×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Automobile: La BEI accélère la création de joint-ventures

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5504 Le 26/04/2019 | Partager
    Signature d’une déclaration d’intention avec l’Amica
    Objectif: compléter l’ossature de la plateforme
    amica_automobile.jpg
    L’Amica incite les PME marocaines à s’intéresser au secteur afin de se frayer une place dans l’univers automobile

    La Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Association marocaine pour l’industrie et la construction de l’automobile (Amica) viennent d’officialiser un partenariat stratégique. Il s’agit de la signature de la déclaration d’intention liant les deux parties qui eu lieu le 24 avril à Casablanca, en marge d’une réception dédiée aux entreprises privées, organisée par la BEI et la délégation de l’Union européenne au Maroc, à l’occasion de la Fête de l’Europe. La déclaration d’intention vise à «impulser» la coopération avec le secteur privé et les institutionnels. 
    L’enjeu est de développer des projets et encourager la création de joint-ventures. Précision: la convention ne doit pas être assimilée à une convention d’investissement ou de crédits à taux préférentiels. Mais plutôt un acte qui «réaffirme» l’engagement européen. Concrètement, l’association professionnelle s’engage à «encourager les mises en relation, faire du «matchmaking» entre opérateurs marocains et européens et créer de l’animation autour pour, à terme, assurer un transfert de savoir-faire vers le Maroc», expliquent les dirigeants de l’Amica. Et d’ajouter: «Nous visons également à combler un certain nombre de commodités absentes actuellement au niveau de la plateforme automobile marocaine. A cet effet, nous sommes en train de décortiquer des commodités jusqu’à la matière première et trouver des solutions pour compléter l’ossature de la plateforme». De son côté, la banque mettra à la disposition des professionnels du secteur ses instruments d’accompagnement, de financement et d’assistance technique, à l’instar de Jobelsa Automotive, joint-venture entre l’équipementier espagnol Jobelsa et Dolidol, filiale de la holding Palmeraie Industries & Services. Ou encore la joint-venture AGC Automotive-Induver Morocco, dans la production de verre trempé pour lunettes arrière et vitres latérales ainsi que de verre feuilleté pour pare-brise. La JV a bénéficié d’un prêt de 56 millions d’euros de la BEI. «Le soutien que nous apportons vise à accompagner l’intégration dans les chaînes de valeur des écosystèmes internationaux, accélérer la transformation structurelle de l’économie, favoriser l’émergence et les rencontres entre PME et accompagner la transition vers l’économie verte», soutient Claudia Wiedey, ambassadeur de l’UE au Maroc. 
    Le positionnement du Maroc en tant que plateforme de production et d’exportation d’équipements et de véhicules automobiles est conforté par les implantations de groupes étrangers de renom tels que Renault, Snop, Gmd, Bamesa, Delphi, Yazaki, Sews, Saint-Gobain et plus récemment PSA Peugeot Citroën, dont le démarrage est imminent. Toutefois, il y a encore des gisements de progression en termes d’intégration locale. Le ministère de l’Industrie et du Commerce annonce un taux de 50,5%. Le secteur atteindra à terme 85% de taux d’intégration avec PSA, dont 20% dans le moteur, grâce à la production de l’usine de Kénitra.
    M.Ko.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc