×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    CMR: Le risque des retraites anticipées

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5541 Le 24/06/2019 | Partager
    4.100 départs en 2018 concentrés dans l'Education nationale
    La pension mensuelle moyenne à 9.530 DH bruts
    cmr.jpg

    Le rapport démographique du régime des pensions civiles poursuit sa baisse: moins de deux fonctionnaires financent une pension de retraite.

    Les départs anticipés dans la fonction publique ont certes baissé, mais restent importants: 4.100 en 2018 concentrés dans l'Education nationale contre 4.500 en 2017. En 2016, l'année durant laquelle la réforme paramétrique a été engagée, ils avaint atteint 8.600 départs alors qu'auparavant ils ne dépassaient pas un millier par an. 
    Ces départs sont facilités pour les fonctionnaires qui justifient de 30 années de service effectif. Ils peuvent quitter de plein droit sans l'aval de la hiérarchie. Mais partir  avant l'âge légal a  un impact direct sur le régime des pensions civiles. La Cour des comptes avait d'ailleurs averti: «La hausse des départs anticipés aura une incidence sur la trésorerie du régime et affaiblira l'impact de la réforme paramétrique». Le départ de 50% des adhérents qui comptent 30 années de service effectif est de nature à annihiler tous les impacts de la réforme paramétrique. 
    La réforme de 2016 a certes introduit des changements par rapport aux départs anticipés, mais les conditions restent toujours attayantes: 18 années de service pour les femmes et 24 pour les hommes et l'aval de la hiérarchie est obligatoire pour les moins de 30 années de service.

    cmr2.jpg
     
    cmr_2.jpg

    Les retraités 2018 du régime des pensions civiles sont à une pension mensuelle moyenne de 9.530 DH  contre 10.126 DH en 2017

    Le taux d’annuité sur la base duquel la pension de retraite est calculée a baissé, passant de 2 à 1,5%. Ce qui réduit le niveau de la pension. Seule exception, les adhérents qui comptent 41 ans d'activité et pour lesquels le législateur a maintenu un taux d'annuité de 2%.
    A fin 2018, le déficit technique du régime a atteint 6,1 milliards de DH contre 5,1 milliards une année auparavant. La CMR a puisé dans les produits financiers à hauteur de  3,5 milliards de DH et dans les réserves pour combler ce déficit. Le même scénario se produira jusqu'à épuisement des réserves en 2028! La réforme paramétrique de 2016 a limité les dégâts, mais elle reste insuffisante. Le déficit technique a été réduit de moitié et les prestations sont mieux tarifées: chaque dirham versé génère un dirham de pension. 
    L'élargissement de l’assiette de liquidation des pensions à la moyenne des salaires des 96 derniers mois étalée sur 4 années a permis au régime de s'aligner sur la norme en vigueur dans les autres caisses de retraite. Le processus a commencé en 2017 avec la prise en compte de la moyenne des salaires des 24 derniers mois. Il se terminera l'année prochaine.    
    Ceci étant, la pension des fonctionnaires reste élevée comparativement au secteur privé: une moyenne de 7.379 DH bruts pour le stock et 9.530 DH pour les départs enregistrés fin 2018 contre 10.126 DH en 2017. Dans le secteur privé, 57% des pensions sont inférieures à 1.500 DH et seuls 3% des retraités perçoivent la pension maximale CNSS, soit 4.200 DH. Le niveau élevé des pensions s'explique en partie par le départ à la retraite d'une forte proportion de cadres. 

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc