×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Un festival de musique pour réenchanter Ifrane

    Par Youness SAAD ALAMI | Le 24/07/2019 | Partager
    Créer une animation culturelle et touristique, en faire un levier de croissance
    Les objectifs de l'évènement qui se tient jusqu'au 27 juillet prochain
    Hatim Ammor, Dounia Batma et Majid El Mohandis... un parterre de stars
    festival-de-musique-ifrane-062.jpg

    La symphonie d’Ahidous a charmé le public du 4e festival international d’Ifrane, en ouverture. C’est connu, cette manifestation donne la part belle aux artistes marocains. Elle est d’ailleurs très suivie par le public… Le spectacle d’ouverture a attiré plus de 50.000 festivaliers, dont ministres et hauts fonctionnaires de l’Etat. Celui de Hadou Aarab et Hamid El Kasri n’a pas démérité non plus. Plus de 60.000 spectateurs ont suivi leur prestation dimanche (Ph. YSA)

    La petite Suisse marocaine s’est parée de ses plus beaux ornements pour le Festival international d’Ifrane chants des cèdres (FIICC). Des voiries réfection­nées, de nouvelles fontaines aménagées, des luminaires et un renfort de sécurité… pour accueillir les festivaliers dans la joie. Surtout que cette 4e édition du FIICC, organisée sous le haut patronage de SM le Roi, coïncide avec les 20 ans de règne du Souverain.

    Le coup d’envoi de cette manifestation a été donné, samedi dernier, sur la scène Taj. Une scène ouverte et gratuite pour la population d’Ifrane et ses visiteurs qui viennent en masse en cette période de ca­nicule. A ce titre, le spectacle d’ouverture a été suivi par plus de 50.000 festivaliers, et l’on s’attend à attirer autant, chaque soir, et tout au long du festival (du 20 au 27 juillet 2019).

    Outre le grand public, plusieurs per­sonnalités font le déplacement pour le festival d’Ifrane. Pour le spectacle du 20 juillet, l’on a ainsi noté la présence de Mo­hamed Laarej, ministre de la Culture et de la Communication, Fatna El Kihel, secré­taire d'Etat en charge de l'Habitat, Ham­mou Ouhalli, secrétaire d’Etat en charge du Développement rural, Mohand Laen­ser, président de la région Fès-Meknès, Saïd Zniber, wali de la région, Abdelha­mid El Mazid, gouverneur d'Ifrane, ou en­core Mohamed Ouzzine, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports.

    Devant ces invités de marque, la sym­phonie d’Ahidous a donné le ton d’un événement qui, d’année en année, gagne en maturité et en professionnalisme. A noter que la nouvelle édition nécessite un budget de 6 millions de DH. Comme à l’accoutumée, les organisateurs mettent à l’honneur les artistes marocains et «gar­nissent» le programme avec quelques stars arabes et internationales. C’est dans cet es­prit que l’ouverture s’est voulue purement locale.

    hamid_el_kasri_062.jpg

    Réunissant quelque 220 artistes représentant 22 troupes, la symphonie d’Ahidous a livré une merveilleuse presta­tion. Créée en 2017 à l’initiative de l’Association Forum Ifrane, culture et développement (AFICED), ladite symphonie est la première du genre. Elle se veut symbole du respect de la diversité culturelle dans nos sociétés, pour assurer une interaction harmonieuse et un vou­loir-vivre ensemble de personnes et de groupes aux identités cultu­relles à la fois plurielles, variées et dynamiques.

    Sur scène, les chefs des troupes d'Ahidous ont oublié leurs rivalités musicales, offrant la part belle à l'art et à la synergie créative. Ce fut d’ailleurs un grand moment de célébration pour un art consi­déré comme patrimoine immatériel. En 2e partie du spectacle, le jeune artiste égyptien, Hamza Namira, a servi, par ses guitares et chaΩnts rythmés, les badauds venant de Fès, Meknès, Azrou et El Hajeb.

    Et dimanche, 2e journée du festival, la scène Taj a accueilli Hadou Aarab et Ha­mid El Kasri. Leur spectacle a drainé plus de 60.000 festivaliers. Ahouzar et Mehdi Mouzayine étaient attendus sur la même scène lundi. Suivront Mimoune Ourahou et Fatemzahra Laaroussi (mardi), et Sami Ray et Dounia Batma (mercredi).

    Bref, cette quatrième édition connaîtra la par­ticipation de grands noms de la musique marocaine, arabe et internationale. Un programme aussi riche que varié est ainsi prévu pour satisfaire les attentes du public de différents âges et goûts. L’ambition des organisateurs est de créer un levier de dé­veloppement économique et social grâce à l’événement phare d’Ifrane.

    Rappelons enfin que le FIICD dure cette année 8 jours au lieu de 4 précédem­ment. C'est un choix assumé des respon­sables de la province qui ont voulu ga­rantir une semaine de joie et d'animation culturelle, sociale et économique pour la population d'Ifrane «à qui la neige a beau­coup manqué cette année, au détriment de l'activité économique de la petite Suisse marocaine».

    NRJ Music Tour rempile

    Dès jeudi, la scène « Arz Biladi » retrouvera son public. Les soirées musicales dans cet autre espace du festival débuteront par la soirée NRJ Music Tour, connu pour être un mélange de genre. L’on retiendra ainsi la participation très attendue de l’Algérino. La scène d’Arz Biladi accueillera également la star de la pop marocaine, le chanteur Hatim Ammor, et le chanteur et compositeur irakien Majid Al Mohandis le vendredi 26 juillet. A noter que l’événement prendra fin le 27 juillet par un spectacle réunissant le jeune talent Zouhair Bahaoui et le chanteur français d’origine catalane Kendji Girac. En attendant, et en plus du programme musical, des activités en accès libre, notamment en basketball, cross-country, mini foot, pêche, jeux de cartes, badminton et tir aux plateaux, sont prévues. Ainsi que des spectacles de rue mettant à l’honneur les instruments les plus usités dans la musique marocaine pour les faire connaître du grand public. Une conférence thématique sur la préservation du cèdre sera organisée afin de sensibiliser et intégrer la population, pour que la cédraie ne soit plus vue comme un bien à exploiter, mais comme un patrimoine national à préserver.

    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc