×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    G20: Des sujets bouillants au programme

    Par L'Economiste | Edition N°:5544 Le 27/06/2019 | Partager
    Guerre commerciale, Iran, Corée du Nord, Turquie…
    Les Etats-Unis au centre des débats
    Le sommet se tiendra les 28 et 29 juin au Japon
    g20_5544.jpg
     

    LE G20 d’Osaka, qui s’ouvre ce vendredi 28 juin, se jouera surtout en coulisses avec plusieurs dossiers épineux au programme. Parmi eux: le conflit commercial entre Washington et Pékin, les tensions géopolitiques autour de l’Iran, la Corée du Nord ou la Turquie, sans oublier le mercato bruxellois.
    Tout d’abord, l’entrevue entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping sera le temps fort du sommet des dirigeants des 20 plus grandes puissances de la planète. Leur dernière rencontre remonte à début décembre, en marge d’un sommet du G20 à Buenos Aires. Ils avaient alors déclaré une trêve mais, depuis, les négociations ont connu des hauts et des bas. Elles ont été interrompues en mai. Si un accord définitif paraît peu probable selon les experts, les deux dirigeants pourraient décider de stopper l’escalade de taxes douanières punitives réciproques et relancer les discussions. Plus largement, les désaccords commerciaux entre les Etats-Unis et ses partenaires occuperont les débats du G20.
    Autour de la table, les discussions s’annoncent également vives à propos de la crise iranienne. S’opposent alors d’un côté les Etats-Unis et l’Arabie saoudite, grand rival régional de Téhéran, de l’autre, les Européens, la Chine et la Russie qui tentent de calmer le jeu.
    L’hôte du sommet international, le Premier ministre japonais Shinzo Abe, a essayé de jouer le médiateur, mais sa visite historique en Iran a tourné au fiasco, ponctuée par des attaques contre des pétroliers attribués à Téhéran par Washington. Depuis, le ton ne cesse de monter entre les deux pays. Face aux sanctions américaines, l’Iran a accusé les Etats-Unis d’avoir «fermé de façon permanente la voie de la diplomatie» et a annoncé la réduction des engagements inscrits dans l’accord de 2015 sur le nucléaire. 
    Le président Trump, qui a annulé la semaine dernière des frappes militaires contre l’Iran à la dernière minute, a prévenu que toute attaque iranienne ferait l’objet de représailles.
    A Osaka, Donald Trump rencontrera également le président turc Erdogan. Ce dernier entend faire jouer ses bonnes relations avec son homologue américain pour désamorcer la crise entre les deux pays au sujet de l’achat de missiles russes par Ankara, tout en assurant qu’il ne «ferait pas marche arrière». Washington a adressé un ultimatum à la Turquie, un membre de l’Otan, lui donnant jusqu’à fin juillet pour renoncer au système russe de défense antiaérienne, faute de quoi des sanctions pourraient être imposées.
    Les Etats-Unis mèneront donc la danse lors du G20, étant au centre de plusieurs enjeux majeurs pour la stabilité économique et politique mondiale.

    Sami ANOUAR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc