×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Marché des capitaux: Les examens démarrent en juin

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5489 Le 05/04/2019 | Partager
    Les négociateurs d’instruments financiers passent en premier
    Les autres professions passeront les épreuves entre septembre et décembre
    Le test obligatoire quelle que soit l’expérience
    marche_capitaux.jpg

    Le test d’habilitation dédié aux analystes financiers et gérants de portefeuille n’aura lieu qu’en 2020 du fait que des discussions sont en cours pour l’adosser à un système de certification internationale

    Le dispositif d’habilitation des acteurs du marché des capitaux a été officiellement lancé, jeudi 4 avril, par le régulateur. Devant une salle archicomble, Nezha Hayat, présidente de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), a dévoilé le détail de la mise en œuvre du dispositif. Les  associations représentant les sociétés sous le contrôle de l’AMMC semblent avoir aplani leurs divergences ( L'Edition n°5476 du 19/03/2019). «Le dispositif d’habilitation a pour objectif de responsabiliser davantage les professionnels, de valoriser leurs métiers qui ne sont pas toujours bien connus et d’amorcer une montée en capacités. Le système d’habilitation permettra également d’assurer un meilleur accompagnement des évolutions futures et des nouveaux métiers», explique Nezha Hayat. Le dispositif est censé renforcer la crédibilité de la place financière de Casablanca au niveau international.  
    Institué par la loi n°43-12 relative à l’AMMC, le test d’habilitation cible les personnes physiques travaillant au sein des sociétés sous le contrôle du régulateur. Selon les estimations, 250 personnes seraient concernées. Sept professions ont été retenues. Seuls les compensateurs sont exclus en attendant la mise en place du marché à terme.
    Sur le plan des modalités, la demande d’habilitation et son renouvellement doit être transmise à l’AMMC par la société personne morale au nom du professionnel et ce, 30 jours avant l’examen. Pour participer au test, il faut détenir un diplôme de l’enseignement supérieur, justifier au moins de deux ans d’expérience et travailler à plein temps chez un opérateur de marché. L’organisation des examens peut être confiée à un prestataire de service externe selon un cahier des charges élaboré par le comité consultatif d’habilitation, composé de trois représentants de l’AMMC et d’un représentant de chacune des associations professionnelles sous le contrôle du régulateur. L’examen s’articule autour d’une centaine de questions au format QCM. Une partie sera d’ordre général, la seconde traitera d’aspects plus techniques, mais la compensation entre les deux sera possible. Parmi les 14 thématiques qui seront abordées, le cadre institutionnel et la place financière, l’environnement économique, le cadre juridique des manquements, la relation avec les clients et leur information…. La date et le lieu des épreuves seront annoncés sur le portail de l’AMMC.
    L’examen d’habilitation est obligatoire pour toute personne occupant l’une des fonctions fixées par voie réglementaire. L’AMMC, qui dispose de la liste nominative des personnes visées, veillera à ce que tout le monde se soumette à cette disposition et tiendra un registre des professionnels habilités. 
    Ainsi, quels que soient le parcours du professionnel et son ancienneté dans l’un des sept postes retenus, il devra obligatoirement passer le premier examen d’habilitation. Le test est sanctionné par la remise à la société personne morale d’une carte d’habilitation valable trois ans. Les personnes justifiant d’au moins dix ans d’expérience ne sont pas obligées de renouveler leur carte d’habilitation, mais devront suivre une formation pour l’actualisation de leurs connaissances.
    Les autres devront repasser l’examen d’habilitation pour une nouvelle période de trois ans. Au total, ils devront se soumettre au test d’accréditation à trois reprises. Ensuite, ils seront tenus de subir des contrôles périodiques. En cas d’échec, les candidats pourront se rattraper au cours des sessions suivantes. 
    Hassan EL ARIF

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc