×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Cybersécurité: Dataprotect surfe sur l’explosion de la demande

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5595 Le 18/09/2019 | Partager
    Ouverture prochaine de trois nouveaux SOC: Paris, Dakar et Dubaï
    Plus de 110 millions de DH de chiffre d’affaires en 2018
    cybersecurite-095.jpg

     Depuis sa création, le SOC de Dataprotect n’a cessé d’évoluer sur plusieurs niveaux de veille, traitement, analyse et prévention des cyberattaques. Le centre de supervision développe une solide expertise et une importante banque de «Use Case» (Ph. ISM)

    Dataprotect, spécialiste marocain de la cybersécurité, voit l’avenir en grand. En pleine expansion, son activité sécurité des Systèmes d’Informations (SSI) sera bientôt complétée par l’ouverture de trois nouveaux SOC (Security Operations Center) à Paris, Dakar et Dubaï.

    «Nous ouvrons nos SOC en réponse aux besoins grandissants et de plus en plus pointus des entreprises, ainsi qu’à une vague d’incidents parmi des opérateurs d’importance vitale», explique Ali El Azzouzi, managing director et fondateur de Dataprotect. Pour l’heure, rien ne filtre sur les montants d’investissement.

    Entendez par SOC, un centre de supervision en temps réel de la sécurité des systèmes d’informations d’entreprises et grands groupes. L’infrastructure assure une veille 24h/7j et compte actuellement une vingtaine de clients, marocains et internationaux, principalement dans le secteur financier (banques et assurances), le secteur public (eau et électricité) ainsi que la santé.

    La demande mondiale est en pleine croissance, au point où le secteur connaît un déficit de 3 millions d’ingénieurs en cybersécurité. Conséquence : les entreprises s’arrachent les ressources humaines qui se raréfient. «Malheureusement le Maroc n’en forme pas assez», déplore Ali El Azzouzi, qui estime le marché marocain à 1 milliard de DH. A l’échelle mondiale, les acteurs de la cybersécurité ont réalisé plus de 600 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2018.

    Pour faire face à une demande mondiale grandissante, l’entreprise est à l’affût de cerveaux des quatre coins du monde, totalisant plus de 11 nationalités dans son staff. Avec une équipe de plus de 140 employés dont 110 consultants «full security», l’entreprise opère dans plus de 35 pays sur plus de 600 projets. Dataprotect a obtenu le statut CFC, qui lui permet de ratisser encore plus large.

    A l’occasion des 10 ans d’anniversaire de son centre de supervision, Dataprotect a ouvert pour la première fois son site aux médias. En dix ans d’existence (création en 2009), l’entreprise s’est positionnée comme un expert de la cybersécurité et l’un des acteurs de référence sur le continent africain. En 2018, Dataprotect a réalisé un chiffre d’affaires de 110 millions de DH avec plus de 350 clients actifs dont une centaine de banques d’Afrique, Europe, Moyen-Orient et Asie Pacifique.

    80% du chiffre d’affaires est réalisé à l’international: France, Espagne, Emirats Arabes Unis, Afrique du Sud, Côte d’Ivoire… Depuis 2016, le spécialiste de la cybersécurité dispose d’une filiale en France, à travers laquelle il adresse le marché européen.

    L’an dernier, la filiale française a réalisé 1 million d’euros de chiffre d’affaires. Pour s’assurer davantage de débouchés, le groupe parie sur «des certifications de haut niveau», notamment des accréditations reconnues dans l’écosystème financier. Il revendique plus de 150 certifications sécurité.

    M.Ko.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc