×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Un premier trimestre sans accroc pour le secteur bancaire

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5531 Le 10/06/2019 | Partager
    Les bénéfices ont augmenté de 6% à 3,4 milliards de DH
    Mais, des situations individuelles contrastées
    La marge d’intérêt retrouve des couleurs: +4,5%
    chiffres_cles_banques_031.jpg

    Si les bénéfices du secteur sont en hausse après trois mois, les banques ont traversé différemment ce début d’année. Le coût du risque a pesé sur BMCI ou encore CIH Bank. Le produit net bancaire s’améliore grâce au dynamisme des commissions et à la bonne tenue de la marge d’intérêt

    Les résultats du 1er trimestre des banques envoient des signaux mitigés. Pour les huit groupes bancaires, les bénéfices se sont améliorés de 6% à 3,4 milliards de DH. Toutefois, les banques ont traversé différemment les trois premiers mois de l’année. Le coût du risque a été un élément déterminant. Il a ralenti la croissance des profits d’Attijariwafa bank et du Crédit Agricole et a contribué au repli des résultats de BMCI et CIH Bank.

    A contrario, la décrue de la charge de risque a propulsé les bénéfices de Société Générale de 162 à 323 millions de DH. Pour la BCP, l’amélioration de 19% du coût du risque passe quasiment inaperçue dans l’évolution des profits (+1,8%) en raison d’un produit net bancaire peu dynamique. Les revenus du groupe se sont établis à 4,2 milliards de DH en légère hausse de 0,5%. Les baisses de la marge d’intérêt et du résultat des activités de marché masquent l’accélération de 17,5% des revenus de commissions.

    indice_sectoriel_031.jpg

    En Bourse, l’indice sectoriel affiche une baisse de 2,36% depuis le début de l’année contre une baisse de 2,90% du Masi. Attijariwafa bank a cédé 0,77% et BCP 4,29%. La baisse est plus marquée pour BMCI: -12,26% 

    La marge sur commissions demeure le poste le plus performant dans le chiffre d’affaires sectoriel. Les banques ont facturé 3,4 milliards de DH de commissions au premier trimestre, un montant en progression de 6%. La dynamique est plus marquée chez BCP, Crédit Agricole et Crédit du Maroc. L’évolution des usages et le développement de nouveaux services vont continuer à soutenir la croissance de cette rubrique.

    Chahutée par la pression à la baisse des taux, la marge d’intérêt retrouve des couleurs avec une progression de 4,5% à plus de 11,6 milliards de DH dont une hausse de 8% à Attijariwafa bank, 14% à Société Générale et 9% au Crédit Agricole. Surtout, cette croissance de la marge d’intérêt provient plus de l’activité crédit que du pilotage du coût des ressources de la clientèle. Dans le contexte de taux bas, il reste un levier essentiel d’optimisation pour préserver la marge d’intérêt.

    «Le core business banking commence à prendre le relais de la croissance du produit net bancaire», relève un analyste. Par ailleurs, les trois premiers mois ont été contrastés sur les marchés. Les revenus issus de ce pôle sont demeurés stables par rapport au même trimestre l’année dernière.

    Au total, le produit net bancaire sectoriel s’est établi à 17,4 milliards de DH de janvier à mars en hausse de 4%. Les investissements en système d’information et dans de nouvelles activités se ressentent sur les charges générales d’exploitation de certains établissements. Néanmoins, le résultat brut d’exploitation du secteur s’améliore de 4%.

    F.Fa
     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc