×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Aérien: Easyjet revient en force sur Tanger

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5573 Le 09/08/2019 | Partager
    6 fréquences pour connecter Nice, Lyon et Nantes à la capi­tale du détroit
    De l’espoir pour Tétouan qui vient de lancer un vol direct avec Malaga
    easyjet-073.jpg

    L’exploitation commerciale de ces vols démarrera dès cet automne avec la mise en service des Airbus A 320 que la compagnie exploite (Ph. Adam)

    Easyjet met le turbo sur Tanger. La compagnie aérienne low cost britan­nique vient d’annoncer plusieurs nou­velles lignes reliant la France au Maroc dont six lignes pour l’aéroport de Tan­ger Ibn Batouta.

    Les nouvelles liaisons seront assurées au départ des aéroports de Nice avec 2 fréquences hebdoma­daires (mercredi et dimanche), Nantes-Atlantique avec deux départs (le mercredi et le samedi) et enfin Lyon à raison de deux vols par semaine (lundi et vendredi). L’exploitation commerciale de ces vols démarrera dès cet automne avec la mise en service des Airbus A 320 que la com­pagnie exploite.

    Ces vols signent le retour en force du transporteur au logo orange sur la capitale du détroit après avoir été l’un des précur­seurs des vols low cost. En effet, c’est Easyjet qui avait ouvert le bal en 2008 en lançant un Tanger-Madrid avec des tarifs alléchants rapprochant la destination de son principal marché à l’époque, l’Es­pagne. Mais en 2014, avec un environne­ment économique de plus en plus tendu, la compagnie avait fini par lâcher Tanger.

    Entre-temps, le hub Tanger a gagné en importance et Easyjet devra se mesurer à des ténors comme Air Arabia ou Ryanair qui ne cessent de multiplier les liaisons vers l’Europe à partir de Tanger. Tanger consolide ainsi sa place comme 5e plateforme aéroportuaire du pays avec 5% de part du trafic. Elle a réussi à attirer en 2018 plusieurs liai­sons aériennes dont l’une des plus attendues était celle qui a connecté Tanger à Valence à partir du mois d’octobre dernier.

    Elle a été lancée par Ryanair, compagnie aérienne low cost qui exploite en plus des liaisons vers la France, l’Espagne, la Belgique, la Hol­lande et l’Allemagne à partir de l’aéro­port Ibn Batouta. Elle a permis de doper avec deux fréquences hebdomadaires la route aérienne avec un marché à fort potentiel qu’est celui de la région auto­nome de Valence. Avec le lancement en parallèle de nouvelles lignes intérieures desservant Marrakech, Agadir, Nador et Fès à la suite d’accords de coopération inter-régionaux.

    Non loin de là, l’aéroport de Saniat Rmel de Tétouan continue sa dégringo­lade. En 2018, la deuxième plateforme aérienne de la région a perdu 2.700 passagers, soit une baisse de 11%. En décembre, la plateforme aéroportuaire a affiché un recul de 31% par rapport à 2017.

    L’aéroport, à cause de l’étroitesse de sa piste, ne permet pas d’accueillir de gros porteurs et reste une alternative pour les compagnies charter qui l’utilisent en été avec les MRE. Une lueur d’espoir s’ouvre à lui avec le lancement, depuis quelques semaines, d’une connexion avec Malaga exploitée par la compagnie Ryanair.

    Elle cible le volume important de touristes espagnols voulant se rendre au Nord et qui seraient tentés de passer par Tétouan, mais aussi les MRE instal­lés au sud de l’Espagne et qui pourraient regagner le Maroc sans devoir passer par la voie maritime et traverser le détroit de Gibraltar.

    De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc