×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Le Maroc présente son plan de vol au Bourget

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5537 Le 18/06/2019 | Partager
    Le secteur enregistre la plus forte croissance de toute l’industrie
    Le taux d’intégration serait porté à 42%
    Deux nouveaux investissements en instance à Midparc
    bourget-037.jpg

    L’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) a dévoilé sa nouvelle marque Morocco Now, à l’occasion du Salon international de l’aéronautique et de l’espace qui se tient  du 17 au 21 juin à Paris (Ph. HE)

    Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du Commerce, conduit une forte délégation d’institutionnels et de chefs d’entreprise à la 53e édition du Salon de l’aéronautique du Bourget qui se tient du  17 au 23 juin.  Le Maroc en est à sa 7e participation à ce rendez-vous qui a lieu tous les deux ans.

    Les opérateurs marocains multiplient des rencontres avec des industriels du secteur. En tout cas, Rabat compte faire jouer ses nombreux atouts pour attirer de nouveaux investisseurs. Plusieurs contacts sont sur le point d’être concrétisés. Une chose est certaine : deux nouvelles conventions ont été signées lundi 17 juin portant sur des implantations au niveau de Midparc à Nouaceur.

    La première concerne Aerospace Moroccan Cluster et FLAG qui ont convenu de développer des projets de recherche collaboratifs et d’échanger des informations pour la promotion de l’industrie aérospatiale. L’annonce en sera faite aujourd’hui mardi 18 juin.

    L’implantation d’une base aéronautique au Maroc remonte à 18 ans. Depuis, beaucoup de métiers à forte valeur ajoutée se sont développés dans plusieurs filières telles que le câblage, la mécanique, la chaudronnerie, l’assemblage mécanique… Le Maroc a attiré des majors telles que Boeing, Safran, Stelia, suivies dans la foulée par Mécachrome, Le Piston Français, LISI, Daher…

    Le plan d’accélération industrielle a permis d’augmenter le taux d’intégration locale. Ce dernier est passé de 17,5% fin 2014 à 34% à fin 2018, soit un niveau au-dessus des objectifs du plan. Le ministère de l’Industrie compte le réajuster à 42% en 2020.

    Ce qui démontre d’une dynamique industrielle qui gagnerait à monter en gamme en termes de taux d’intégration. L’industrie aéronautique compte aujourd’hui 140 entreprises employant directement près de 16.700 personnes, titulaires d’au moins un bac+2. Selon les chiffres à fin 2018 de l’Office des changes, les exportations ont atteint 13,9 milliards de DH, soit 5,6% du total des exportations marocaines.

    Avec une progression de 13,8%, le secteur enregistre la plus forte hausse à l’export de toute l’industrie. Ce taux serait plus important si l’on y ajoutait les commandes amorcées en décembre 2018 et livrées en 2019. Le trafic aérien devrait dynamiser la production aéronautique mondiale de 5% par an.

    Entre 2014 et 2018, la croissance moyenne de ce secteur au Maroc est de plus de 16% et les prévisions d’ici 2020, en tenant compte uniquement des carnets de commandes des industriels installés, tablent sur une progression de 20%. Le Royaume est donc prêt à absorber la hausse de la cadence. Le challenge sera de le rester dans la durée.

    Enfin un fournisseur de premier rang

    TDM Aerospace a décroché récemment le statut de fournisseur de premier rang pour le compte de Boeing. C’est le premier fournisseur direct à capitaux marocains d’un avionneur. Un succès rendu possible grâce à l’action de l’écosystème Boeing qui a identifié l’opportunité de marché et les porteurs de projets.  TDM est spécialisée dans la production des tubes et des canalisations en titane pour le Boeing 787 Dreamliner à partir de Casablanca.
    Le gouvernement a signé récemment un accord avec l’avionneur Boeing qui s’engage à s’approvisionner localement à hauteur de 1 milliard de dollars par an et à inciter ses fournisseurs internationaux à s’installer au Maroc. Pour y arriver, Boeing doit disposer de fournisseurs qualifiés. L’écosystème est une équipe ministère-Boeing. Il identifie les opérateurs susceptibles de répondre aux besoins du constructeur aéronautique. Une dizaine de projets ont déjà été identifiés, dont TDM. Selon Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du Commerce, le bilan de l’écosystème est positif et sera bientôt annoncé.

    DNES à Paris, Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc