×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Commerce extérieur: Les régimes économiques doublent les ALE

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5550 Le 05/07/2019 | Partager
    Ils représentent 42,4% du total des échanges commerciaux
    L’import dans le cadre du libre-échange poursuit sa tendance haussière
    commerce_exterieur.jpg

    Source: Office des changes 
     En 2018, les importations bénéficiant des termes des accords de libre-échange s’élèvent à 151,7 milliards de DH contre 143,8 milliards en 2017. L’Union européenne y tient toujours le premier rang avec une part de 72,7% des achats

    L’import dans le cadre des accords de libre-échange toujours orienté à la hausse. En 2018, les achats effectués dans ce régime préférentiel ont augmenté de 5,5% à 151,7 milliards de DH contre 143,8 milliards, l’année précédente. Et l’Union européenne en détient le premier rang  avec une part de plus des 2/3. Ceci, bien que les expéditions à partir de l’Union soient en léger repli. 
    A noter que le rapport de l’Office des changes sur le commerce extérieur  ne renseigne pas sur  les exportations réalisées dans le cadre des accords liant le Maroc à ses partenaires. Aussi aucune appréciation ne peut-elle se dégager  quant à la balance commerciale qui en résulte. 
    Ce qui est sûr, c’est en 2018, le commerce extérieur du Maroc affiche un déficit avec tous les continents à l’exception de l’Afrique, avec laquelle le pays  enregistre un excédent commercial. (Voir article page 12) . Le déficit avec l’Europe se creuse de 6%. Celui avec l’Asie s’aggrave de 65,9 milliards de DH. Et il résulte pour l’essentiel des importations en provenance de Chine (pays non signataire d’accord de libre-échange avec le Maroc). En revanche, le déficit enregistré avec l’Amérique diminue de 1,6 milliard de DH. 
    Au total, les achats en provenance de l’UE se chiffrent à 110,3 milliards de DH en 2018, en baisse de 2,1 milliards par rapport à 2017.  Cette situation s’explique essentiellement par la baisse des approvisionnements en énergie, lubrifiants et en biens d’équipement industriel. 
    L’Espagne (27,2 milliards de DH), la France (20,3 milliards) et l’Italie (13,7 milliards de DH) constituent les principaux partenaires dans le cadre de cet accord avec une part à l’import de 55,4%. 
    L’accord avec les Etats-Unis marque une hausse de 64,7% (6,9 milliards de DH de plus) pour occuper le deuxième rang devant la Turquie. Les importations réalisées dans le cadre de l’accord conclu avec Ankara augmentent de 14,7% et s’établissent à 15,5 milliards de DH. Concernant les importations effectuées dans le cadre de l’accord d’Agadir, elles grimpent  de 15,5% à 5,4 milliards de DH. Leur part dans les importations totales des accords est la plus faible: 3,5%. Il en est de même des achats à partir des pays de l’association de libre-échange: 1,9%.

    commerce_exterieur1.jpg

    Avec un taux de progression annuel de 9,4%, les achats bénéficiant des régimes économiques en douane  représentent  42,4% du total des échanges commerciaux du Maroc

    Parallèlement, les importations effectuées dans le cadre des régimes économiques en douane restent également sur un trend haussier. En 2018, les acquisitions en admission temporaire pour perfectionnement actif ont bondi de 15,2%. Avec ou sans paiement de droits de douane, les transactions à l’import poursuivent leur progression ininterrompue depuis 2010, pour s’établir à  320,6 milliards de DH en 2018. C’est pratiquement le double sur moins d’une décennie. Avec un taux de progression annuel de 9,4%, ces achats représentent  42,4% du total des échanges commerciaux du Maroc. La ventilation des échanges commerciaux réalisés sous le régime de l’admission temporaire pour trafic de perfectionnement actif par pays révèle la prédominance de l’Espagne (24,6%) et de  la France (21,7%).  Les importations en ATPA sans paiement se chiffrent à 29,3 milliards de DH contre 26,2 milliards en 2017. Elles représentent 6,1% du total des acquisitions  en 2018. L’évolution résulte essentiellement des achats de demi-produits, de produits bruts, de biens de consommation et des équipements. En contrepartie, les réexportations en suite d’admissions temporaires pour perfectionnement actif avec et sans paiement ne cessent d’augmenter. Elles représentent 72,4% des exportations totales en 2018. Les réexportations en suite d’admissions temporaires pour perfectionnement actif avec paiement se chiffrent à 154,1 milliards de DH contre 138,7 milliards en  2017, en hausse de 11%. A partir de 2013, plus de 50% des exportations du Maroc sont réalisées dans le cadre de ce régime. 
    Les engrais naturels et chimiques (19,3%), les fils, câbles et autres conducteurs isolés pour l’électricité (19%), ainsi que les voitures de tourisme (18,5%), constituent les principaux produits exportés sous le régime de l’admission temporaire. Ces trois produits représentent à eux seuls 56,8% des exportations sous ce régime en 2018.
     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc