×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Edition spéciale 8 Mars

    Hayat Berka, première femme présidente d’une CGEM-région

    Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5469 Le 08/03/2019 | Partager
    Défendre les intérêts des entreprises
    Equilibrer vie de famille et responsabilités
    hayat_berka_069.jpg

    Pour Hayat Berka, il faut militer pour une plus grande implication des femmes dans la gestion des entreprises (Ph. JEH)

    «Pour moi, ce n’est pas un privilège, c’est une responsabilité immense». C’est en ces termes que Hayat Berka a commenté pour L’Economiste, son élection à la tête de la CGEM Settat-Berrechid. En tant que telle, elle devient la première femme présidente d’une antenne régionale de la confédération patronale. Elle affirme que son mandat sera consacré à la défense des intérêts des industriels, des sociétés et des entreprises que ce soient des PME, des PMI ou des TPE.

    «Une énorme responsabilité dont je suis parfaitement consciente. Surtout qu’il y a beaucoup de dossiers à traiter et des encours à rattraper. D’autant plus qu’il y a autant de problématiques qu’il y a d’entreprises que ce soit dans le service, le commerce ou l’industrie», affirme-t-elle. Elle sait donc qu’il y a un énorme chantier qui l’attend. Elle ne cache pas non plus qu’elle va accorder une attention particulière à l’approche genre.

    «En tant que femme, dit-elle, je ne ménagerai aucun effort pour faire des femmes chefs d’entreprise des interlocutrices incontournables au sein de la CGEM». Point de discrimination, ni de sexisme, chez la Présidente de la CGEM Settat-Berrechid.

    Elle met tout le monde, hommes et femmes, sur un pied d’égalité. Pour mettre sur les rails sa vision pour la CGEM Settat-Berrechid, elle affirme que son sens de la communication et de la responsabilisation sera mis en avant. Une pratique qu’elle a déjà instaurée au sein de sa propre entreprise. «Avec beaucoup de succès», dit-elle, non sans fierté. Ce n’est donc pas un hasard si cette entreprise connaît un climat social sain. Point de conflits, point de bras de fer entre direction et personnel.

    p_8.jpg

     

    C’est cette maîtrise de la communication qu’elle veut, aujourd’hui, mettre à profit, au service de toutes les entreprises de la région. Les défis? Elle ne les craint pas et demeure prête à en relever tous les jours. Lucide et déterminée, elle a déjà commencé, une semaine à peine après son élection à la tête de la CGEM Settat-Berrechid, à entreprendre les démarches nécessaires pour mettre à exécution les grandes lignes de sa feuille de route pour ce premier mandat.

    Le premier chantier auquel Berka a promis de s’attaquer est celui des TPE et PME. Ces dernières sont, en effet, confrontées quotidiennement à des contraintes qui, le plus souvent, en bloquent le développement. Les PME ne participent-elles pas à la création de 50% des postes d’emploi?

    Toutefois, elles doivent encore faire face à de nombreuses contraintes, notamment les prix élevés du foncier ainsi que les délais de paiement, les complications administratives et bancaires, l’insuffisance de la formation et de la main-d’œuvre qualifiée…

    Hayat Berka, pour ceux qui ne la connaissent pas, est également présidente de l’Association des industriels de Berrechid (AIB), seule femme membre élu de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de la Région Casablanca-Settat en 2015, secrétaire générale, depuis 10 ans, d’une association des industriels de la transformation des viandes…

    Jamal Eddine HERRADI

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc