×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Saint Laurent et Lutens à Dar El Bacha

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5567 Le 01/08/2019 | Partager
    saint-laurent-et-lutens-a-dar-el-bacha-067.jpg

     Les photographies de Lutens dévoilent quelques secrets de l’élégance féminine au Maroc (Ph. DR)

    «Étoffe des sens, résonances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent» c’est le titre de l’exposition temporaire qu’accueille  Dar El Bacha - Musée des confluences, à partir du 25 juillet. L’évènement réunit deux artistes dont les trajectoires se sont croisées dans la ville ocre.

    Marrakech aurait  eu en effet un impact important sur le couturier iconique et l’artiste complet à la fois cinéaste, photographe mais surtout maître parfumeur. La ville a très tôt nourri leurs imaginaires: éblouissement de la lumière, des couleurs, des senteurs et des parfums.

    Serge Lutens, est un metteur en scène de la beauté sous toutes ses formes, d’origine française, il tombe sous le charme de Marrakech en 1968, deux ans après le premier voyage d’Yves Saint Laurent et Pierre Bergé au Maroc. Tous deux voués à l’univers féminin, le Maroc ne cessera de les inspirer dans une quête sans fin de la beauté exprimée avec une audace revendiquée et assumée.

    L’exposition met en exergue une collection de caftans acquise par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé qui démontre leur admiration pour ce vêtement considéré comme un repère de l’identité culturelle du Royaume; en résonance la série de photographies réalisée dans les années 80 par Serge Lutens sur les gestes et les ingrédients traditionnels de la beauté témoigne d’une recherche de nouvelles inspirations.

    Une exposition qui invite le visiteur à redécouvrir la richesse du costume traditionnel et les secrets de l’élégance féminine au Maroc, dans un décor des plus féerique. Un  véritable palais avec son luxueux décor, ses belles façades ouvragées, ses boiseries et plafonds en bois de cèdres, ses zelliges  en parfaite résonance avec l’univers de la mode et de la photographie. A voir jusqu’au 10 janvier.

    A.Bo

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc