×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Festival international d’Ifrane: La fête, le sport et les débats… continuent

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5564 Le 25/07/2019 | Partager
    Pêche, chasse, basket… des tournois et des trophées au quotidien
    Près de 60.000 festivaliers chaque soir jusqu’au 27 juillet
    Dounia Batma, Hatim Ammor et Majid El Mohandis au menu
    festival_international_difrane_064.jpg

    Pas moins de 60.000 festivaliers suivent tous les soirs les spectacles de la scène Taj. Et la plus grosse affluence est attendue pour les prestations de Dounia Batma, Hatim Ammor et Majid Al Mohandis… Des activités sportives sont également au menu (Ph FIICC)

    La petite Suisse marocaine continue de vibrer aux rythmes de son festival international «chants des cèdres» (FIICC), événement qui enregistre une forte affluence. Ses différentes activités reçoivent quotidiennement un public assoiffé de culture, sport et musique.

    Pour le premier volet, la conférence sur «la cédraie de l’Atlas» a esquissé les potentialités, contraintes et stratégie de gestion et de préservation de cet arbre emblématique. Unanimes, les intervenants ont souligné «l’importance de la classification du cèdre de l’Atlas, par l’Unesco, dans le Réseau mondial des réserves de biosphère». Cela fait plusieurs années que le cèdre de l’Atlas est en danger. En 2011 déjà, les associations tiraient la sonnette d’alarme quant à l’abattage clandestin de cet arbre.

    En 2013, l’Union internationale pour la conservation de la nature l’a introduit dans sa liste rouge des espèces en voie de disparition. Deux ans plus tard (2015), le Haut-Commissariat aux Eaux et forêts et les ONG avertissaient à leur tour quant à la menace que représente le réchauffement climatique pour le cèdre.

    D’ailleurs, la neige, s’étant faite rare cette année, a beaucoup affecté les plantations et l’ensemble de l’écosystème, notamment le lac Dayet Awa, aujourd’hui complètement asséché. Aussi, le forum du Festival d’Ifrane est l’occasion de remettre en selle l’importance de l’eau pour la préservation de la richesse des écosystèmes de la région. De l’avis des participants, la diversité des activités qui y sont menées engendrent une forte pression sur les ressources en eau: plantation d’arbres fruitiers, agriculture moderne, tourisme…

    Par ailleurs, concernant le volet sportif, la 4e édition du FIICC a programmé des compétitions de pêche de la truite aux appâts, un tournoi de basket 3X3, du cross, et un concours du tir au plateau. Prévue le 27 juillet, cette compétition représente un exercice d’adresse, d’entraînement à la chasse. Elle est pratiquée comme activité sportive, consistant à abattre au fusil des plateaux constitués d’un mélange de brai de pétrole et d’un filler calcaire projetés en l’air.

    peche-de-la-truite-aux-appats-064.jpg

    La 4e édition du FIICC a programmé des compétitions de pêche de la truite aux appâts, un tournoi de basket 3X3, du cross, et un concours du tir au plateau. Prévue le 27 juillet, cette compétition représente un exercice d’adresse, d’entraînement à la chasse (Ph. YSA)

    Pour cette édition, une cinquantaine de tireurs vont disputer le tir sur le beau plateau de Tarmilate (vers la station de ski Michlifen). S’agissant du basket-ball à trois, le tournoi d’Ifrane se joue sur trois jours (du 23 au 25 juillet). Au total, 8 équipes masculines et 8 équipes féminines s’affrontent en plein air sur la place Al-qods pour remporter le titre 2019. Un concours de tir à trois points est organisé en parallèle.

    A noter à cet égard, l’intérêt grandissant de la jeune population d’Ifrane pour le sport NBA. «Grâce à Younes Sadki, président du festival, plusieurs jeunes jouissent d’un encadrement idoine en basket-ball et golf. L’ambition étant de former des futurs sportifs de haut niveau», témoigne un responsable de la province. Un autre ajoute que «la formation menée par Sadki est suivie de plus près par de hauts responsables de l’Etat». Ce dernier regrette enfin le départ de Sadki de l’hôtel Michlifen, décidé quelques jours seulement avant le début du festival.

    «C’est une grosse perte pour l’unique hôtel 5 étoiles de la ville mais aussi pour Ifrane où ce responsable a présidé aux destinées de l’Association Forum Ifrane, Culture et Développement (AFICED), initiatrice du festival, depuis sa création en 2016», conclut-il.

    Les concerts battent tous les records

    Les spectacles de la scène Taj battent tous les records. En fait, chaque soir, entre 50.000 et 60.000 festivaliers répondent présents. Signalons que les artistes berbères drainent la masse, constate L’Economiste. C’était le cas d’ailleurs lors du spectacle d’Ahouzar et Mehdi Mouzayine lundi. Pour leur part, Mimoune Ourahou et Fatim Zahra Laaroussi n’ont pas démérité le lendemain. Sami Ray et Dounia Batma, devaient, eux, se produire hier mercredi. Par ailleurs, dès aujourd’hui, la scène «Arz Biladi» retrouvera son public. Les soirées musicales débuteront par la soirée NRJ Music Tour, connue pour être un mélange de genres. L’on retiendra ainsi la participation très attendue de L’Algérino. La scène d’Arz Biladi accueillera également la star de la pop marocaine le chanteur Hatim Ammor et  le chanteur et compositeur irakien Majid Al Mohandis le vendredi 26 juillet. L’événement prendra fin le 27 juillet par un spectacle réunissant le jeune talent Zouhair Bahaoui et le chanteur français d’origine catalane Kendji Girac.

    De notre correspondant permanent, Y.S.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc