Culture

Musée Mohammed VI: Une Saison 2019 sous le signe de la diversité

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5463 Le 28/02/2019 | Partager
Une exposition-évènement autour des impressionnistes
Hommage aux pionniers de l’art marocain
L’Afrique toujours à l’honneur
expo_mmvi_1_063.jpg

L’exposition autour des impressionnistes donnera à voir quelques-uns des chefs-d’œuvre universels de ce courant. Ici: le golfe de Marseille vu de L'Estaque. Collection Gustave Caillebotte, Cézanne Paul. (C) RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Thierry Le Mage

Monet, Pissaro, Van Gogh, Manet, Cézanne, Renoir, Signac, Caillebotte, Seurat, Boudin, Sisley… Les grands maîtres de l’impressionnisme traverseront pour la première fois la Méditerranée pour une grande exposition au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MM6) à Rabat du 9 avril au 31 août 2019. 

L’évènement, réalisé en partenariat avec le Musée d’Orsay, avait fait l’objet d’une convention signée en avril 2018 entre le musée parisien et la Fondation nationale des musées, avec  le soutien de Mme Brigitte Macron, avait précisé, alors, Mehdi Qotbi, le président de la fondation.

Connu dans le monde entier pour son extraordinaire collection d’art impressionniste, le musée aménagé sous les voûtes métalliques de l’ancienne gare d’Orsay sur les quais de la Seine a demandé à ses deux conservateurs, Paul Perrin et Sabine Cazenave, d’élaborer un parcours à travers l’épopée impressionniste.

  Très didactique, l’exposition conçue pour le MMVI s’attachera, à travers une suite de salles traitant chacune d'une couleur en particulier, à montrer, selon les commissaires, «comment l'éclaircissement de la palette - le travail sur la vibration lumineuse - a non seulement été un enjeu de la première heure pour les impressionnistes, mais aussi comment ces recherches ont évolué dans le temps, au fil des carrières et des interrogations propres à chaque artiste».

Intitulée «Les couleurs de l’impressionnisme: chefs-d’œuvre des collections du Musée d’Orsay, Paris», l’exposition fait suite à une série de collaborations avec des institutions culturelles et musées internationaux, comme le Musée Picasso de Paris pour l’exposition «Face à Picasso», Banco de España pour «De Goya à nos jours» ou le Centre Georges Pompidou pour «La Méditerranée et l’art moderne».

expo_mmvi_2_063.jpg

L’exposition dédiée à Hassan el Glaoui retrace 7 décennies du travail de l’artiste qui exposa dès 1950 à Paris et à New York dès 1951. Ici, l’œuvre «Sortie du Roi, 1977», ©Estate Hassan El Glaoui

Autre évènement majeur dans l’agenda 2019 du MM6,  «Le Sel de ma Terre». Une exposition-hommage, du 2 avril au 31 août 2019, dédiée  à l’un des premiers peintres figuratifs du Maroc: Hassan El Glaoui. 

Présentant une centaine d’œuvres et parcourant sept décennies du travail de l’artiste qui exposa dès 1950 à Paris et à New York dès 1951, cette rétrospective offre une occasion rare de replonger dans le travail du peintre décédé le 21 juin 2018, particulièrement connu pour ses tableaux équestres, scènes vibrantes de fantasia ou cérémonies de la Bay’a, mais aussi dans une peinture plus intimiste, rarement exposée de son vivant, présentant des scènes d’intérieur et des portraits.

Après l’événement «L’Afrique en Capitale», organisé par la FNM au printemps 2017, en partenariat avec plusieurs acteurs culturels publics et privés de Rabat, le MMVI présente cette année  l’exposition «Lumières d’Afrique».

Initiée par les collectionneurs français Gervanne et Matthias Leridon, à travers leur fonds de dotation African Artists for Development, cette exposition rassemble les œuvres de 54 artistes (peintres, sculpteurs, photographes, vidéastes) venus de tous les pays africains, qui partageront «leurs visions, leurs espoirs, leurs craintes ou leurs rêves pour un continent de complexité», indique la FNM.

expo_mmvi_3_063.jpg

Lumière d’Afrique expose 54 œuvres d’art imaginées par 54 artistes africains contemporains originaires des 54 pays du continent africain. Avec pour thème «l’Afrique des Lumières et des Energies», ici, «The Futur», l’œuvre de l’artiste sénégalais Soly Cisse (Ph. AAD)

Par ailleurs, Rabat accueillera au printemps-été 2019 sa première biennale dédiée à la création artistique contemporaine exclusivement féminine. Un événement dont l’édition inaugurale aura la particularité de  repenser l’écriture de l’histoire de l’art et du monde au féminin.

L’architecte franco-algérien Abdelkader Damani, actuel directeur du Fonds régional d’art contemporain (FRAC) du Centre-Val de Loire en France, et co-commissaire de la Biennale de Dakar en 2014, a été nommé commissaire de cet événement. Entre 20 et 30 artistes plasticiennes, architectes, chorégraphes et cinéastes seront invitées lors de cette biennale.

«Il existe plus de 150 biennales à travers le monde. Nous souhaitons que celle de Rabat, qui intervient dans la suite du programme «Rabat-Ville lumière 2014-2018», soit particulière en invitant uniquement des artistes femmes, afin d’envoyer un message fort au monde en montrant que le Maroc a fait un travail considérable en matière d’égalité hommes-femmes», précise Mehdi Qotbi.

A.Bo

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc