×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Chine/USA: Que contient l’accord commercial partiel

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5615 Le 16/10/2019 | Partager
    Sa signature est attendue à la mi-novembre au Chili
    Impact sur la croissance et les cours du pétrole
    Un sujet abordé lors des Assemblées annuelles de la BM et du FMI
    croissance_fmi_014.jpg

    Alors que Pékin et Washington tentent de calmer le jeu, les prix du pétrole adoptent une tendance baissière. Hier dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 58,13 dollars à Londres, en baisse de 2,06% par rapport à la clôture de lundi. A New York, le baril américain de WTI pour novembre lâchait 2,02%, à 52,61 dollars. Pour de nombreux analystes, l’incertitude domine. Les investisseurs craignent les risques géopolitiques et une croissance économique mondiale fragile avec des disparités régionales.
    Dans ses nouvelles prévisions publiées hier 15 octobre, le FMI indique qu’elle devrait atteindre 3,4% en 2020 (une baisse de 0,2% par rapport aux prévisions d’avril) contre 3% en 2019 et 3,6% en 2018. Pour ce qui est des projections pour le Moyen-Orient et Asie centrale, la croissance devrait peu à peu retrouver des couleurs: 0,9% cette année et 2,9% l’année prochaine. Le Maroc, lui, passerait respectivement d’un taux de l’ordre de 2,7% à 3,7% (contre 3% en 2018), «voir aussi Croissance: La douche froide, cf. notre édition N° 5612 du 11/10/2019).

    La signature de l’accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis devrait intervenir mi-novembre au Chili. Ceci en marge du sommet du Forum Asie Pacifique (Apec).  Ce conflit s’est traduit, rappelons-le, par l’imposition réciproque de droits de douane renforcés sur des centaines de milliards de dollars de biens. Ce qui affecte l’économie mondiale (voir encadré).

    Un sujet abordé lors des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) tenues du 14 au 20 octobre à Washington. Voici les principaux points de l’accord de principe dont le texte devrait être signé entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping:

    ■ Secteur agricole: La Chine s’engage à acheter des biens agricoles pour 40 à 50 milliards de dollars par an. Donald Trump a longuement insisté sur ce montant qui est environ deux fois et demi plus élevé que le pic des achats de la Chine. Un montant historique, selon lui. En 2017, avant le lancement de la guerre commerciale, la Chine importait pour 19,5 milliards de dollars de produits agricoles américains. Un chiffre qui a enregistré une baisse à un peu plus de neuf milliards en 2018.

    ■ Finance, devises, taux de change: Un accord presque complet avait été trouvé pour une plus grande ouverture du marché chinois aux sociétés américaines spécialisées dans les services financiers, avait assuré le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. Des discussions ont eu lieu dans ce sens avec le gouverneur de la Banque centrale de Chine. Il y avait aussi un accord sur les devises pour garantir la transparence sur les taux de change. Début août, les Etats-Unis avaient officiellement accusé Pékin de manipuler sa monnaie et d’être intervenu sur le marché des changes pour la faire baisser. Une façon de contrecarrer les tarifs douaniers qui renchérissent les prix des biens chinois. Mnuchin a indiqué qu’il étudierait la question de revenir sur cette accusation.

    ■ TIC, propriété intellectuelle: Donald Trump a évoqué des progrès sur la suppression d’une pratique dite «le transfert forcé de technologie américaine». En échange d’un accès au marché chinois, les entreprises américaines doivent partager leur savoir-faire technologique. Là aussi, un accord pourrait intervenir plutôt rapidement. Comme c’est le cas pour le dossier de la propriété intellectuelle.

    ■ Mécanisme de règlement des conflits: Robert Lighthizer, le représentant américain au Commerce (USTR) et négociateur en chef américain, a aussi expliqué que les deux parties ont trouvé un consensus sur cette question. Rappelons que le règlement des différends commerciaux est l’une des activités principales de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Depuis 1995, plus de 500 différends ont été soumis à l’organisation et plus de 350 décisions ont été rendues.

    F. Z. T.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc