×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Résultats annuels: CAM à l'assaut des 4 milliards de DH de revenus

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5485 Le 01/04/2019 | Partager
    L'explosion de la marge d'intérêt atténuée par la baisse de régime des activités de marché
    Les bénéfices ont progressé de 9% à 626 millions de DH
    Une augmentation de capital à l'étude et peut-être, une introduction en Bourse
    indicateurs_cam_085.jpg

    A mi parcours du plan stratégique, le groupe CAM a bouclé un exercice solide marqué par le maintien de la dynamique au niveau commercial et le recul du coût du risque. Ceci a contribué à la hausse de 9% des bénéfices à 626 millions de DH

    Trois ans après avoir récupéré la quatrième place du secteur en termes de total bilan, Crédit Agricole Maroc poursuit le développement de son fonds de commerce avec un total actif en hausse de 10% à 107 milliards de DH à fin 2018.

    La distribution de crédit et la collecte de dépôts ont été dynamiques l'année dernière avec des hausses de 7% des encours. Cette vigueur a permis de générer 3,97 milliards de DH de chiffre d'affaires en croissance de 1%. Cette progression du produit net bancaire masque une conjoncture variée pour les différentes composantes.

    La marge d'intérêt a bondi de 22%, à contre courant du marché. Cette performance tient à la hausse des encours de crédit et au maintien du taux de rendement des prêts. En face, le pilotage du coût des ressources de la clientèle a permis des gains de plusieurs points de base (30 points de base).

    C'est un levier essentiel d'optimisation pour les banques pour préserver la marge d'intérêt dans le contexte de baisse des taux d'intérêt. Cependant, la bonne tenue de cette rubrique est contrebalancée par la baisse de régime du résultat des opérations de marché. L'équilibre a été assuré par la marge sur commissions qui a augmenté de 3%.

    Les charges d'exploitation sur l'exercice ont augmenté de 12% à 1,9 milliard de DH. Cela correspond à un coefficient d'exploitation de 47,9%. La hausse des charges plus importantes que les revenus a entraîné une baisse de 4% du résultat brut d'exploitation à 1,8 milliard de DH. Par contre, l'amélioration de la qualité du portefeuille avec un coût du risque en recul de 26% a contribué à hisser le résultat d'exploitation au dessus de 1 milliard de DH contre 879 millions de DH une année auparavant.

    Au total, le groupe a dégagé un bénéfice de 626 millions de DH en hausse de 9%. Il va renforcer l'assise financière de la banque qui affiche des fonds propres consolidés de 10,6 milliards de DH à fin 2018. Le ratio de solvabilité s'est établi à 13,4% alors que le Tier 1, composé des fonds propres durs, s'élève à 9%. Pour soutenir la croissance de son activité, le groupe Crédit Agricole du Maroc va renforcer son ratio Tier 1.

    A court terme, cela passera par une meilleure sélection des risques, c'est-à-dire moins coûteux en fonds propres. Les autres leviers pour renforcer les fonds propres durs restent entre autres une augmentation de capital et une levée de fonds à travers la Bourse. Le groupe a manifesté à plusieurs reprises un intérêt pour une cotation en Bourse. Mais, la décision et le timing de l'opération reviennent à l'Etat qui détient 75% du capital de la banque.

    F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc