×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Brexit: Des incertitudes pèsent sur l’industrie automobile

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5464 Le 01/03/2019 | Partager
    Chute de 18% des ventes des voitures en un an
    Des constructeurs constituent des réserves pour faire face aux imprévus

    L’industrie automobile britannique est dans l’expectative. Les constructeurs du   Royaume-Uni auraient beaucoup à perdre en cas d'entraves aux échanges avec l'UE qui affecteraient la fluidité de leur chaîne d'approvisionnement.

    Résultat attendu, des retards des livraisons de composants,  pièces et de véhicules. Le constructeur de voitures de sport Aston Martin a annoncé jeudi avoir mis de côté 30 millions de livres pour faire face aux perturbations du Brexit et éviter qu'elles n'aggravent ses performances financières déjà en demi-teinte.

    Le groupe britannique, connu dans le monde entier grâce à James Bond, explique dans un communiqué être prêt à dépenser cette somme afin de limiter l'impact sur son activité d'une éventuelle  sortie de l'Union  sans accord.

    Aston Martin précise avoir déjà puisé 2 millions de livres dans ses fonds dédiés au Brexit, une somme qui n'est pas encore dépensée, mais qui doit servir pour des solutions d'approvisionnement alternatives. Le groupe n’écarte pas la possibilité d’acheminer son approvisionnement des pièces détachées par voie aérienne.

    Les incertitudes du Brexit ont déjà des effets concrets sur le marché automobile britannique, même s'il fait face par ailleurs à d'autres défis de taille, tels que le déclin du diesel et le ralentissement de la demande chinoise.

    Selon des chiffres publiés par l'Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT), la production de voitures a chuté de 18,2% dans le pays en janvier sur un an. «Le danger évident et immédiat reste la menace d'un Brexit sans accord, qui monopolise le temps et les ressources, et plombe la compétitivité», prévient le  directeur général de la SMMT, relayé par l’agence AFP.

    Pour Aston Martin, les préparatifs pour le Brexit interviennent à un moment délicat pour la célèbre marque qui a eu un parcours difficile depuis son introduction décevante en Bourse à Londres. La publication jeudi de résultats annuels mitigés et de perspectives prudentes n'a rien fait pour rassurer les investisseurs, si bien que le titre s'effondrait de 17,35% sur le marché londonien. Depuis ses premiers pas en Bourse le 3 octobre dernier, la valeur a fondu de 40% pour une valorisation de 2,6 milliards de livres.

    Aston Martin est passé dans le rouge avec une perte avant impôt de 68,2 millions de livres en 2018, en raison des coûts liés à son introduction en Bourse. Le chiffre d'affaires a toutefois progressé de 25% à 1,1 milliard de livres, pour 6.441 voitures vendues.

    A.G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc