ans de hausse, les défail­lances d'entreprises avaient légèrement baissé en 2018, laissant espérer une inver­sion de la courbe. Il n'en est rien puisque 4.104 entreprises ont fait faillite au 1er semestre, en hausse de 9,1% selon Info­risk. Sans compter les sociétés qui sont en veilleuse, en moyenne une entreprise fait faillite chaque heure.

    A ce rythme, l'année devrait s'achever sur un nouveau record, anticipe la société de renseignement com­mercial. De quoi tempérer l'amélioration du rang du Maroc dans le dernier classement Doing Business. En se hissant à la 53e place après un gain de 7 positions, l'objec­tif d'une entrée dans le top 50 à l'issue du mandat du gouvernement est à portée de main.

    Mais, l'on voit bien qu'il existe un décalage entre ce «thermomètre» et le vécu des entreprises et des investisseurs au quo­tidien. Les disparitions font partie de la vie de l'entreprise. Mais, nombre de dépôts de bilans pourraient être évités si le climat des affaires ne s'était pas considérablement dé­térioré en matière de paiement par exemple.

    La lenteur et la faible efficacité de la justice commerciale contribuent aussi à l'exacerbation des difficultés des entre­prises. Ce sont des critiques récurrentes. Sauf que, sur ces sujets, le Maroc n'enre­gistre malheureusement pas de réels pro­grès.

    «L'apurement des crédits TVA a accordé une bouffée d'oxygène aux entre­prises concernées. Mais, les tensions sur les trésoreries ne se sont pas pour autant estompées puisque jusque-là aucune ré­ponse efficace n'a été apportée à la ques­tion des délais de paiement interentreprises privées», relève Amine Diouri, directeur Etude et Communication à Inforisk.

    Au-delà de ces causes de mortalité qui sont devenues structurelles, le ralentissement de l'activité économique et les mutations dans certains secteurs créent de la casse parmi les entreprises, sans oublier les problèmes de gouvernance. Plus de 1.200 entreprises ont fait faillite dans l'immobilier. C'est l'un des secteurs où la conjoncture est la plus meurtrière. Les délais de paiement y sont parmi les plus élevés.

    Par ailleurs, les transformations dans le secteur, imposées notamment par l'évolution de la demande, accentuent les difficultés chez certains. Les grandes entreprises ne sont pas épargnées, mais contrairement aux petites structures, elles ont les reins plus solides et peuvent aussi compter sur le soutien des banques ou autres bailleurs de fonds.

    Les autres sec­teurs les plus sinistrés sont le Commerce (2.022 défaillances) et le BTP (895 défail­lances). Le Commerce, l'Immobilier et le BTP concentrent 72% des défaillances d'entreprises.

    F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc