×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Union africaine: Coup d’envoi de la Zone de libre-échange continentale

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5529 Le 03/06/2019 | Partager
    Son but: augmenter le commerce intra-africain de 60% d'ici 2022
    Une phase opérationnelle en juillet lors d'un sommet à Niamey
    Des enjeux pour le Maroc

    La Zone de libre-échange continentale (Zlec), projet phare de l'Union africaine en vue de l'émancipation économique du continent, est entrée en vigueur le 30 mai 2019. La phase opérationnelle doit toutefois être lancée le 7 juillet lors d'un sommet de l'UA à Niamey.

    Ceci après finalisation d'instruments clés comme les mécanismes d'arbitrage, la définition des règles d'origine des marchandises ou encore des dispositifs en vue de l'élimination d'obstacles tels que la corruption ou le mauvais état des infrastructures.

    Cinquante-deux membres de l'UA sur 55 ont signé l'accord portant création de la zone depuis mars 2018, avec l'exception notable de la première économie du continent, le Nigeria qui attend les résultats d'une étude d'impact. Pour entrer en vigueur, il fallait que 22 membres ratifient le texte et le notifient officiellement à l'organisation continentale. Ce seuil a été atteint le 29 avril, ouvrant la voie à une entrée en vigueur 30 jours plus tard, comme prévu dans les statuts.

    Depuis le 29 avril, le Burkina Faso et le Zimbabwe ont déposé leurs instruments de ratification, portant le nombre de pays inclus dans la Zlec à 24, avec l'Afrique du Sud, l'Egypte, le Kenya ou l'Ethiopie. D'autres pays ont entrepris une ratification, dont le Maroc qui a fait son grand retour à l’UA. Le Royaume pourra ainsi augmenter ses exportations et ses investissements dans d’autres régions que l’Afrique de l’Ouest.

    La Zone de libre-échange doit permettre l'élimination progressive des droits de douane entre pays membres. Ce qui favorisera le commerce au sein du continent et permettra aux pays africains de s'émanciper d'un système économique trop centré sur l'exploitation des matières premières.

    Le FMI a toujours encouragé les pays africains à progresser dans la mise en place de cette zone. Car, elle pourrait changer la donne sur le continent. A condition de baisser, voire supprimer à terme, les droits de douane, mais surtout de lever les goulets d'étranglement non-tarifaires, en améliorant en particulier les infrastructures et la logistique commerciale. S

    elon les estimations de la Banque africaine de développement (BAD), la Zone de libre-échange continentale devra doper le PIB du continent de plus de 35 milliards de dollars dans les cinq prochaines années. Pour sa part, la Commission économique pour l'Afrique des Nations Unies estime que la concrétisation de cet ensemble économique contribuera à augmenter la part de l'Afrique dans le commerce mondial.

    Celle-ci étant encore dérisoire puisqu'elle n'en représente qu'environ 2%. Pour certains experts, une telle zone permettrait également de réduire la dépendance de l'Afrique vis-à-vis de l'étranger avec une baisse des importations africaines de 10,2 milliards de dollars.

    Des gains

    ua_liber_echange_029.jpg

    L'UA estime que la mise en œuvre de la Zlec permettra d'augmenter de près de 60% d'ici à 2022 le niveau de commerce intra-africain. Actuellement, seulement 16% du commerce des pays africains s'effectue avec d'autres pays du continent.
    Si les 55 pays membres de l'Union africaine signent le document, la zone ouvrira l'accès à un marché de 1,2 milliard de personnes, pour un PIB cumulé de plus de 2.500 milliards de dollars.
    Ses défenseurs estiment qu'elle aidera à la diversification des économies africaines et à l'industrialisation du continent, tout en lui offrant une plateforme unique pour négocier de meilleurs accords commerciaux avec l'extérieur.

    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc