×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    23e édition Caftan: Des créations audacieuses inspirées du monde antique

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5500 Le 22/04/2019 | Partager
    19 créateurs aux commandes du défilé
    Fnaïre, Nora Fethi, Hatim Ammor, Manal et Nouamane Belayachi, les artistes invités
    caftan_00.jpg

    Imane Tadlaoui Faouz a choisi de coiffer tous ses modèles de couronnes. Les 19 créateurs, invités à cette 23e édition Caftan, se sont tous inspirés des merveilles antiques (Ph. FDM/B. Taougar)

    Les merveilles antiques ont pleinement inspiré les stylistes. Opulence et majesté n’ont pas quitté la scène du 23e show Caftan, organisé samedi dernier à Marrakech par Femmes du Maroc. Les 19 créateurs sélectionnés se sont appuyés sur le travail d’orfèvre des maâlems et petites mains de l’ombre.

    Résultat, les caftans sont devenus bijoux. Des broderies, des incrustations, des mélanges d’étoffes, le thème des 7 merveilles du monde a enchanté les collections et a, malgré les siècles passés, soufflé un vent de modernité sur ces créations 2019. Hind Lamtiri, issue d’une longue lignée familiale de couturiers, a ouvert le bal avec des modèles aux couleurs énergisantes inspirés du Taj Mahal.

    Une collection tout en contraste entre velours et drap de soie rehaussés de broderies ancestrales et de pierres fines. Meriem Belkhayat prend le relais et dénote avec un modèle aux courbes de sirène. Pour Nisrine Ezzaki Bakkali, les jardins suspendus de Babylone étaient la vedette de sa collection très florale. Siham El Habti s’évade des sentiers battus et présente son caftan aux allures de kimono et des modèles où s’impriment l’Egypte ancienne, les colonnes grecques et le zellige.

    Kacem Sahl, l’homme de la soirée, a lui aussi marqué les esprits en osant réinventer les formes dans une version  du caftan qui n’appartient qu’à lui. Sobriété et dextérité des broderies chez Houda Larini, Zineb Lyoubi Idrissi et Mounia Amouri qui s’est elle aussi pleinement inspirée du grandiose Taj Mahal.

    La magie des incrustations a rayonné chez Halima Chami et Najia Benjelloun qui a même joué des plumes pour une collection aux formes pyramidales. Les caftans de Safae Ibrahimi étaient, quant à eux, magnifiés par les accessoires.

    caftan-00.jpg

    Un plateau artistique soigné pour cette soirée haute couture marocaine avec, entre autres invités, le groupe Fnaïre et Nora Fethi réunis pour un tableau très «Bollywood» (Ph. FDM)

    La styliste a poussé la réflexion sur le thème des merveilles antiques dans un mélange abouti de matières et de couleurs pour une même robe. Audacieuse, elle a su dynamiser le vêtement traditionnel marocain sans rien perdre de son essence. Quand Nadia Boutaleb joue des matières avec la soie, le satin et la dentelle, Imane Tadlaoui Faouz a choisi de coiffer tous ses modèles de couronnes. Majestueux.

    Pour rythmer tout ce beau monde, la bande son est une nouvelle fois signée Hamid Daoussi. Le compositeur est allé chercher très loin dans le temps. «J’ai remonté les siècles et j’ai pu voir à quel point la musique n’avait pas de frontières d’un pays à l’autre. Une vraie formation pour moi», confie le compositeur.

    Entre les collections, Caftan c’est aussi un beau plateau d’artistes avec les danseurs «maison» de la chorégraphe Malika Zaidi, qui est allée chercher les tissus pour les costumes aux 4 coins du monde. Avec eux, bien sûr, les chanteurs et musiciens du moment comme Hatim Ammor, qui a été le premier à monter sur scène, ou le groupe Fnaïre et Nora Fethi réunis pour un tableau très «Bollywood».

    La jeune artiste Manal était de la fête, offrant, en pleine période antique, un retour direct et sans escales en 2019. Enfin, Nouamane Belayachi, le «chouchou» de la jeune scène marocaine, a clôturé ce 23e opus de l’événement phare de la haute couture nationale.

    J. A.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc