×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les Mauritaniens aux urnes

    Par L'Economiste | Edition N°:5540 Le 21/06/2019 | Partager
    Le premier tour de l’élection présidentielle a lieu samedi 22 juin
    Les candidats doivent faire face à de nombreux enjeux sociaux

    La Mauritanie vote, ce samedi 22 juin, pour le premier tour d’une élection présidentielle dont le vainqueur sera confronté au défi du développement. Ce vaste pays d’Afrique de l’Ouest, stable politiquement depuis dix ans, est néanmoins très critiqué pour ses atteintes aux droits humains.

    La Mauritanie, ancienne colonie française, est à cheval entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne. Les musulmans représentent 99% de la population. La base du droit est la Charia (loi islamique) mais ses sentences extrêmes, comme les peines de mort et de flagellations, ne sont plus exécutées depuis les années 1980. Subsistent cependant certaines pratiques abusives comme l’esclavage, qui perdure en asservissant 1% de la population, selon un rapport d’Amnesty International.

    Les six candidats s’affrontant au premier tour doivent donc faire face à plusieurs enjeux décisifs pour le bien-être du pays. Le scrutin doit marquer la première transition entre un président sortant et son successeur élu.

    Au pouvoir depuis plus de dix ans, Mohamed Ould Abdel Aziz a assuré la stabilité politique de ce pays de 4,5 millions d’habitants durement frappé par des attentats jihadistes dans les années 2000. Pour lui succéder au terme de ses deux mandats autorisés par la Constitution, le parti au pouvoir a choisi comme autre candidat un autre ex-général. Ould Ghazouani, chef d’état-major pendant dix ans, puis quelques mois ministre de la Défense, devient alors favori de cette élection.

    Face à lui, l’ancien chef du gouvernement de transition, Sidi Mohamed Ould Boubacar, semble avoir le plus de chance de le contraindre à un second tour le 6 juillet. Ce dernier, qui se présente comme un «candidat indépendant», bénéficie du soutien d'une large coalition comprenant le parti islamiste Tewassoul, principale formation d'opposition, ainsi que du puissant et richissime homme d'affaires Mohamed Ould Bouamatou.

    Pour l'opposition, qui a réclamé en vain la présence d'observateurs électoraux étrangers, les «risques de fraude sont grands», selon la déclaration d'un de ses principaux dirigeants, Ahmed Ould Daddah. En cas de fraude manifeste, «le peuple est suffisamment mûr pour choisir les moyens de rejeter les résultats du vote», a-t-il estimé, évoquant «l'occupation de façon spontanée de la rue».

    Les critiques du pouvoir continuent cependant à fuser, et se focalisent sur les droits de l'homme, dans une société marquée par des inégalités ainsi que des disparités entre communautés. Amnesty International et une trentaine d'ONG ont ainsi appelé le 3 juin dernier les six candidats à signer un manifeste contenant 12 engagements, notamment celui de lutter contre l'esclavage et les violences faites aux femmes.

    Quelques indicateurs

    La Mauritanie est exportatrice de fer (dont la part a diminué ces dernières années en raison d'une baisse de la production), de poisson et dans une moindre mesure d'or et de cuivre.
    De 2006 à 2017, elle a également exploité ses réserves pétrolières. Une géologie complexe et des coûts d'exploration élevés ont conduit au démantèlement début 2018 de son champ de Chinguetti, selon la Banque mondiale.
    En 2018, la croissance économique a poursuivi sa reprise pour atteindre 3,6%. Cependant, elle reste insuffisante comparée à la croissance démographique.
    Le taux d'alphabétisation est faible, dans ce pays où 31% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

    Sami ANOUAR

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc