×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Marquage fiscal: La course se corse

    Par L'Economiste | Edition N°:5570 Le 06/08/2019 | Partager
    Sicpa, De La Rue, Madras, Inexto… les soumission- naires
    L’Administration des douanes devra trancher avant fin septembre

    L’appel à concurrence lancé par l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) pour l’émission de timbres fiscaux a suscité beaucoup d’intérêts. Plusieurs prestataires ont déposé le 1er août leurs dossiers de candidature. Selon nos sources, l’ADII, après vérification des dossiers, a émis des réserves sur les propositions de certains opérateurs qui ont jusqu’au 8 août pour y répondre. La décision finale  sera probablement annoncée avant fin septembre.

    Le nouveau contrat devra prendre effet à partir du 1er janvier 2020. Figure parmi les soumissionnaires, Sicpa Maroc qui assure ce service de marquage fiscal depuis 10 ans et dont le contrat arrive à échéance fin 2019. Pour bétonner son offre et répondre aux nouvelles exigences de la Douane, l’entreprise a fait appel à l’expertise du groupe Medtech, un grand opérateur IT, disposant de quinze filiales (Omnidata, S2M…) et justifiant de 30 ans de partenariats avec les leaders mondiaux des nouvelles technologies.

    Les deux parties ont conclu récemment un accord qui  prévoit le développement de nouveaux produits et services pour le marché marocain comme pour la région de l’Afrique de l’Ouest. Le deal englobe également la mise en place d’un centre d’excellence basé à Casablanca. Fort de ce partenariat, Sicpa ambitionne de remporter encore une fois le marché du marquage fiscal pour continuer cette aventure basée essentiellement sur la traçabilité sécurisée de produits soumis à des droits d'accises.

    D’autres opérateurs sont entrés dans la course dont l’indien Madras, le français Inexto et le britannique De La Rue. Ce dernier a souligné son intérêt pour ce marché: «Depuis de nombreuses années, le Maroc est considéré, au niveau de l’Afrique de l’Ouest et du Nord, comme un pays précurseur dans le domaine de la lutte contre le commerce illicite. Le récent appel d'offres pour l’émission de timbres fiscaux, lancé par les autorités douanières, démontre à quel point ce problème est pris très au sérieux par le gouvernement», précise le management.

    De La Rue, l’un des leaders mondiaux des solutions de sécurité, a récemment annoncé son intention de doubler la taille de son activité au cours des trois prochaines années. Sa solution en tampons physiques sécurisés et en services de suivi et de traçage numériques lui a valu de remporter d'importants contrats destinés à soutenir le Royaume-Uni lors de son adoption de la législation EUTPD.

    Il a également commencé à déployer ses deux premières solutions conformes à la Convention-cadre pour la lutte antitabac (FCTC) au niveau des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite. Ces solutions couvrent l’authentification, le suivi et la traçabilité du tabac et des boissons non alcoolisées.

    Vers plus de traçabilité

    Pour lutter contre le commerce illicite, le Maroc propose des solutions qui couvrent les vins, les spiritueux, la bière, les boissons non alcoolisées et l’eau. La tendance mondiale vers une traçabilité améliorée du tabac se poursuit. L'Organisation mondiale de la santé a ratifié, en octobre 2018, la Convention-cadre pour la lutte antitabac. Celle-ci accorde aux pays signataires un délai jusqu'à octobre 2023 pour pouvoir introduire des solutions appropriées d'authentification et de traçabilité.

    Mohamed FOFANA avec N.D.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc