×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Lectures du Ramadan

    Episode 14 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Les miracles de Jésus

    Par L'Economiste | Edition N°:5526 Le 29/05/2019 | Partager
    jesus_012.jpg

     

    L’un des faits qui sont rattachés à la personne de Jésus, c’est sa capacité à accomplir des miracles, même si ce phénomène est l’objet de grandes réticences de la part des historiens. Pourtant, ce fait est reconnu par les sources chrétiennes canoniques, les Apocryphes et par le Coran. Le Talmud reconnaît l’existence de ces miracles, mais en les assimilant à la magie.  Ce qui est remarquable, c’est que Jésus a toujours été discret sur ce qu’il accomplit, n’essayant pas d’en tirer gloire. Au contraire, il lui est souvent arrivé de s’en défendre. Il présente ses miracles comme un signe d’anticipation du règne de Dieu. À des envoyés de Jean-Baptiste, qui était prisonnier, venus l’interroger sur sa personne, il répond en citant le prophète Isaïe: «Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez: les aveugles retrouvent la vue, les boiteux marchent droit, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscités, la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres.» (Matthieu, XI, 4-5). Les miracles de Jésus sont cités dans les Évangiles mais également dans le Coran.

    Les miracles de Jésus dans les Évangiles

    Concernant les miracles accomplis par Jésus, il y a surtout ceux qui sont liés à la guérison et qui tiennent une place importante, d’autant plus que cette faculté de guérison touche toutes sortes de maladies et de handicaps: les gens boiteux, les lépreux, les muets, les aveugles, les paralysés et même les morts. Ce qui est frappant aussi, c’est le fait que, parmi toutes ces guérisons, il y a de très nombreux exorcismes qui sont les manifestations de combats de Dieu contre Satan. C’est d’ailleurs ces miracles, rapportés par les Évangiles, qui exaspèrent les officiels de la Loi, notamment les pharisiens, qui accusent Jésus d’être lui-même un démoniaque. En voici quelques exemples:
    - La guérison miraculeuse du fils de l’officier royal (Jean IV: Le fils d’un officier d’Antipas est mourant. Son père, ayant entendu parler de Jésus et devant le désespoir de perdre son fils, se rend chez Jésus pour le supplier de le guérir. Jésus lui dit: «Il vous faut donc des signes et des miracles pour que vous commenciez à me prendre au sérieux et à croire.» L’officier le supplie de faire vite avant qu’il ne soit trop tard. Jésus lui dit: «Va, ton fils vit.» L’officier s’empresse de rentrer chez lui ; et en route, ses serviteurs viennent lui annoncer que son fils va beaucoup mieux. Il leur demande depuis quand et apprend que c’est à l’heure où Jésus lui annonce que son fils est vivant. À partir de ce moment-là, il croit avec sa famille en Jésus.
    - La résurrection de Lazare (Jean XI): C’est l’un des miracles les plus célèbres de Jésus. Lazare, frère de Marthe, est enterré depuis quatre jours. Elle vient trouver Jésus et lui dit que s’il avait été là, son frère ne serait pas mort. Jésus lui répond: « Ton frère se relèvera. » Il se rend au tombeau de Lazare et se met à pleurer. Il dit: «Enlevez la pierre.» Jésus lève les yeux au ciel et dit : «Père, je Te remercie de ce que Tu m’as déjà entendu ; je sais que tu m’entends toujours, mais ici, j’ai parlé à cause de la foule, pour que tous croient que c’est Toi qui m’a envoyé.» Après avoir terminé sa prière, il s’écrit : «Lazare sors.» et Lazare sort du tombeau les pieds et les mains liées de bandelettes et le visage enveloppé d’un linge.
    - La guérison de l’homme possédé (Marc, I, 23-26): Au moment où il enseigne dans la synagogue de Capharnaüm, ville proche de Nazareth, un homme interpelle Jésus et lui dit : «Pourquoi te mêles-tu de nos affaires, Jésus le Nazaréen, es-tu là pour nous perdre ? Je sais qui tu es : le saint de Dieu.» Jésus s’adresse à lui en disant: «Tais-toi et sors de cet homme». L’esprit impur sort de lui en secouant l’homme violemment et en poussant de grands cris. Tous les témoins sont effrayés.
    - La guérison de l’homme sourd-muet (Marc VIII) : D’après Marc, on amène à Jésus un sourd qui a des difficultés pour s’exprimer et on lui demande de le guérir. Jésus l’emmène loin de la foule, lui met les doigts dans les oreilles, crache et lui touche la langue avec sa salive, puis lève les yeux vers le ciel en disant: «Ouvre-toi. » Aussitôt, les oreilles de l’homme s’ouvrent et sa langue se délie. Il commence à parler normalement.
    - La guérison de l’homme à la main paralysée (Marc III) : Un jour où il se trouve dans la synagogue, Jésus remarque un homme dont la main est paralysée et desséchée. La foule, hostile, se demande s’il va intervenir un jour de shabbat. Jésus demande à l’homme de se lever et de se mettre au milieu de tous. Il interpelle l’assistance en disant: «Qu’est-il permis de faire un jour de shabbat ? Est-ce de faire du bien ou de faire du mal, de sauver ou de tuer?» Personne ne parle. Il dit à l’homme de tendre sa main, celle-ci est guérie et devient normale.
    - La guérison du lépreux (Matthieu, VIII, 1-4) : Au moment où il descend de la montagne, suivi d’une grande foule, Jésus voit s’approcher de lui une personne qui lui demande de la rendre pure. Jésus tend la main, touche l’homme en disant: «Je le veux, sois pur.» Aussitôt, l’homme est guéri de la lèpre.

    livre_ramadan_026.jpg

    Christ guérissant les aveugles. 1682. Œuvre de  Nicolas Colombel (1644-1717). Saint Louis Art Museum (Crédit DR)

    - La guérison des deux aveugles (Matthieu ix, 27-31) : Lors d’un déplacement avec la foule qui le suit, deux aveugles s’approchent de Jésus et lui demande: «Aie pitié de nous, fils de David!» Jésus leur dit : «Croyez-vous que je puisse faire cela ?» Les aveugles lui répondent par l’affirmative. Alors, Jésus leur touche les yeux, en disant : «Qu’il vous advienne, selon votre foi !» Les yeux des deux hommes s’ouvrent.
    -  La résurrection de la fille de Jaïrus (Luc VIII) : Ce miracle, raconté par Luc, est particulièrement significatif. D’abord, parce qu’il concerne le chef d’une synagogue, du nom de Jaïrus. Ensuite, parce qu’il concerne la résurrection de sa fille malade, qui a été annoncée comme morte. Au moment de cette annonce, Jésus dit à Jaïrus: «N’aie pas peur, crois seulement, et elle sera sauvée!» Arrivé à la maison avec le père, il ne laisse entrer personne, en dehors des parents de la fille, ainsi que Pierre, Jean et Jacques. Jésus s’adresse aux parents: «Ne pleurez pas, elle n’est pas morte, elle dort !» Il lui prend la main et lui dit: «Mon enfant, réveille-toi !» Aussitôt, la fille se lève.
    - La résurrection de Jésus rapportée par les quatre Évangélistes Matthieu (XXVIII), Marc (XVI) Luc (XXIV), Jean (XX) : C’est le miracle par excellence et il est naturel qu’il soit rapporté par les quatre Évangélistes. Comme nous allons le voir, Jésus après sa crucifixion, a été mis rapidement dans le tombeau, avant le début du shabbat, le vendredi soir. Le dimanche matin, des femmes viennent au tombeau pour lui faire la toilette rituelle et trouvent le tombeau vide, et à côté, un linceul plié. Marie-Madeleine, s’étant attardée près du tombeau, aperçoit un homme qu’elle croit être le jardinier. En fait, il s’agit de Jésus ressuscité qui lui demande d’aller prévenir ses disciples auxquels il donne rendez-vous. Pierre et Jean se rendent au tombeau pour vérifier sur place. Deux anges leur apparaissent et leur annoncent que Jésus est vivant; ce que lui-même leur a déjà annoncé. Les jours suivants, Jésus apparaît plusieurs fois à ses disciples.
    - Le miracle de la pêche miraculeuse Luc (V) : Un jour, Jésus monte dans la barque de Pierre sur le lac de Génésareth. Pierre se plaint de ne pas avoir assez de poissons. Jésus lui demande d’aller en eau profonde. Là, dès qu’il remonte ses filets, ils sont pleins de poissons. À la suite de cet épisode, Jésus prend Pierre parmi ses compagnons et lui dit: «Tu étais pêcheur, je fais de toi un pêcheur d’hommes. »
    - Le miracle des deux multiplications de pain rapporté par Marc (VI et VIII): Jésus s’est trouvé confronté à un problème: celui de faire manger une foule de plus de cinq mille personnes venues l’écouter, alors que ses disciples ne disposent que de cinq pains et de deux poissons. Jésus demande d’installer les gens et commence à prier. Les pains et les poissons se multiplient jusqu’à ce que tout le monde soit rassasié. Le second événement rapporté par Marc est similaire au premier sauf qu’il se produit dans le nord de la Galilée, en territoire non juif, et la foule est composée de plus de quatre mille personnes.
    - Le miracle de l’eau changée en vin (Jean II): Seul Jean rapporte l’histoire de ce miracle qui est en fait l’un des plus importants de Jésus. Il raconte que, lors d’une noce à Cana où sont invités Jésus et ses disciples, Marie, sa mère, lui demande d’intervenir car elle a remarqué que l’assistance manque de vin. Après quelques hésitations, Jésus décide de faire remplir d’eau six jarres de quarante litres chacune, destinées normalement à la purification des personnes. Jésus demande aux serviteurs de puiser cette eau; celle-ci se transforme en vin d’excellente qualité. Ce qui provoque l’étonnement et l’admiration des convives.
    - Le miracle du paiement de l’impôt (Matthieu XVII) : Pour mettre Jésus dans l’embarras, un groupe de personnes interroge Pierre pour savoir si Jésus et lui-même payent l’impôt annuel destiné au Temple. Jésus demande à Pierre d’aller pêcher dans le lac le plus proche et de voir ce qu’il va trouver dans la bouche du premier poisson pêché. Pierre s’exécute et trouve, dans la bouche du poisson, une pièce de monnaie, du même montant de l’impôt à payer par Jésus et son disciple.  Aujourd’hui, on pense que les taches foncées qui ornent chacun des flancs du poisson appelé «saint-pierre» représentent la trace du pouce et de l’index du disciple lorsque celui-ci l’a manipulé pour récupérer la pièce d’argent. Il s’agit, de toute évidence, d’une légende, car le saint-pierre n’est pas un poisson de lac.
    - Le miracle de la marche de Jésus sur l’eau, selon Matthieu (XVI, 24-29): C’est Matthieu qui rapporte que Jésus ordonne à ses disciples de le devancer et de se rendre à la barque de l’autre côté du lac de Galilée. Lui, se rend à la montagne pour prier; mais dans son sommeil, il apprend que ses disciples luttent contre les vents du lac. Il les rejoint en marchant sur l’eau. Ses disciples l’aperçoivent et Pierre sort de la barque pour le rejoindre. Il tombe dans l’eau. Jésus lui tend ses mains en lui reprochant de manquer de foi.

    Jésus, une grande
    figure biblique du Coran

    Rachid Lazrak
    La Croisée des Chemins,
    L’Harmattan, 2019

    rachid_lazrak.jpg

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc