×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Symposium de l’innovation La technologie pour transformer les phosphates

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5610 Le 09/10/2019 | Partager
    Des solutions pour la valorisation, l’économie circulaire, l’intelligence artificielle…, le futur
    Double objectif: augmenter le rendement et atteindre «zéro» déchet
    symposium-de-linnovation-010.jpg

    Une centaine d’exposants réunissant les principales entreprises du secteur présentent au Symphos leurs produits, services et innovations. Une occasion également pour des B-to-B. Parmi ces exposant, Jesa, filiale de l’OCP, et aussi Prayon, leader mondial dans la chimie des phosphates (Ph. Mokhtari)

    C’est une véritable mise à jour des nouveaux procédés technologiques pour l’industrie des phosphates qui est dressée à Benguerir au sein de l’Université Mohammed VI au 5e Symposium international de l’innovation et technologie de l’industrie de phosphate (Symphos).

    Organiser cette édition en partenariat avec l’Université Mohammed VI polytechnique de Benguerir démontre l’engagement du groupe OCP dans la recherche et son investissement en les générations futures, un vivier de compétences et d’expertise, indique Hicham El Habti, secrétaire général de l’UM6P.

    Pilier de la stratégie d’innovation du groupe, elle constitue le noyau fondamental de son écosystème du savoir qui se fonde sur trois approches: l’enseignement supérieur, la recherche, l’incubation d’activités économiques.

    Ouverte à l’ensemble des collaborateurs désireux d’approfondir leurs connaissances, mais aussi à tous ceux qui désirent partager leur savoir-faire, l’UM6P mobilise les meilleurs chercheurs dans les domaines du développement durable, de l’industrie minière et des sciences agricoles.

    L’UM6P déploie pour ce faire plus de 270 programmes de recherche avec des universités marocaines et dans le monde. Elle développe dans ce cadre une approche qui favorise l’expérimentation, l’interdisciplinarité et l’esprit d’entreprise. L’événement à dominante technologique et scientifique met à l’honneur également les entreprises nationales et internationales qui travaillent pour l’écosystème du phosphatier.

    Une centaine d’exposants réunissant les principales entreprises du secteur présentent au Symphos leurs produits, services et innovations. Une occasion également pour des B-to-B. Perçue comme un secteur vieillot, l’industrie minière et des phosphates est en vérité très en pointe en matière de technologie.

    Au cours des 20 dernières années, les industriels se sont transformés d’eux-mêmes en développant des technologies permettant de mettre au jour de nouvelles réserves qui auraient été auparavant non rentables. Et ce n’est pas fini. «Nous sommes à l’affût de toutes les solutions innovantes et de rupture pour produire autrement et avoir moins de rejet», indique Rachid Boulif, directeur de recherche au sein de l’OCP et responsable de l’organisation du Symphos. «L’idéal c’est d’arriver à zéro rejet».

    L’édition de cette année du Symphos s’ouvre aussi sur les défis de transformation de l’agriculture africaine, l’agriculture du futur, la biotechnologie et les engrais de l’avenir. La population mondiale vit une démographie croissante et l’agriculture reste le premier employeur en Afrique.

    C’est dans ce contexte que le Groupe OCP s’est fixé comme mission première de soutenir la transformation agricole du continent en mettant à la disposition des agriculteurs les outils nécessaires pour une meilleure production de denrées alimentaires.

    Coup de pouce au continent

    OCP Africa propose aux agriculteurs locaux des solutions complètes, notamment par le biais de la formation et du financement. Cet engagement à long terme s’appuie sur un écosystème de partenaires riches et multiples, qu’ils soient locaux, panafricains ou internationaux. Et les résultats se font déjà sentir: les ventes d’engrais d’OCP Africa sont passées de 1,7 million de tonnes en 2016 à 2,5 millions de tonnes en 2017 avec une distribution équilibrée sur l’ensemble du continent.

    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc