×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    OCP va accompagner 2.500 femmes rurales

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5615 Le 16/10/2019 | Partager
    Réduire les fractures et renforcer les capacités individuelles et collectives, les priorités
    13 trophées de reconnaissance remis à des modèles de femmes du monde agricole
    ocp-femmes-rurales-015.jpg

    Al Moutmir Open Innovation Labs de l’OCP a tenu à rendre hommage à la femme rurale, cœur battant du développement, à l’Université Mohammed VI de Benguerir avec 550 participantes qui ont répondu présent (Ph A.H.)

    AL Moutmir se conjugue au féminin. L’initiative conçue par l’OCP va accompagner près de 2.500 femmes rurales durant 2019/2020 pour le renforcement des capacités de leurs entreprises et créer ainsi des modèles de développement.  Un hommage aux femmes rurales qui travaillent souvent sans reconnaissance et sans même une rémunération.

    Et cet hommage a été aussi rendu le 15 octobre dernier par la 2e édition de «Al Moutmir Open Innovation Labs» avec 13 trophées de reconnaissance remis à des modèles de femmes issues du monde rural agricole pour honorer leurs initiatives et leurs capacités à la création de valeur. Al Moutmir au féminin est un programme de renforcement des capacités sur mesure qui a pour mission de contribuer à l’accompagnement des femmes actives dans le milieu rural en développant leurs capacités agricoles et entrepreneuriales, individuelles et collectives, et en encourageant leurs mises en réseau pour la réalisation d’actions communes et impactantes

    . «L’OCP s’attache, à travers ce programme, à prendre en compte des problématiques souvent connexes et complexes en adoptant une approche partenariale pour le développement de la condition de la femme rurale», indique Fatiha Charradi, vice-présidente en charge du marché local et du développement agricole à l’OCP.

    A noter qu’outre Al Moutmir, quatre autres initiatives ont été mises en place afin de répondre au mieux aux besoins de la femme rurale. Il s’agit du Women farmers program qui inclut l’accompagnement agronomique de proximité des agricultrices et femmes d’agriculteurs dans les différentes provinces du pays.

    Le Women cooperatives program qui cible les coopératives et autres organisations professionnelles féminines, oeuvrant dans la production et la valorisation des produits agricoles et du terroir. Le Young Women program vise, quant à lui, les jeunes femmes actives dans les communes rurales, ayant une fibre pour l’entrepreneuriat et enfin, le Women agri-retailers program propose aux femmes entrepreneurs dans la filière des engrais du renforcement des capacités.

    «C’est un engagement pour une agriculture durable», souligne Charradi. Dans le monde, les femmes rurales représentent 43% des travailleurs agricoles d’après les dernières statistiques à l’échelle mondiale et peuvent, dans certaines régions, culminer à 70%. Malgré cette place, leurs droits les plus élémentaires ne sont pas garantis.

    Droit à la rémunération, accès à l’éducation, à la propriété, au crédit bancaire, à l’accompagnement agricole et même à la santé sont encore des choses qui souffrent d’inégalité entre les sexes dans le monde rural, regrettent les participants. Plus près de chez nous, en Afrique, 60% des femmes exercent dans l’agriculture.

    Un chiffre qui devrait confirmer que le secteur est le premier pourvoyeur d’emplois pour les femmes sur le continent.  Toutefois, ces indicateurs ne traduisent pas un meilleur traitement des femmes au travail puisqu’elles sont sous-payées et n’ont toujours pas droit à la propriété foncière… La plupart des terres agricoles appartiennent à des familles et la majorité de la main-d'œuvre est constituée de femmes, mais à peine 1% des femmes marocaines rurales possèdent leur terre agricole», regrette Leila Rhiwi, représentante de l’ONU femmes Maghreb. 

    B.B.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc