×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Abla Choukri: Un art inédit, organique et fragmentaire

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5503 Le 25/04/2019 | Partager
    L’art de la mosaïque revisitée accordant aux œuvres une contemporanéité absolue
    Coquilles d’oursins, pierres semi-précieuses, feuilles d’or, pierre de galène
    abla_choukri_5503.jpg
    1-L’œuvre est une relecture du tableau emblématique de Gustave Courbet «L’origine du monde». L’artiste y dénonce la situation de la femme d’une manière générale et sa représentation à travers l’histoire de l’art en particulier (Ph. AC)
    2-Abla Choukri utilise l’image d’une odalisque orientaliste du XIXème siècle, qu’elle déchiquette, s’appropriant au nom de toutes les femmes l’iconographie de la femme historiquement l’apanage des hommes (Ph. AC)

    Il s’agit du pacte (oublié) entre l’homme et la terre, d’une histoire de fécondité vieille comme le monde,  de conditions de la femme d’hier et d’aujourd’hui… Si l’exposition «Peace of heart» aborde autant de thématiques les unes plus intenses que les autres, c’est qu’elle traverse quelque 17 ans de création de l’artiste Abla Choukri.  Présentée  à la Eldon & Choukri Art Gallery, à Casablanca, l’évènement est toutefois le premier «solo show» de l’artiste. Trop timide, avoue-t-elle, pour donner à voir son travail en public. 
    Profusion de thèmes, profusion de formes et de matières également, où l’on distingue des tesselles de coquilles d’oursins, des pierres semi-précieuses, de la feuille d’or, du cristal de roche, de la pierre de galène, des émaux de Briare ou des galets japonais… Un travail d’orfèvre sur des matériaux bruts et délicats en même temps. Une alchimiste des temps modernes. On imagine aisément, l’artiste taillant les émaux, écrasant et disposant les coquilles d’oursins telle une fine dentelle de Calais, appliquant à l’image d’un maître artisan, les feuilles d’or, étalant le mortier qui, sublimé, s’élève au rang d’objet d’art à part entière. On imagine également le chemin parcouru. Les premières maladresses, la maturité qui s’annonce et enfin la parfaite maitrise d’un procédé des plus complexes. L’innovation, puis… la liberté! Car Abla Choukri a choisi comme postulat de départ l’art de la mosaïque. Les travaux méticuleux du départ laissent peu à peu place à une interprétation inédite de la technique, accordant aux œuvres une contemporanéité absolue et une qualité plastique indéniable.
    Le temps, la patience, la dextérité et le savoir que requiert l’exécution de son art sont impressionnants. Les vocabulaires géologique et minéralogique de l’artiste, nostalgique d’une ère, réelle ou imaginaire, rappellent un certain état de félicité originelle où l’humain, la nature, l’univers, le corps et l’esprit étaient en parfaite symbiose.  «Il y a une volonté intense de montrer ce que l’on ne voit pas, ce que l’on ne sait plus voir, ce que l’on ne veut pas voir, ce que l’on feint de ne pas voir, l’invisible, l’indicible», précise l’artiste. Abla Choukri interroge la complexité des rapports humains à la nature, la condition de la femme et la place de l’humain dans le monde,  tout en prêtant hommage à la force créatrice inhérente de la vie. L’accrochage chronologique dévoile plus de quarante œuvres, entre compositions et sculptures oviformes, rehaussées de matières nobles ou communes sans aucune hiérarchie avec des médiums tout aussi complexes qu’ inattendus et  disparates. Le tout dégageant une esthétique, faite de simplicité et d’élégance dépouillée. Une sacrée performance!
    La carrière de Abla Choukri démarre en 2001, lorsqu’elle décide d’abandonner définitivement une carrière de juriste pour se consacrer pleinement à sa passion. Son art qui au fond,  semblait ne l’avoir jamais véritablement quitté. Dès lors, comme pour rattraper le temps passé dans le monde juridique, elle travaille sans répit à huis clos, parfois avec frénésie. Foncièrement rebelle dans l’âme, l’artiste plasticienne a toujours revendiqué un désir d’autonomie, de liberté à l’égard du monde de l’art régi par des conventions auxquelles elle n’adhère pas. Aujourd’hui, elle a finalement accepté exceptionnellement  de dévoiler ses œuvres au grand public. Ses œuvres font, cependant,  partie de prestigieuses collections privées au Maroc, en Afrique subsaharienne, en Europe et aux Etats-Unis.

    Deux œuvres majeures

    Deux œuvres attirent particulièrement l’attention lors de cette exposition.  Il s’agit de «L’Origine du monde!» œuvre de 2 mètres de diamètre au fil de fer barbelé recouvert de feuille d’or et à la pierre de galène. La pièce monumentale, d’une absolue sobriété, interpelle par son audace. La réinterprétation de l’œuvre de Gustave Courbet,  violemment abstraite, va à l’essentiel. Car si l’œuvre, créée par un artiste masculin aurait pu être érotique, Abla Choukri, elle, lui donne une autre dimension. Un véritable manifeste sur la situation de la femme et sa représentation à travers l’histoire de l’art. Prenons l’exemple de l’une des institutions les plus prestigieuses du monde de l’art. Au Musée d’Art Moderne à New-York, seul 4% des artistes exposés sont des femmes alors que 75% des nus y représentent des femmes. Même problématique dénoncée dans la seconde œuvre. La pinto-sculpture «Mra hachak».  Utilisant comme postulat un nu féminin, une odalisque orientaliste du XIXe siècle déchiquetée par l’artiste,  Abla Choukri appréhende de façon très originale la condition de la femme, en revisitant et s’appropriant au nom de toutes les femmes l’iconographie de la femme historiquement l’apanage des hommes. Elle questionne la place de la femme dans la société et par extension la place de la femme dans le monde de l’art.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc