×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès: Le bd Mohammed V fait peau neuve, mais…

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5591 Le 12/09/2019 | Partager
    L’abattage d’arbres de plus de 60 ans crée la polémique
    Voiries, éclairage, embellissement… un lifting pour 28 millions de DH
    Et 12 mois de travaux
    fes-le-bd-mohammed-v-091.jpg

    La mairie explique que le déracinement des arbres était nécessaire pour agrandir le boulevard, afin de permettre une plus grande fluidité de la circulation. Une décision que les riverains regrettent (Ph. YSA)

    «Oui pour le réaménagement du boulevard Mohammed V à Fès, mais non au déracinement des arbres». Les travaux de mise à niveau du boulevard emblématique de la Ville Nouvelle suscitent l’ire des riverains. Lancé il y a quelques semaines, ce projet concerne la réfection des voieries et trottoirs, l’amélioration de l’éclairage public, l’embellissement urbain, ainsi que l’aménagement d’espaces verts.

    Financé par la wilaya de la région Fès-Meknès, ce chantier nécessitera 28 millions de DH et 12 mois de travaux intenses. Il vise l’amélioration du paysage urbain du plus ancien boulevard de la ville, lequel compte la place du commerce, la renaissance, le bijou… et autres bâtiments qui ont plus d’un siècle d’histoire.

    Outre les constructions, l’avenue est dotée d’arbres, des ficus, abattus à l’occasion des travaux menés. Ce que regrettent les riverains. Âgés de plus de 60 ans, les ficus faisaient partie intégrante du milieu naturel de la ville. Leur abattage a donc suscité la colère et l’indignation des militants écologistes.

    Pour ces derniers, «les responsables de la ville auraient pu déplacer ces arbres et les réimplanter à la fin des travaux, évitant à la prestigieuse avenue de perdre son charme d’antan». De son côté, la mairie explique «qu’il s’agit là d’une nécessité pour agrandir le boulevard, afin de permettre une plus grande fluidité de la circulation».

    Le boulevard Mohammed V fait partie de la Ville Nouvelle de Fès, fondée en septembre 1916. Connue également sous le nom de «Dar Dbibagh», du nom de la casbah constituant la première construction sur le site, elle émane de la volonté du résident général Hubert Lyautey qui chargea l’urbaniste Henri Prost d’en dessiner le plan. Lyautey donna, toutefois, des instructions précises comme celle du tracé de l’actuelle avenue Hassan II.

    Passant avec Prost sur l’intersection de cette future avenue et de l’actuelle avenue des FAR, il indiqua le minaret de la mosquée Lalla Ghriba à Fès-Jdid comme orientation de l’axe urbain qui structurera la Ville Nouvelle. Il deviendra d’abord l’avenue de France, avant de porter le nom de l’avenue Hassan II.

    En cohabitant avec la médina, le développement de la Ville Nouvelle a créé une bipolarisation urbaine avec des identités bien distinctes. De par son urbanisme conçu pour un mode de déplacement nouveau (l’automobile, le train…), et par son architecture mélangeant le style européen et le style traditionnel marocain, la Ville Nouvelle s’est forgée une image originale. De nombreux bâtiments datant de l’époque du protectorat témoignent encore de la créativité architecturale de cette période.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc