×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossier Spécial

    Diplômé, mais surtout gestionnaire de la complexité!

    Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:5589 Le 10/09/2019 | Partager
    thami_ghorfi_089.jpg

    Thami Ghorfi, président du groupe ESCA, Ecole de Management (Ph. TG)

    Si une accréditation internationale permet aux business schools de biper dans les radars internationaux, ce label est avant tout un formidable accélérateur de la transformation. Sur le plan pédagogique, de la qualité des enseignements, de l’internationalisation et des liens avec les entreprises. Ces dernières cherchent avant tout des gestionnaires de la complexité. Une accréditation de type AACSB les  rassure. Thami Ghorfi, président du groupe ESCA, décrypte les implications stratégiques de ce label.

    - L’Economiste: Au-delà de la visibilité, en quoi une accréditation internationale peut-elle être un avantage compétitif?
    - Thami Ghorfi:
    L’obtention d’une accréditation internationale AACSB est un processus de transformation qui aligne une business school, ses processus et donc ses formations, sur les standards internationaux. C’est clairement un avantage compétitif dans la mesure où elle offre à nos étudiants, nos lauréats et nos partenaires une valeur indéniable. Pour les étudiants, cela signifie une expérience académique où innovation pédagogique, qualité des enseignants et internationalisation sont des fondamentaux. Ensuite, pour les lauréats, l’accréditation AACSB renforce leur employabilité et la reconnaissance internationale de leurs diplômes. Ainsi, ils pourront occuper des postes plus importants en entreprise et obtenir des rémunérations plus élevées. De plus, ils ont la possibilité d’accéder à des emplois ou à des universités prestigieuses dans de très nombreux pays.
    Enfin, pour les entreprises, une école accréditée AACSB est synonyme de programmes alignés sur les besoins des entreprises et donc des lauréats avec des compétences confirmées.

    - Quelles sont aujourd’hui les exigences des entreprises à l’égard de diplômés?
    - L’environnement des entreprises évolue rapidement. Elles doivent faire face à des contextes de plus en plus ouverts sur le monde, soumis à une concurrence internationale, incertains et donc complexes. Elles ont besoin de diversifier leurs produits et élargir l’étendue de leurs marchés notamment à l’international, pour accroître leur performance. Par conséquent, elles cherchent des managers capables de gérer des situations complexes,
    de proposer et de porter des projets d’innovation et/ou d’entrepreneuriat, et enfin, d’identifier des opportunités de développement à l’international. Partant de là, les entreprises sont à la recherche de profils avec une excellente capacité de résolution de problèmes, polyvalents, créatifs, et ayant l’esprit d’initiative, une maîtrise des langues étrangères et une compréhension de l’environnement international.
    Enfin, elles ont besoin aussi de profils dont le sens de l’engagement est fort et avec une
    grande ambition.

    - Les recruteurs estiment que les étudiants à la fin de leur cursus ont plus de savoirs et moins de compétences. Comment remédier à ce problème?
    - Grâce à l’accréditation AACSB, notre groupe s’est doté d’une approche par compétences. Après une analyse des besoins de notre contexte, nous avons défini un profil du lauréat qui met l’accent non seulement sur les compétences techniques
    associées aux métiers préparés mais aussi sur les soft skills. Nous parlons de compétences telles que la résolution de problème, le sens de l’entrepreneuriat, l’interdisciplinarité, la communication, la compréhension du monde, etc. Nous
    menons des enquêtes auprès des lauréats, une fois en entreprises, et auprès des employeurs et des recruteurs, pour évaluer l’impact de nos différents programmes.
    Ainsi, 87% d’entre eux sont recrutés dans les six mois après leur diplâmation et 81% occupent des fonctions managériales. Parmi ces derniers, 63% ont vécu une expérience à l’international.

    Propos recueillis par A.S.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc