×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Salon national du Sardi: Vers la labellisation de la race

    Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5479 Le 22/03/2019 | Partager
    La surface d’exposition passe à 120.000 m2
    Plus de 300 exposants
    sardi_079.jpg

    Le salon mobilise producteurs, encadrants et administration pour définir un plan de promotion, notamment en labellisant la race (Ph. L’Economiste)

    Et de deux pour le Salon national professionnel du Sardi. En effet, la deuxième édition de cet évènement a été inaugurée, hier matin à Settat, par Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime.

    Organisé du 21 au 24 mars courant, par l’Association du Salon national professionnel de l’élevage, en partenariat avec la direction régionale de l’agriculture de Casablanca-Settat, le salon a pour objectif premier de promouvoir l’élevage de cette race ovine exceptionnelle. Et aussi d’en valoriser le patrimoine génétique.

    Le salon, au-delà donc de son aspect événementiel, se veut comme un espace, certes d’exposition, mais également d’échange d’expériences et de savoir-faire en matière d’élevage de cette race particulière et fortement appréciée par les consommateurs. «Le salon permettra aussi de lancer et d’instaurer une réflexion régulière et permanente entre les différents opérateurs et intervenants dans le secteur», souligne Abderrahmane Naïli, directeur régional de l’agriculture Casablanca-Settat.

    «Les intervenants sont nombreux tout au long du processus de l’élevage de cette race», renchérit Abderrahim Asri, président de l’Association du Salon national de l’élevage. On peut ainsi citer les professionnels de l’élevage, les éleveurs, les vétérinaires, les pharmaciens et sociétés pharmaceutiques, les secteurs bancaires et financiers et tous les institutionnels, directs et indirects, concernés (ministères, entreprises publiques et semi-publiques, offices sectoriels…).

    Le salon connaît également la participation de l’Association des éleveurs ovins et caprins, l’Association des fabricants des aliments composés, la Société de produits vétérinaires ainsi que d’autres intervenants comme le Crédit Agricole, l’OCP, l’ONCA et l’ONSSA.

    Le choix de Settat comme site d’accueil du salon n’est d’ailleurs pas fortuit. La ville est, en effet, le cœur dynamique de l’une des plus importantes régions de l’élevage ovin du Maroc. Installé sur une superficie totale de 120.000 m2 dont 15.000 m2 couverts, le salon est compartimenté en espaces dédiés à l’exposition des animaux et à cinq pôles d’activités parallèles. Il s’agit des produits du terroir, d’un espace économique dédié aux entreprises concernées, d’un autre à usage multiple destiné aux différents intervenants, d’un espace d’échange et de réflexion thématique  et d’un espace d’animation.

    Les initiateurs du salon estiment que «le potentiel de la race devrait, en fait, ouvrir de nouveaux débouchés tant sur le plan génétique que sur celui de la qualité de la viande». De même, les sous-produits du Sardi (cuir et laine notamment) sont loin d’être optimisés. L'événement mobilise donc producteurs, encadrants et administration pour définir un plan de promotion, notamment en labellisant la race. Le salon «ouvrira ainsi de nouvelles perspectives devant le secteur, en mettant en relief tous les aspects d’une véritable politique publique de l’économie de l’élevage».

    Jamal Eddine HERRADI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc