×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Big data: 5e édition de l’Exposition internationale de Chine

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5527 Le 30/05/2019 | Partager
    Le marché mondial estimé à 42 milliards de dollars
    Le Maroc en quête de nouveaux partenariats
    big-data-chine-027.jpg

    «La Chine constitue aussi un grand marché à explorer pour l’exportation des produits marocains à haute valeur ajoutée», selon Abdelhamid Souiri, vice-président de la Chambre des conseillers (Ph. CGEM)

    Le Maroc est l’invité d’honneur de la 5e édition de l’Exposition internationale de l’industrie du big data, qui a eu lieu du 26 au 29 mai dans la Vallée numérique de Chine.  Elle rassemble les plus grandes entreprises mondiales de l’intelligence artificielle, en compagnie des institutions et des organisations internationales.

    C’est Abdelhamid Souiri, vice-président de la Chambre des conseillers, membre du groupe parlementaire de la CGEM, qui représente le Maroc, aux côtés de Mohamed Idrissi Meliani, DG de l’Agence de développement digital.

    «On estime aujourd’hui le marché mondial du big data à 42 milliards de dollars. A l’heure actuelle, cette industrie, en plein essor, est largement dominée par la Chine qui rassemble à elle seule près de 60% des experts mondiaux contre près de 23% pour les Etats-Unis», affirme Abdelhamid Souiri. La big data révolutionne la compétitivité de l’entreprise et devient non plus une fonction support, mais une ressource stratégique, ajoute-t-il.

    «Le Maroc mène plusieurs actions pour accompagner les changements technologiques. En effet, le HCP livrera en 2020 les conclusions d’une étude sur la big data, en vue d’adapter le système statistique national aux mutations technologiques en matière de production et d’analyse de l’information statistique».

    A signaler également que le gouvernement a conclu, il y a trois ans, des partenariats avec des universités nationales et internationales pour former les experts marocains.

    Depuis la dernière visite royale en Chine, le Maroc continue d’identifier les domaines à fort potentiel de créations d’emplois et de valeur ajoutée. De plus, l’adhésion du Royaume, fin 2017, au mémorandum d’entente sur les nouvelles routes de la soie, initiées par la Chine, a marqué un tournant dans les relations bilatérales qu’au niveau triangulaire Chine-Maroc-Afrique et Chine-Maroc-Europe.

    Les grands chantiers lancés par le Maroc constituent une bonne occasion de renforcer les échanges économiques entre les deux pays. D’autant que le Maroc, qui est en train de réfléchir à un nouveau modèle de développement, gagnerait à s’inspirer de l’expérience chinoise, riche à cet effet. Il est donc grand temps pour que les deux pays identifient de nouvelles opportunités de coopération.

    D’ailleurs, dans son message aux participants, le président chinois Xi Jinping a affirmé que la Chine «accorde une grande importance au développement de l’industrie du big data et qu’elle est disposée à partager les opportunités de développement de l’économie numérique avec les autres pays pour découvrir conjointement les nouveaux mécanismes du développement des nouvelles technologies.

    Hassan EL ARIF

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc