×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Droits des femmes: Les leçons du modèle indien

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5618 Le 21/10/2019 | Partager
    Ce pays a développé sa propre version de la modernité
    Les femmes, la principale force dans ce processus complexe
    Consensus des partis politiques autour des droits des femmes
    modele_indien_droits_des_femmes_018.jpg

    Pour la journaliste et intellectuelle indienne Shoma Chaudhury, le pari de l’égalité et de la liberté des femmes est gagné en Inde. Mais des défis restent encore à relever, notamment en matière d’accès à la scolarité des jeunes filles et la limitation des dégâts du recul du taux d’activité féminine (Ph. Privée)

    «Les femmes sont désormais la force de la modernité». C’est l’un des principaux messages de la journaliste et intellectuelle indienne, Shoma Chaudhury, lors d’une conférence organisée, vendredi dernier, à l’Académie du Royaume à Rabat.

    Pour cette commentatrice politique, figurant dans la liste des femmes qui font la différence dans le monde en 2011, selon Newsweek US, cette composante essentielle de la société est «capable de contribuer profondément au développement et accompagner les mutations accélérées que connaît le monde».

    Au moment où des voix s’élèvent dans plusieurs pays, notamment ceux du Sud, pour revendiquer une meilleure protection des droits des femmes, cette intellectuelle a mis en avant les progrès réalisés dans ce domaine en Inde. Elle a insisté sur la nature complexe du processus de modernité dans ce pays. Surtout que New Delhi est «en train d’accepter sa propre identité et ne copie plus le modèle européen de modernité».

    Résultat: ce pays a construit «sa propre version, visant à aboutir à une modernité durable et authentique». Elle a mis l’accent sur l’opposition entre tradition et modernité, particulièrement en matière des droits des femmes. Sur ce point, elle a assuré que «ce combat est gagné en Inde».

    Dans ce pays, «les femmes jouissent de beaucoup d’égalité et de liberté», a-t-elle souligné. Une évolution consolidée par le fait que «tous les partis politiques sont convaincus qu’elles doivent être égales et libres», a-t-elle ajouté. D’où l’importance, selon elle, pour les autres pays de transcender la vision réductrice des femmes, considérées comme des éléments mineurs au sein de la société. Néanmoins, en dépit de ces avancées, beaucoup d’efforts restent à mener en Inde, pour en finir avec certains manquements dans ce domaine.

    Pour elle, «il reste encore des zones à couvrir». Concrètement, il s’agit notamment des cas de jeunes filles, «qui souffrent encore de discrimination et ne peuvent pas aller à l’école». En face, «environ 20 millions de femmes ont quitté le milieu du travail», a-t-elle indiqué. Une situation observée dans d’autres pays, dont le Maroc, où le taux d’activité féminine est en recul depuis quelques années.

    Pour inverser la tendance, elle a insisté sur le rôle décisif de la technologie dans la promotion des droits des femmes et des principes de modernité. Cela passe notamment par l’exploitation de la disponibilité des informations, en plus de la réduction des normes sociales restrictives. En Inde, les femmes sont «globalement connectées et informées. Elles sont avides de modernité», selon Chaudhury.

    M.A.M.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc