×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L’Asie du Sud-Est ne veut plus servir de décharge du monde

    Par L'Economiste | Edition N°:5567 Le 01/08/2019 | Partager
    Des conteneurs de déchets seront retournés à l’envoyeur
    Certains pays dont la France réagissent
    asie_du_sud-est_067.jpg

    L’Indonésie a renvoyé vers la France et Hong Kong sept conteneurs renfermant déchets ménagers, plastiques et matériaux dangereux en violation des règles d’importation. La réaction de Paris ne s’est pas fait attendre.

    «La France est en attente d’informations sur le contenu et la destination de conteneurs de déchets renvoyés par l’Indonésie qui les juge importés illégalement», a indiqué la secrétaire d’Etat à la Transition écologique Brune Poirson.

    Lors de l’arrivée du conteneur, une notification sera adressée au(x) détenteur(s) des déchets. Ils devront être caractérisés (dangereux ou non) pour savoir quel traitement leur apporter.

    Tout en notant que l’exportation de déchets dangereux, comme l’amiante, était interdite par le droit international sans notification, Brune Poirson a prévenu que si la loi n’avait pas été respectée, les producteurs et détenteurs des déchets seraient passibles de 150.000 euros d’amende.

    Outre l’Indonésie, plusieurs pays d’Asie du Sud-Est, lassés d’être la décharge des grands pays développés, ont décidé de renvoyer des conteneurs vers leur pays d’origine. Voici quelques exemples:

    ■ Chine: Le 1er janvier 2018, la Chine, qui a longtemps accepté les déchets plastiques du monde entier, bloque l’importation de 24 catégories de déchets solides, dont certains plastiques, papiers et textiles. Le gouvernement avance des motifs écologiques. Cette décision, qui a suscité le chaos sur le marché mondial du recyclage, a obligé les pays développés à trouver de nouvelles destinations pour leurs déchets de «mauvaise qualité et à faible valeur, voire tout simplement non recyclables», selon un récent rapport du réseau d’ONG Alliance globale pour les alternatives à l’incinération (GAIA), cité par l’AFP. D’énormes quantités ont été réacheminées vers l’Asie du Sud-Est où les capacités de recyclage sont limitées.

    ■ Malaisie: Fin mai 2019, la Malaisie, qui autorise l’importation de déchets plastiques propres et homogènes, annonce retourner à l’envoyeur 450 tonnes de plastique contaminé. Ils provenaient d’Australie, du Bangladesh, du Canada, de Chine, du Japon, d’Arabie saoudite et des Etats-Unis.

    ■ Philippines: Fin juin, un cargo transportant 69 conteneurs de déchets entreposés pendant six ans aux Philippines est renvoyé au Canada, épilogue d’un vif contentieux entre les deux pays. Le conflit entre Ottawa et Manille remonte aux années 2013-2014, après l’envoi par une société canadienne de conteneurs étiquetés comme contenant des déchets plastiques recyclables, en réalité des déchets de toutes sortes, dont certains en décomposition, notamment des ordures ménagères et des couches. Une partie de cette cargaison avait été traitée sur place, mais l’essentiel pourrissait dans des ports philippins.

    ■ Cambodge: Mi-juillet, ce pays annonce le renvoi vers les Etats-Unis et le Canada de 1.600 tonnes de déchets plastiques illégaux découverts lors d’une opération de contrôle sur le port de Sihanoukville (sud). Soixante-dix conteneurs étaient en provenance des Etats-Unis et 13 du Canada.

    ■ Sri Lanka: Fin juillet, la douane du Sri Lanka ordonne le renvoi en Grande-Bretagne de 111 conteneurs abandonnés sur le port de Colombo depuis près de deux ans. Ils étaient chargés de déchets biomédicaux d’hôpitaux et morgues illégalement importés, dont la puanteur a alerté les autorités. L’importateur sri-lankais les avait présentés comme transportant des déchets destinés au recyclage. Leur cargaison réelle (notamment des organes humains) n’avait pas été déclarée et violait les lois internationales sur le transport de déchets dangereux, selon les autorités. Au total, 241 conteneurs litigieux avaient été importés. 130 d’entre eux ont été emmenés dans une zone franche à proximité du port où ils traînent toujours, contaminant l’eau et l’air de la zone.

    ■ Indonésie: Mi-juin, Jakarta renvoie cinq conteneurs de déchets aux Etats-Unis. Début juillet, les autorités indonésiennes annoncent que 210 tonnes de déchets non conformes seront renvoyés en Australie, leur pays d’origine. Huit conteneurs, qui devaient ne contenir que des papiers recyclables, sont saisis à Surabaya, la deuxième ville du pays. Les autorités y ont trouvé des bouteilles en plastique, des emballages, des couches usagées, des déchets électroniques et des canettes. Outre le cas les plus récents de la France et Hong Kong, les autorités attendent les autorisations de réexpédier 42 autres conteneurs de déchets vers les Etats-Unis, l’Australie et l’Allemagne.

    F. Z. T. avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc