×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossier Spécial

    Logistique: Comment renverser la vapeur

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5491 Le 09/04/2019 | Partager
    Les fondamentaux de la stratégie nationale
    Le bilan d’étape des capacités développées jusque-là

    Même si le secteur est encore loin des objectifs fixés au départ, les enjeux de la stratégie sont multiples et à caractère transversal. Les fondamentaux reposent sur la réduction des coûts, l’accélération de la croissance du PIB, la contribution du secteur au développement durable et à la réduction des nuisances... L’objectif de la stratégie consiste à réduire le coût de 15 à 20% du PIB dès 2015 à travers une gestion optimisée, sécurisée et massifiée des flux de marchandises.

    Sur l’accélération du PIB,  la stratégie parie sur l’augmentation de la valeur ajoutée induite par la baisse des coûts, notamment à travers l’émergence d’un secteur compétitif avec des acteurs intégrés et des plateformes de services performantes (3 à 5 points de plus sur le PIB dans un horizon de 5 ans). La logistique est également attendue sur la réduction (de 35%) des émissions de CO2 induites par le transport routier de marchandises ainsi que la décongestion des villes et des routes. L

    a stratégie s’articule autour de 5 axes majeurs avec des feuilles de route établies pour chacun des axes et à différents horizons: une gouvernance adaptée, le développement de zones dédiées (sur une superficie de 3.300 ha à l’horizon 2030), l’émergence d’acteurs performants (via la mise à niveau des entreprises et la sophistication de la demande) ou encore l’optimisation des flux de marchandises (à travers des initiatives pour rationaliser et structurer les supply chain ). S’y ajoute la montée en compétence par la biais de plans de formation.

    Sur le registre de la gouvernance, l’AMDL a un rôle stratégique de pilotage. L’Agence marocaine de développement de la logistique prend en charge la planification, la structuration et la promotion des projets de zones dédiées. Elle assure aussi la coordination et d’amélioration des différentes chaînes, l’animation du secteur. Elle veille également sur le cadre réglementaire et normatif. L’AMDL a aussi pour mission d’assurer la veille stratégique et technologique en plus du développement des compétences dans les différents métiers. Autre acteur incontournable dans la gouvernance, l’Observatoire de la compétitivité.

    Pour l’heure, le bilan d’étape des zones développées renseigne sur les capacités logistiques mises en place à Casablanca, Tanger et les régions abritant des P2I. Sur Casablanca, la première phase de Zenata est finalisée. Développée par la SNTL, cette zone s’étend sur 28 ha. S’ensuit la 1re phase de la zone Mita. Elle est développée sur 12 ha par l’ONCF. A Tanger, le site Med Hub, qui s’étend sur 30 ha, a été développé par TMSA.

    D’autres régions sont en train de connaître la même dynamique, notamment via des parties aménagées au sein de P2I à Kénitra, Oujda, Agadir...  Les zones aménagées totalisent 245 ha. Que ce soit les zones de Zenata, Mita, Med Hub, Tanger Automotive City, Tétouan Parc ou encore la Technopôle d’Oujda... ce sont essentiellement les aménageurs publics qui portent le développement des sites.

    En revanche, sur la composante immobilier logistique, c’est plutôt le privé qui domine. La ventilation des surfaces aménagées par type de développeur fait que 74% reviennent au privé. Le reste (26%) est assuré par le public.

    Mise à niveau

    Pour accélérer la cadence et massifier les flux, il va falloir faire intégrer le tissu des PME (95% des entreprises). Or, jusque-là, une PME ne peut pas se permettre le luxe de louer un entrepôt de 6.000 m2. C’est dire qu’il y a un potentiel à compartimenter l’offre en plusieurs lots. Dans le même esprit, l’AMDL a mis en place un programme de mise à niveau destiné aux PME. Ce qui passe par un accompagnement technique et financier sur plusieurs volets. L’enjeu étant de rehausser le niveau des pratiques au sein de la PME, voire les aligner aux standards internationaux. Il est aussi question de faire émerger une offre de services adaptée aux besoins des PME.

    A.R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc